Vinsobres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le vin, voir vinsobres (AOC).

Vinsobres
Vinsobres
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies

Nyons (avant mars 2015)

Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Claude Somaglino
2017-2020
Code postal 26110
Code commune 26377
Démographie
Population
municipale
1 165 hab. (2016 en augmentation de 1,84 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 05″ nord, 5° 03′ 43″ est
Altitude Min. 184 m
Max. 520 m
Superficie 35,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Vinsobres

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Vinsobres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vinsobres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vinsobres

Vinsobres est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vinsobres est située à 9 km au sud-ouest de Nyons, à 14 km au nord-est de Tulette, à 12 km au sud-est de Valréas (Vaucluse) et à 15 km au nord de Vaison-la-Romaine (Vaucluse). La commune est située entre le territoire vauclusien du canton de Valréas (enclave des papes) et le territoire principal du département du Vaucluse.

Rose des vents Valréas (Vaucluse) Venterol Nyons Rose des vents
Visan (Vaucluse) N Mirabel-aux-Baronnies
O    Vinsobres    E
S
Saint-Maurice-sur-Eygues Villedieu (Vaucluse) Mirabel-aux-Baronnies

La commune est arrosée par l'Eygues, au sud, ainsi que par certains de ses affluents, notamment le Coriançon[1], ou « Ruisseau de la Moye »[2].

Le relief de la commune se présente en deux parties : le village, lui-même sur une colline, est ouvert au sud sur la plaine de l'Eygues ; le nord de la commune est plus vallonné sur les contreforts du massif des Baronnies.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vinsobrium, Vizobris, Vinsobris, la forme la plus ancienne attestée est de Vinzobrio en 1137[3] signifiant « la forteresse de Veniso sur la hauteur ». Elle est composée du thème vintio-, d'origine pré-celtique vin-t (hauteur) et du suffixe celte briga (montagne)[4], Vinçobriis, Vinzobres en 1182 puis Vinsobres jusqu'à nos jours.

La commune fait partie de l'Association des communes de France aux noms burlesques et chantants, le nom moderne est un oxymore. Elle a organisé les 7 et 8 juillet 2013 la rencontre annuelle des communes aux noms burlesques[5].

C'est en 1633, que Joseph Marie de Suarès, évêque de Vaison et grand amateur du vin de cette paroisse, donna cette sentence, qui est de nos jours celle de tous les vignerons du terroir : « Vinsobres ou sobre vin, prenez-le sobrement »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 970, certaines religieuses du prieuré de Nyons s'installèrent à Vinsobres pour y gérer une congrégation. Celle-ci dépendait de l'abbaye Saint-Césaire d'Arles. Le village n'est rattaché au Baronnies, qu'en 1206, puis fortifié en 1274. En 1337, les habitants du village obtiennent certains droits du dauphin Humbert II, comme celui d'organiser un conseil municipal. À partir de 1349, Humbert II remettant le Dauphiné à la France, la commune devient territoire français. Plusieurs communautés protestantes sont présentes dans la région, au XVIe siècle, notamment à Tulette, et à Vinsobres, qui ressent les turbulences des différentes guerres de religions. Le duc de Mayenne donne notamment l'ordre, en 1581, de mettre fin aux les 32 places fortes huguenotes locales. La signature de l'édit de Nantes permet le rétablissement de cette religion dans la région. Dans la première moitié du XVIIe siècle, sur environ 200 familles du village, deux tiers sont protestantes. La révocation de l'édit de Nantes impose à la population une conversion forcée au catholicisme. L'église d'alors se trouvant trop petite, un nouvel édifice est construit au sein du village, en remplacement de l'église « d'en haut », qui sera inaugurée en 1710. Malgré tout, et ce jusqu'à la veille de la Révolution française, des Assemblées du désert sont organisées : les unions, mariages et décès célébrés lors de ces réunions sont publiquement enregistrés en 1788. L'ancienne église, inutilisée depuis l'inauguration de la nouvelle, est transformée en temple en 1806, à la suite du Concordat[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Vinsobres.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1924 1930 André Escoffier Rad. Avocat, député de la Drôme
         
mars 2001 2014 Serge Cornud DVD  
mars 2014 octobre 2017 Marie-Pierre Monier[8] PS Professeure
Sénatrice de la Drôme
octobre 2014 En cours Claude Somaglino    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 1 165 habitants[Note 1], en augmentation de 1,84 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4161 4041 4771 4971 5761 6201 5661 5861 654
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6131 6451 6111 5031 5861 5241 3701 2521 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1191 0441 039931873805758690713
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7057548079111 0621 0891 0721 1091 181
2016 - - - - - - - -
1 165--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Vinsobres dépend de l'académie de Grenoble[13]. Le groupe scolaire comporte une école maternelle (29 enfants) et primaire (56 enfants), pour un total de quatre classes[14].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d'hôpital, le plus proche se situant à Nyons. Plusieurs professionnels de santé sont installés à Vinsobres, notamment un médecin généraliste, un cabinet de soins infirmiers.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le vin rouge de Vinsobres bénéficie de l'appellation premier cru des côtes-du-Rhône en Drôme provençale par décret du 17 février 2006. Les vignerons de la commune sont représentés au sein de la Commanderie des Costes du Rhône, confrérie bachique, qui tient ses assises au château de Suze-la-Rousse, siège de l'université du vin.

Commerce[modifier | modifier le code]

Bistrot de pays de Vinsobres.

L'Auberge du Petit Bistrot, qui porte le label Bistrot de pays[15], adhère à une charte qui a pour but de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village ». En dehors des points de ventes des domaines vinicoles, il est le seul commerce du village[16].

Croquettes de Vinsobres.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines d'un donjon dominant le village et vestiges de l'enceinte médiévale et d'une porte, le « Portalou ».
  • La Touche, Deurre, Château de Vérone : maisons fortes d'époque moderne.
  • L'église : l'édifice originel, en haut du village, étant trop petite, à la suite de la conversion des protestants locaux, après la révocation de l'édit de Nantes, une nouvelle église a été construite, au sein du village, à la fin du XVIIe siècle. Elle sert d'église paroissiale catholique.
  • Le temple : situé en haut du village, il était le siège de l'église catholique paroissiale, jusqu'en 1685. Le bâtiment date du XIIe siècle.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Vinsobres est célèbre dans toute la Drôme provençale pour sa Croquette de Vinsobres, biscuit croquant aux amandes légèrement sucrés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Bonnaud d'Archimbaud (1767-1857), député du Vaucluse, ancien capitaine de frégate, décédé à Vinsobres.
  • Alphonse de Bonaud, marquis d'Archimbaud, seigneur de Roquebrune, Vérone et de Vinsobres, baron de Montguers, député légitimiste à Nyons. La tradition le fait descendre d'une lignée du comte palatin et peintre italien Arcimboldo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]