Viol des hommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une proportion non négligeable des victimes de viol ou d'agressions sexuelles sont des hommes. Une étude menée en Angleterre a indiqué que 3 % des hommes interrogés ont rapporté avoir eu un rapport sexuel non consenti en tant qu'adulte, 5 % ont eu un rapport sexuel non consenti en tant qu'enfant (moins de 16 ans), et 8 % ont eu un rapport sexuel consenti en tant qu'enfant (même si illégal d'après la loi anglaise)[1]. En France, 5 % de la population française masculine a déclaré avoir subi des rapports sexuels forcés ou des tentatives de rapports forcés au cours de leur vie (à comparer à 16 % de la population française féminine), ce qui porterait le nombre de victimes hommes à plus de 1,6 million, d'après une étude officielle de 2006. Les mêmes études reportent que 46 000 hommes ont déclaré avoir été victimes d’au moins un acte de violence sexuelle dans la seule année de 2009[2]. Les violences sexuelles contre les hommes, comme celles contre les femmes, sont sous-déclarées.

Vision générale[modifier | modifier le code]

En général, le viol est perçu comme un crime contre les femmes (et historiquement a été défini de cette manière), même si plusieurs cas de viol contre une victime homme ont été le sujet de discussions au début des années 2010[3].

Le projet de loi adopté le permet d'inclure dans la définition juridique du viol le cas des hommes et des garçons ayant subi des fellations forcées[4],[5],[6] ou ayant été contraints de pénétrer l'auteur du viol. L'article 222-23 du Code Pénal a ainsi été modifié : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui ou sur la personne de l'auteur par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. » [7],[8] Le viol des hommes par des femmes est l'objet de peu de recherches par rapport à d'autres formes de violence sexuelle[9].

L'aide pour les hommes victimes est aussi limitée. En France, contrairement au Canada où le viol sur les hommes et les garçons fait l'objet d'une ample communication de la part de l’État[10],[11], les statistiques, études et plaquettes informatives spécifiquement dédiées aux hommes victimes de viol restent très peu nombreuses en France, voire totalement absentes concernant toute communication spécifiquement orientée vers les victimes hommes. De plus, aucun centre d’accueil de victime en France n'est dédié aux victimes hommes, contrairement au Royaume-Uni ou à l'Allemagne. Les associations qui aident les victimes de viol, telles que Collectif féministe contre le viol, Stop violences femmes ou encore SOS femmes, tendent à exclure par leur nom les hommes, même si elles leur sont ouvertes[12]

Il existe aussi un grand tabou autour des viols d'hommes. Dr. Maeve Eogan et Deirdra Richardson, respectivement la directrice médicale du centre de traitement des victimes d’agression sexuelle (Sexual Assault Treatment Unit, SATU) du Rotunda Hospital et une examinatrice médico-légale des agressions sexuelles, ont dit que le viol des hommes est toujours un sujet tabou et a une connotation négative parmi les hommes hétérosexuels et homosexuels[13]. Généralement, les hommes qui sont victimes essayent de se cacher et nier leur victimisation, semblablement aux victimes femmes, sauf s'ils ont des blessures graves. À terme, ceux-ci pourront être très vagues dans l'explication de leurs blessures lorsqu'ils cherchent des services médicaux ou psychiatriques[14]. Il est difficile pour les hommes victimes, qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels, de déclarer l'agression sexuelle dont ils ont fait l’expérience, surtout dans les sociétés avec de fortes normes masculines. Un conseiller indien Ajay Sathyan dit même : "Ils n'ont pas de plateforme pour en parler. Même les familles ne veulent pas le reconnaitre publiquement." Ils ont peur que les gens doutent de leur orientation sexuelle et qu'ils les voient comme des homosexuels. Pour certaines victimes, être perçu comme homosexuel peut être vu comme explication du viol[15].

