Virginie Carton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Virginie Carton
Naissance (47 ans)
Lille
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Virginie Carton, née le à Lille, est une romancière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un bac lettres et philosophie, Virginie Carton étudie les lettres modernes à l'université de Lille 3. En 1996, elle devient journaliste à La Voix du Nord[1] où elle se spécialise dans la musique et la chanson française.

Son premier roman Des amours dérisoires a paru chez Grasset[2] en mai 2012 et a été traduit en Allemagne et en Espagne. Elle y évoque, sur un ton doux-amer, la difficulté du choix amoureux et pose la question de l’engagement. Son deuxième roman La Blancheur qu'on croyait éternelle, a paru chez Stock[3] en mars 2014. Il raconte le chassé-croisé tragi-comique de Mathilde et Lucien, deux personnages old school, deux solitudes perdues dans un monde où les sentiments n’ont plus de place. Il « montre avec un ton badin mais pas si léger des héros maladroits, empêtrés dans leur rapport aux autres et décontenancés par les codes générationnels qu'on leur impose"[4],[5]. Pour ce roman, Alain Souchon a autorisé l’auteur à utiliser une phrase de sa chanson L'Amour à la machine pour titre et Claude Lelouch a prêté une image du film Un homme et une femme, utilisée en bandeau du livre, le héros, Lucien, étant un admirateur du film et de Jean-Louis Trintignant. Le roman a reçu le Prix du roman français Confidentielles 2014[6].

Virginie Carton est jurée du Prix Françoise-Sagan 2015[7]

Son troisième roman La Veillée, paru chez Stock[8] en mars 2016, met en scène les retrouvailles de deux amis, Marie et Sébastien, autour de la mort du père de ce dernier. Au cours d'une veillée funèbre une nuit de neige, ils vont découvrir que le défunt n'a pas mené la vie qu'on lui prêtait et les longues heures passées à son chevet vont leur permettre de se dire quelques vérités refoulées. C'est un huis clos découpé en cinq actes à la façon des tragédies classiques, dans lequel l'auteur s'amuse à créer des rebondissements et à mêler, comme pour ses deux premiers romans, le tragique au comique[réf. nécessaire].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 31 août 2002, elle épouse le journaliste Patrick Jankielewicz, avec qui elle a trois enfants : Robinson Jankielewicz (2000), Simon Jankielewicz (2002) et Archibald Jankielewicz (2006).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Des amours dérisoires, éditions Grasset, 2012.
  • La Blancheur qu'on croyait éternelle, éditions Stock, 2014.
  • La Veillée, éditions Stock, 2016.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Virginie Carton a collaboré au scénario de l’adaptation au cinéma du livre d’Alessandra Sublet, T’as le blues baby ? (Editions Flammarion), pour les productions Radar Films, actuellement en développement.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]