Violette de Toulouse (confiserie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Violette de Toulouse
Image illustrative de l’article Violette de Toulouse (confiserie)
Friandises appelées "Violettes de Toulouse"

Lieu d’origine Toulouse
Créateur Candiflor (anciennement Doumeng et Bonnel)[1]
Date 1818[2]
Place dans le service Confiserie
Ingrédients Fleurs fraîches de violettes (Viola odorata, Viola suavis), sucre glace

Les violettes de Toulouse sont des friandises élaborées à partir de fleurs fraîches de violettes cristallisées dans du sucre. Il s'agit d'une des spécialités culinaires de la ville de Toulouse.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La fabrication de cette confiserie est très délicate. Essentiellement manuelle, elle est élaborée à partir de fleurs fraîches cueillies à maturité en Mars.

La fabrication consiste à enrober les fleurs fraîches (variétés Viola odorata ou Viola suavis[3]) de sucre, puis de faire cristalliser le tout.

Détails d'une Violette de Toulouse, coupée en trois morceaux afin de distinguer la vraie fleur à l'intérieur

L'appellation « violette de Toulouse » est une marque déposée.

Historique[modifier | modifier le code]

Variantes[modifier | modifier le code]

Il existe également, dans la région toulousaine, des bonbons parfumés à la violette dits « bonbons à la violette »[4]. Ils sont élaborés comme un bonbon traditionnel et non à partir d'une fleur naturelle enrobée de sucre.

Bonbons à la violette

En Espagne, il existe un petit bonbon, dit « caramelo de violeta », d'une taille de deux centimètres en forme de violette à cinq pétales. Ils ont été initialement fabriqués par Vicente Sola, en 1915, dans sa pâtisserie-confiserie madrilène « La Violeta »[5],[6].

Caramelos de violeta

Dans la région de Liège en Belgique, il existe la violette de Liège.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Patrimoine. Comment Toulouse est devenue la Cité des violettes », sur Actu.fr, .
  2. « Commerce. Candiflor cristalise la violette depuis 1818 », sur La Dépêche du Midi, .
  3. « Rapport de projet sur la violette de Toulouse - EPU Lille », sur Université de Lille, .
  4. (en) Maguelonne Toussaint-Samat, A History of Food, Wiley-Blackwell, , p.556.
  5. (es) Horacio De Dios, Madrid : Guía Completa, De Dios, , p.36.
  6. (es) Manuel Martínez Llopis, Dulcería típica de Madrid : La dulcería española: recetarios histórico y popular, Alianza, , 279 p. (ISBN 978-84-206-4250-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]