Recherches et statistiques[modifier | modifier le code]

D'après plusieurs sources du gouvernement américain, il est estimé qu'en une année les adultes et jeunes de sexe masculin détenus sont victimes de plusieurs fois le nombre d'incident de victimisation sexuelle que les femmes incarcérées. Cependant, les hommes et femmes détenues ne sont pas inclus dans la plupart des sondages de victimisation sexuelle[16],[17]

La recherche sur les hommes victimes de viol n'est apparue qu'il y a moins de 30 ans[Quand ?], surtout à propos des enfants masculins. Les études sur les agressions sexuelles dans les centres de détention se ciblant surtout sur les conséquences de cette sorte de viol n'ont été disponibles qu'au début des années 1980, mais rien n'est disponible à propos des années précédentes. La plupart du corpus concernant les viols et les agressions sexuelles se focalise encore sur les femmes qui en sont victimes[14].

Certaines formes de violences sexuelles contre les hommes n'ont été envisagées que récemment. Dans le "2010 National Intimate Partner and Sexual Violence Survey" (Sondage national des violences de partenaires intimes et sexuels de 2010), le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a mesuré une catégorie de violence sexuelle appelée “being made to penetrate” (être contraint à pénétrer) qui comptent les incidents où les victimes ont été forcées à pénétrer quelqu'un, que ce soit par force physique ou par contrainte, ou quand la victime était ivre ou ne pouvant pas par ailleurs consentir. Le CDC a trouvé que 1.267 millions d'hommes ont rapportés avoir été "contraint à pénétrer" une autre personne dans 12 derniers mois, semblable aux 1.270 millions de femmes qui ont rapportées avoir été violées dans les 12 derniers mois[16]. Les définitions de viol et de "contraint à pénétrer dans l'étude du CDC ont été formulées de manière très semblables.

Viol d'un homme par un homme[modifier | modifier le code]

Le viol d'un homme par un homme a été lourdement stigmatisé. Selon la psychologue Dr. Sarah Crome, moins de 1 sur 10 viols d'un homme par un homme est déclaré. En tant que groupe, les victimes masculines rapportent un manque de services ou d'aides, et les systèmes légaux sont souvent mal-équipés pour s'occuper de ce genre de crime[18].

Plusieurs études soutiennent que le viol homme-sur-homme en prison, ainsi que le viol femme-sur-femme en prison, sont des types de viols communs qui sont encore plus sous-déclarés que dans la population civile[note 1],[note 2],[note 3]. Le viol des hommes comme arme de terreur en temps de guerre a été documenté (voir aussi Viol de guerre)[19]. Dans le cas de la guerre civile syrienne (2011–présent), les détenus masculins ont éprouvé des violences sexuelles, comme être forcé à s'assoir sur une bouteille en verre cassée, avoir leurs organes génitaux attachés à un sac d'eau lourd, ou être forcé à regarder le viol d'un autre détenu[20].

Viol d'un homme par une femme[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les statistiques sur le taux de prévalence des viols d'hommes par des femmes varient. En 2010 une étude par le CDC a trouvé que 93,3 % des hommes victimes de viols ont déclaré n'avoir été violés que par des hommes. Cependant, 1 homme sur 21, c'est-à-dire 4,8 % des hommes, ont rapporté avoir été "contraints à pénétrer"[21]. Le sondage a aussi trouvé qu'une majorité des hommes victimes d'agressions sexuelles ne déclaraient que des femmes responsables pour « contrainte à pénétrer » (79,2 %), contrainte sexuelle (83,6 %), et pour contact sexuel non désiré (53,1 %)[21]. Une étude de 2008 du National Crime Victimization Survey (Sondage national de victimisation face au crime) a interrogé 98 hommes, et a trouvé que presque la moitié des hommes (46 %) qui ont déclaré une forme de victimisation sexuelle ont été victime de femmes[22].

