Virginie Francoeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Virginie Francoeur
Image dans Infobox.
Virginie Francoeur au Salon du livre de Montréal en 2016.
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Père
Mère

Virginie Francoeur est une auteure et professeure québécoise née à Montréal en 1987.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle détient un baccalauréat en gestion, une maîtrise en développement organisationnel des Hautes études commerciales (HEC) de Montréal et un Ph.D. en management de l’Université Laval. Sa thèse porte sur la responsabilité sociale et environnementale des organisations[1],[2]. Durant ses études, elle a défendu l’importance des arts, dans le milieu de la gestion, c’est ce qui l’a inspirée à mettre sur pied l’exposition Sciences & Arts présentée au pavillon Jean-Charles-Bonenfant en 2017[3],[4]. Cette « collaboration entre trois différentes facultés de l’Université Laval invite à la réflexion sur la valeur de l’éducation et la pollinisation croisée entre recherche et création[5]».

À la suite de l’obtention d’une bourse d’études, elle a vécu près d’un an en Espagne où elle a complété un stage doctoral à la Faculté de psychologie de l’Université de Valence[6]. En 2020, après avoir enseigné à l’Université Laval et à l’Université de Montréal, elle devient professeure en changement organisationnel à Polytechnique de Montréal[1].

Parallèlement à sa carrière universitaire, Virginie Francoeur est impliquée sur le plan littéraire. À la suite de voyages humanitaires, elle a écrit deux recueils de poésie: Encres de Chine en 2015[7],[8],[9] et Inde mémoire en 2018[10]. Elle a aussi collaboré à des revues et anthologies poétiques publiées au Québec et en France. En 2018, elle a publié un essai intitulé Leadership machiavélique en collaboration avec le professeur titulaire Pascal Paillé[11],[12]. La même année, elle a publié son premier roman Jelly Bean aux Éditions Druide[13]. Il connaît un succès médiatique[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[6] et est qualifié d’« acerbe et provocateur » dans une critique du quotidien Le Devoir[25]. En lice pour le prix littéraire France-Québec (2019)[26], elle a présenté son roman dans les Salons du livre de Bruxelles, Paris et Genève[27],[28],[29],[30], en plus d’être invitée par le Bureau du Québec à Barcelone et par l’Association internationale des études québécoises pour donner des conférences dans des universités et librairies à Valence, Barcelone et Madrid[6],[31]. En 2019, elle a publié son cinquième livre Sciences et arts : transversalité des connaissances aux Presses de l’Université Laval et aux Éditions Hermann en France. La préface est signée par Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France et la postface est de Bernard Voyer, grand explorateur[3],[32].  Le Journal Les Affaires affirme que c’est « LE livre à déguster durant les Fêtes 2019 »[33],[34],[32],[3]

Depuis quelques années, elle collabore à des spectacles poétiques : Le « E muet qui parle » aux Dix Heures de poésie de la Nuit blanche à Montréal (2017)[35], « Mères et filles » aux Poètes de l’Amérique Française (2017)[36] et « Les Francoeur » au Mois de la poésie (2017)[37].

Virginie Francoeur est la fille du poète Lucien Francoeur et de l’écrivaine Claudine Bertrand[8].

Roman[modifier | modifier le code]

  • Jelly Bean, Druide (coll. Écarts dirigée par Normand de Bellefeuille), 2018

Essai[modifier | modifier le code]

