Vipera ammodytes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vipère ammodyte, Vipère cornue

Vipera ammodytes
Description de cette image, également commentée ci-après
Vipère ammodyte
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Viperidae
Sous-famille Viperinae
Genre Vipera

Nom binominal

Vipera ammodytes
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Coluber ammodytes Linnaeus, 1758
  • Vipera aspis balcanica Buresch & Zonkov, 1934
  • Vipera ammodytes ruffoi Bruno, 1968
  • Vipera ammodytes gregorwallneri Sochurek, 1974

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Vipera ammodytes, la Vipère ammodyte ou vipère cornue, est une espèce de serpents de la famille des Viperidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Distribution

L'espèce se rencontre dans le nord-est de l'Italie, en Autriche en Carinthie et Styrie du sud, dans l'ouest de la Hongrie, en Slovénie, en Croatie (dont certaines îles de l'Adriatique), en Bosnie-Herzégovine, en Serbie, au Kosovo, au Monténégro, en Albanie, en Macédoine, en Grèce (dont les Cyclades : Paros, Antiparos, Andros, Tinos et l'îlot de Strongylo), en Roumanie, en Bulgarie et en Turquie[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Vipera ammodytes
Vipera ammodytes

Vipera ammodytes mesure en général moins de 85 cm mais certains individus peuvent atteindre 95 cm. C'est une vipère trapue qui grâce à la petite corne qui termine son museau, ne peut être confondue avec aucune autre vipère européenne, à l'exception de la vipère de Lataste, qui n'occupe pas la même aire géographique. Les anglophones l'appellent d'ailleurs long-nosed viper, vipère à long nez.

Venin[modifier | modifier le code]

[3]Les morsures sont rares mais son venin est très actif et dangereux pour l’homme[4] car il est injecté en grande quantité et est beaucoup plus fort que celui des vipères aspics et péliades (10 à 12 fois plus fort). Les symptômes sont : vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, hypotension. Ces morsures nécessitent l'injection d'un sérum antivenimeux[5].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (29 janvier 2014)[6] :

  • Vipera ammodytes ammodytes (Linnaeus, 1758) ;
  • Vipera ammodytes meridionalis (Boulenger, 1903) ;
  • Vipera ammodytes montandoni (Boulenger, 1904).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom d'espèce vient du latin ammodytēs, « serpent d'Afrique qui se cache dans le sable », lui-même construit à partir du Grec ancien αμμος', « sable » et δυτης, « qui s'enfonce »[7].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Vipera transcaucasiana a été considérée comme une sous-espèce de Vipera ammodytes et le reste parfois comme pour Joger ou Nilson[1].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Linnaeus, 1758 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, ed. 10 (texte intégral).
  • Boulenger, 1903 : On the Geographical Variations of the Sand-Viper (Vipera ammodytes). Proceedings of the Zoological Society of London, vol. 1903, p. 185-186 (texte intégral).
  • Boulenger, 1904 : On the sand viper of Roumania (Vipera ammodytes, var. Montandoni). The Annals and Magazine of Natural History, sér. 7, vol. 14, p. 134-135 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. UICN, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. Vipera ammodytes
  4. Terra nova : La vipère
  5. Sérum antivenimeux
  6. Reptarium Reptile Database, consulté le 29 janvier 2014
  7. Jean Lescure et Bernard Le Garff, L'étymologie des noms d'amphibiens et de reptiles d'Europe, Belin, coll. « Éveil nature », , 207 p. (ISBN 2-7011-4142-7)