Le chercheur Martin S. Fiebert a publié une méta-analyse de 40 études en 2000 qui ont examiné des auto-déclarations de femmes et d'hommes qui ont éprouvé des contraintes sexuelles[23]. Les critères pour "contrainte sexuelle" comprenaient pression verbale, contact sexuel non consenti, intoxication, menace, chantage ou force physique. Des 40 études, 2 études (Anderson P.B 1996, 1998) ont rapporté des actes de violence ou des tactiques de pression pour contraindre des hommes à avoir un rapport sexuel[24]. Deux autres études (Struckman-Johnson,C.1988. 1994) ont trouvé des hommes exposés à des pressions psychologiques ou forcés dans des expériences sexuelles[24]. Une autre étude (Hannon R., Kuntz,T.,VanLaar, S.&Williams,J.1996) a trouvé que 20,4 % des femmes et 10,5 % des hommes déclaraient déjà avoir été contraints sexuellement, 23,4 % des femmes et 10,5 % des hommes déclaraient avoir été violés, 6,6 % des femmes et 10,5 % des hommes déclaraient qu'ils ont été victime d'une tentative de viol. Struckman Johnson (1991) a aussi trouvé qu'une majorité des agressions par des femmes contre des hommes comprenaient une pression psychologique.[24] Dans l'ensemble, les études montraient que les deux sexes ont été victime de comportements coercitifs, les hommes faisant communément face à des tactiques telles que pression psychologique, colère contre eux quand ils refusaient (Rouse L.P 1988), agressions physiques et moins communément force physique[24].

Par rapport aux comportements sexuels abusifs par des femmes sur des hommes, le Département de la Justice des États-Unis signale en introduction (page 5) :

  • « D'après les estimations, 4,4 % des détenus en prison et 3,1 % et des détenus en pénitencier ont rapporté avoir été victimisés sexuellement par un autre détenu ou un membre du personnel dans les derniers 12 mois ou depuis l'entrée dans l'établissement, si cela fait moins de 12 mois. »

Par rapport aux comportements sexuels abusifs (page 25) il indique :

  • « Parmi les 39 121 hommes détenus en prison qui ont été victimes d'un abus sexuel par un membre du personnel, 69 % ont rapporté avoir eu une activité sexuelle avec une femme du personnel; et 16 % de plus ont répondu avoir eu une activité sexuelle avec une femme et un homme du personnel (table 18). »

et :

  • « Presque les deux-tiers des hommes en prison qui ont été victimisés ont dit que le membre du personnel coupable était une femme (64 %).»[25]

Les hommes abusés sexuellement par des femmes[26] font souvent face à des doubles standards sociaux, politiques, et juridiques[27]. Le cas de l'agression sexuelle par Cierra Ross[28] d'un homme à Chicago a fait la une des journaux aux États-Unis et Ross a été condamnée pour abus sexuel criminel aggravé avec vol à main armé à caution au prix de 75 000 $. Le cas de James Landrith est similaire : il a été contraint à pénétrer une connaissance de sexe féminin dans une chambre d’hôtel alors qu'il était totalement ivre, et que la violeuse citait le fait qu'elle était enceinte pour le conseiller de ne pas se débattre, pour peur de faire mal au bébé[29],[30].

Aux États-Unis, les victimes de sexe masculin, y compris les mineurs, sont forcées à payer une pension alimentaire à leur violeuse lorsqu'un enfant a été conçu lors du viol[31],[32],[33]. Plusieurs affaires juridiques très médiatisées d'atteinte sexuelle sur mineur commise par des femmes sur des garçons aux États-Unis, impliquaient des enseignantes ayant des relations sexuelles illégales avec leurs élèves mineurs (voir par exemple Mary Kay Letourneau).

Mythes concernant les hommes victimes de viols[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Stéréotypes sur le viol.

Les hommes ne sont pas vulnérables[modifier | modifier le code]

Beaucoup de gens pensent que les hommes, même les jeunes garçons, ne peuvent pas être victimes de viol, ni même qu'ils peuvent être vulnérables. Dans certaines sociétés, si un petit garçon pleure, cela est considéré comme honteux ou efféminé, parce que le stéréotype masculin dépeint les hommes comme capables de se protéger, ce qui n'est pas toujours le cas[34],[35]. Les gens oublient parfois que les jeunes garçons peuvent être faibles et vulnérables face à des malfaiteurs, qui sont souvent plus forts et peuvent utiliser n'importe quel moyen[35]. Un homme adulte peut aussi ne pas pouvoir se défendre, ou avoir peur de le faire. Il peut aussi être manipulé, ou être sous l'emprise de drogue ou d'alcool.