  • Leadership machiavélique, Presses de l’Université Laval, 2018
  • Sciences et arts : transversalité des connaissances, Presses de l’Université Laval, 2019.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Inde mémoire, Écrits des Forges, 2018
  • Encres de Chine, Écrits des Forges. 2015
  • « Rivière des 1001 nuits », dans L’eau entre nos doigts, anthologie poétique, Éditions Henry, 2018.
  • « C’est la mort qui vient », dans Le monde, les réfugiés et la mer, anthologie poétique, Éditions Corps Puce, 2016
  • « Libration lunaire », dans Ce que la Lune dit au jour, anthologie poétique sous la dir. de Lydia Padellec, Éditions de la Lune bleue, 2016.
  • « Une langue en soi », dans Éloge et défense de la langue française, anthologie poétique sous la dir. de Pablo Poblète et Claudine Bertrand, Éditions Unicité, 2016.
  • « Folle furieuse » dans EXIT (numéro 82), revue de poésie, Gaz Moutarde, 2015.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Citoyen du monde- Fondation Famille-Choquette, bourses de mobilité internationale (2019)[1]
  • Chaire de recherche du Canada sur l’internalisation du développement durable et de la responsabilisation des organisations, Bourse d’excellence et de recherche au doctorat (2019)[1]
  • Nomination pour le prix France-Québec 2019[38]
  • LOJIQ - Les Offices jeunesse internationaux du Québec, en collaboration avec la Délégation générale du Québec à Paris et Québec Édition, Bourse pour les jeunes auteurs (2019)[1]
  • Conseil des arts du Canada, Bourse de rayonnement à l’international (2018)[1]
  • Distinction Socrate, prix d’enseignement décerné par la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval (2016-2017; 2018-2019; 2019-2020)[1]
  • Fonds Jean-Marie-Poitras, bourse qui reconnaît la créativité en gestion (2017)[1]
  • Fonds de recherche du Québec - Société et Culture, bourse de doctorat en recherche (2017-2020)[1]
  • Institut Mallet, bourse qui valorise la culture philanthropique dans les études doctorales (2017)[1]
  • Fondation Marc Bourgie, bourse d'excellence et de soutien aux études doctorales (2016)[1]
  • Avenir, Lauréate personnalité artistique du 2e et 3e cycle (2016)[39]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k « Francoeur, Virginie | Répertoire des expertises », sur polymtl.ca
  2. « 40 femmes/40 semaines | Virginie Francoeur, professeure adjointe en changement organisationnel »
  3. a b et c Yvon Larose, « Dans le cerveau de Léonard de Vinci », sur nouvelles.ulaval.ca,
  4. « Virginie Francoeur met en œuvre un projet novateur mariant sciences et arts », sur ulaval.ca,
  5. Jean-Sébastien Doré, « La transversalité des connaissances bien ancrée dans le réel », sur http://impactcampus.ca,
  6. a b et c Yannick Lepage, « Sciences et arts – transversalité des connaissances, de Virginie Francoeur », sur artsetculture.ca,
  7. « Encres de Chine - Écrits des Forges », sur ecritsdesforges.com
  8. a et b Medium large, « Lucien Francoeur et sa famille : des poètes en été », sur ici.radio-canada.ca,
  9. Plus on est de fous, plus on lit!, « Le voyage en poésie de Virginie Francoeur », sur ici.radio-canada.ca,
  10. « Inde mémoire - Écrits des Forges », sur ecritsdesforges.com
  11. « Leadership machiavélique | Virginie Francoeur, Pascal Paillé », sur pulaval.com
  12. Yvon Larose, « Une femme de lettres, de raison et de cœur », sur ulaval.ca,
  13. « Jelly bean | Éditions Druide », sur editionsdruide.com
  14. Alexandra Mignault, « Virginie Francœur : La démesure de l’adolescence », sur leslibraires.ca,
  15. Claudia Larochelle, « Entretien avec Virginie Francœur », sur lactualite.com,
  16. Marie-France Bornais, « Trois filles qui en arrachent », sur journaldequebec.com,
  17. Claudia Larochelle, « Les premiers romans les plus prometteurs », sur ici.artv.ca,
  18. René Cochaux, « Revue littéraire de la semaine de René Cochaux », sur ici.radio-canada.ca,
  19. « Des nouveautés! », sur salutbonjour.ca,
  20. Frédéric Bérard, « Club de lecture avec Frédéric Bérard: épisode 1 », sur journalmetro.com,
  21. Yvon Paré, « Virginie Francoeur frappe fort », sur yvonpare.blogspot.com,
  22. Jean-Sébastien Doré, « Virginie Francoeur : Un premier roman sous le signe de l’authenticité », sur http://impactcampus.ca,
  23. « Jelly bean, un roman de Virginie Francoeur », sur journaloutremont.com,
  24. Ricardo Langlois, « Le top 10 des livres 2019 », sur lametropole.com
  25. Anne-Frédérique Hébert-Dolbec, « «Jelly Bean»: un premier roman acerbe et provocateur », sur ledevoir.com,
  26. « Lumière sur les finalistes du Prix littéraire France-Québec », sur ledevoir.com,
  27. « Québec Édition à la Foire du livre de Bruxelles 2019 », sur leslibraires.ca
  28. « Lancement du roman Jelly bean de Virginie Francoeur le mercredi 13 mars à 18h30 », sur librairieduquebec.fr
  29. « Virginie Francoeur au Salon du livre de Paris », sur editionsdruide.com,
  30. « Druide au Salon du livre de Genève », sur editionsdruide.com,
  31. « douze douze | Rien ne vaut une langue à jurons », sur projetdouzedouze.com,
  32. a et b Claude Bernatchez, « Décloisonner l’art et la science selon Virginie Francoeur », sur radio-canada.ca,
  33. Olivier Schmouker, « Quel est LE livre à déguster durant les Fêtes 2019? », sur lesaffaires.com,
  34. Yvon Paré, « Courageuse Virginie Francoeur », sur yvonpare.blogspot.com,
  35. « Nuit de la poésie - Mois de la poésie », sur moisdelapoesie.ca
  36. Marie-Josée Boucher, « Les Poètes de l’Amérique française poursuivent leur 21e saison en présentant Mères et filles le 13 février 2017 à la Chapelle du musée de l’Amérique francophone », sur info-culture.biz,
  37. Alexandra Mignault, « En mars, c’est le Mois de la poésie », sur leslibraires.ca,
  38. Isabelle Beaulieu, « La première sélection du Prix France-Québec 2019 », sur revue.leslibraires.ca, (consulté le )
  39. « Félicitations aux lauréats du Gala de la vie étudiante 2015-2016! », sur ulaval.ca

Liens externes[modifier | modifier le code]