Une érection implique le consentement[modifier | modifier le code]

Il est souvent pensé qu'un homme doit être excité pour avoir une érection ou un orgasme, et que cela veut dire qu'ils sont consentants et prennent du plaisir dans l'activité sexuelle. Roy J. Levin et Willy Van Berlo ont écrit dans un article dans le Journal of Clinical Forensic Medicine (« Revue de la médecine légale clinique ») qu'une stimulation génitale légère ou du stress peuvent provoquer une érection « même sans la présence de stimulation sexuelle ». Une érection ne veut donc pas dire que l'homme est consentant. Les hommes peuvent avoir des érections même dans des situations sexuelles traumatiques ou douloureuses[35].

Similairement à la réponse érectile féminine, la réponse érectile masculine est involontaire[36],[37], ce qui veut dire que l'homme n'a pas besoin d'être excité pour avoir une érection et qu'une stimulation mécanique est tout ce qui est nécessaire. Un homme peut aussi avoir une érection par peur ou par intimidation, surtout si la personne est plus âgée ou est une figure d'autorité[38].

Les hommes sont moins traumatisés[modifier | modifier le code]

Certains partisans disent que les hommes sont moins traumatisés par leur abus sexuel que les femmes.[39] Beaucoup d'études montrent que les effets long termes sont très néfastes pour les deux sexes, et que les hommes sont peut-être plus affectés à cause de la stigmatisation sociale et de l'incrédulité entourant leur victimisation[35]. Eogan et Richardson notent que les hommes tendent à ressentir une colère plus intense que les femmes, et que les deux sexes traversent des sentiments de détresses similaire après un viol. La conseillère en traumatisme Stephanie Baird dit que les hommes qui ont reçu une attention sexuelle en tant qu'enfant l'expliquent souvent à eux-mêmes comme "Je suis beau gosse, j'ai couché avec ...". Baird explique qu'ils font ça pour avoir l'impression qu'ils avaient du pouvoir dans cette situation. Carpenter (2009, citant Mezey, 1987)[40] a trouvé que "le mécanisme de défense des hommes, caractérisé par le déni et le contrôle, les rend plus sujet à des problèmes psychiatriques plus tard, et réduit la probabilité qu'ils cherchent de l'aide".

Orientation sexuelle[modifier | modifier le code]

Henry Leak, le président de l'organisation "Survivors" (Survivants), a noté que les viols d'hommes, comme ceux de femmes, ont plus à voir avec le pouvoir qu'avec la sexualité, et qu'ils ne se passent pas exclusivement dans la communauté homosexuelle[41]. L'orientation sexuelle est une notion compliquée, et la majorité des malfaiteurs de sexe masculin, qui cherchent des garçons, ne sont pas homosexuels[35].

Les hommes victimes d'agression sexuelle ont souvent peur d'être perçus comme gays ou faibles, ou s'imaginent que leur agression est due à une apparence efféminée. Les experts ne pensent pas que les abus sexuels jouent plus tard un rôle significatif dans l'orientation sexuelle. Des recherches menées par Jane Gilgun, Judith Becker et John Hunter indiquent que, même si beaucoup de malfaiteurs ont été eux-mêmes victimes d'abus sexuels, la majorité des victimes ne deviennent pas des malfaiteurs dans leur adolescence[35].

Ils sont chanceux[modifier | modifier le code]

La coordinatrice de "Ontario Coalition of Rape Crisis Centres" (La coalition d'Ontario des centres de crise du viol) Nicole Pietsch a indiqué que les hommes victimes font face à des barrières, notamment un mythe qui voudrait qu'un homme violé par une femme ne peut que l'avoir voulu. Dans ce cas, le public pourra dire que la victime est chanceuse, en caractérisant l'expérience comme positive même si elle ne l'est pas du tout[42].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Human Rights Watch No Escape: Male Rape In U.S. Prisons. Part VII. Anomaly or Epidemic: The Incidence of Prisoner-on-Prisoner Rape.; évalue qu'il y a 100,000 à 140,000 viols violents d'hommes par des hommes dans les prisons américaines par an; à comparer avec les statistiques du FBI qui évaluent qu'il y a 90,000 viols violents de femmes par des hommes par an.
  2. Robert W. Dumond, "Ignominious Victims: Effective Treatment of Male Sexual Assault in Prison," August 15, 1995, p. 2; déclare que "certains éléments portent à croire que [les agressions carcérales d'hommes par des hommes] pourraient être un problème stupéfiant"). Quoted in (en) Joanne Mariner et Human Rights Watch (Organization), No escape: male rape in U.S. prisons, Human Rights Watch, (ISBN 978-1-56432-258-6, lire en ligne), p. 370
  3. (en) Cindy Struckman-Johnson et David Struckman-Johnson, « A Comparison of Sexual Coercion Experiences Reported by Men and Women in Prison », Journal of Interpersonal Violence, vol. 21, no 12,‎ , p. 1591–1615 (ISSN 0886-2605, PMID 17065656, DOI 10.1177/0886260506294240); présente qu'un "plus grand pourcentage d'homme (70 %) que de femmes (29 %) ont déclaré que leur incident a abouti en un rapport sexuel oral, vaginal, ou anal. Plus d'hommes (54 %) que de femmes (28 %) ont déclaré un incident classifié comme un viol."

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Coxell A, King M, Mezey G, Gordon D, King, Mezey et Gordon, « Lifetime Prevalence, characteristics, and associated problems of non-consensual sex in men », BMJ, vol. 318, no 7187,‎ , p. 846–50 (PMID 10092264, PMCID 27803, DOI 10.1136/bmj.318.7187.846, lire en ligne)
  2. « "Chiffres-Clés 2010 : l’égalité entre les femmes et les hommes" », sur Search Results Ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, (consulté le 12 mars 2017)
  3. (en) Roni Caryn Rabin, « Men Struggle for Rape Awareness », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. https://www.glamourparis.com/societe/phenomene/articles/violences-sexuelles-et-sexistes-la-loi-schiappa-definitivement-adoptee/67163
  5. https://www.marianne.net/politique/adoption-de-la-loi-sur-les-violences-sexuelles-la-deception-des-associations
  6. https://www.sos-misandrie.org/Victoires.html
  7. http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/ta-commission/r1186-a0/(index)/textes-commission
  8. https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006417678&cidTexte=LEGITEXT000006070719
  9. (en) Nicola Fisher, « An overview of the literature on female-perpetrated adult male sexual victimization », University of Kent (consulté le 6 septembre 2015)
  10. CAVAC (centre d'aide aux victimes d'actes criminels), "Les hommes sont aussi victimes d’agressions sexuelles" http://www.cavac.qc.ca/documentation/pdf/hommes-victimes.pdf
  11. Agence de la santé publique du Canada, "Livrets d’information sur la violence sexuelle 2008 : 'Les hommes qui ont été victimes de violence sexuelle durant l’enfance'" http://www.phac-aspc.gc.ca/sfv-avf/sources/nfnts/nfnts-visac-male/assets/pdf/nfntsx-visac-males_f.pdf
  12. http://cheekmagazine.fr/societe/viol-masculin/
  13. Deborah Condon. April 4th 2014. Irish Health. Male rape 'still a taboo subject'. Comments of Dr Maeve Eogan and Deirdra Richardson in Modern Medicine, the Irish Journal of Clinical Medicine.
  14. a et b Richard Tewksbury. Department of Justice Administration, University of Louisville. Effects on Sexual Assaults on Men: Physical, Mental and Sexual Consequences. International Journal of Men's Health, Vol 6, No 1, Spring 2007.
  15. Priya M Menon. 16 février 2016. The Times of India, Lacking support, male rape victims stay silent.
  16. a et b (en) Hanna Rosin, « Quand les hommes sont violés », Slate,
  17. (en) Lara Stemple et Ilan H. Meyer, « The Sexual Victimization of Men in America: New Data Challenge Old Assumptions », American Journal of Public Health, vol. 104, no 6,‎ , e24 (PMID 24825225, PMCID 4062022, DOI 10.2105/AJPH.2014.301946, lire en ligne)
  18. (en) « Male rape victims left to suffer in silence », abc.net.au, (consulté le 30 mai 2007)
  19. (en) Will Storr, « The rape of men : Society : The Observer », The Observer, London, Guardian.co.uk,‎ (lire en ligne) :

    « La violence sexuelle est une des armes de guerre les plus horrifiantes, un instrument de terreur utilisé contre les femmes. Mais un grand nombre d'hommes en sont aussi victime. »

  20. Amnesty International. 2012. 'I Wanted to Die': Syria's torture survivors speak out. London: Amnesty International Publications.
  21. a et b (en) Michele C. Black et al., « The National Intimate Partner and Sexual Violence Survey: 2010 Summary Report » [PDF], Centre pour le contrôle et la prévention des maladies, , p. 12
  22. (en) K. G. Weiss, « Male Sexual Victimization: Examining Men's Experiences of Rape and Sexual Assault », Men and Masculinities, vol. 12, no 3,‎ , p. 275–298 (ISSN 1097-184X, DOI 10.1177/1097184X08322632)
  23. (en) Martin S. Fiebert, « REFERENCES EXAMINING MEN AS VICTIMS OF WOMEN'S SEXUAL COERCION », Sexuality and Culture, vol. 4, no 3,‎ , p. 81–88 (DOI 10.1007/s12119-000-1023-7, lire en ligne)
  24. a b c et d (en) Martin S. Fiebert, « REFERENCES EXAMINING MEN AS VICTIMS OF WOMEN'S SEXUAL COERCION », Sexuality and Culture, vol. 4, no 3,‎ , p. 81–88 (DOI 10.1007/s12119-000-1023-7, lire en ligne)
  25. (en) « Sexual Victimization in Prisons and Jails Reported by Inmates, 2008–09 », U.S. Department of Justice (consulté le 6 septembre 2015)
  26. (en) Barbara Krahé, Renate Scheinberger-Olwig et Steffen Bieneck, « Men's Reports of Nonconsensual Sexual Interactions with Women: Prevalence and Impact », Archives of Sexual Behavior, vol. 32, no 5,‎ , p. 165–175 (DOI 10.1023/A:1022456626538)
  27. (en) Myriam S. Denov, Perspectives on female sex offending: a culture of denial, Ashgate Publishing, Ltd., (ISBN 978-0-7546-3565-9)
  28. Cierra Ross, Chicago Mom, Charged With Raping Man At Gunpoint, Huffington Post, September 6, 2013.
  29. (en) « Against his will: The reality of male rape », CNN.com,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « I've Got the T-Shirt and the Trauma Response to Go With It - », The Good Men Project
  31. (en) « Court Tells Youth to Support Child He Fathered at Age 13 », New York Times,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « Arizona Is Requiring A Male Statutory Rape Victim To Pay Child Support », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « Statutory Rape Victim Ordered To Pay Child Support », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  34. Hidden Hurt. 2011. Male Victims of Domestic Violence.
  35. a b c d e et f Male Survivor : http://www.malesurvivor.org/facts/
  36. (en) Philip M. Sarrel et William H. Masters, « Sexual molestation of men by women », Archives of Sexual Behavior, vol. 11, no 2,‎ , p. 82–88 (PMID 7125884, DOI 10.1007/BF01541979)
  37. (en) « Male Rape », The National Center for Victims of Crime, (consulté le 12 mars 2006)
  38. (en) When Women Sexually Abuse Men: The Hidden Side of Rape, Stalking, Harassment ... – Philip W. Cook, Tammy J. Hodo, Google Books, (ISBN 9780313397301, lire en ligne)
  39. For example, Mumbai Advocate Flavia Agnes said, "The consequences of rape for a woman are far-reaching. She has to battle social stigma, social mindset. While fixing marriages, nobody asks a man if he is a virgin." (The Times of India. Jul 20, 2012. Activists oppose making rape gender-neutral.)
  40. Carpenter, Simon. 2009. The Psychological Effects of Male Rape. Counselling Directory. Cited from Jai Vipra. July 2013. CCS working Paper #286, A Case for Gender-Neutral Rape Laws in India.
  41. Kathy Marks. 15 October 1992. The Independent, Man abducted from train and raped.
  42. Christine Salek. April 8, 2013. 19-Year-Old Toronto Man Sexually Assaulted By 4 Women, Police Say.

Articles connexes[modifier | modifier le code]