Vinci Autoroutes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vinci Autoroutes
logo de Vinci Autoroutes

Création 2009
Slogan Roulons autrement
Siège social Rueil Malmaison
Drapeau de France France
Direction Pierre Coppey, président
Actionnaires VinciVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Concessions d'autoroutes
Produits Télépéage VINCI Autoroutes
Société mère Vinci
Sociétés sœurs Vinci Concessions
Filiales ASF, Cofiroute, Escota
Effectif 6776 salariés (2015)
Site web www.vinci-autoroutes.com

Dette 20,2 milliards d'euros (2015)
Chiffre d’affaires 4 881 millions d'euros (2015)
Résultat net 1100 millions d'euros (2015)

Vinci Autoroutes est un pôle du groupe Vinci spécialisé dans la concession et l’exploitation d'infrastructures autoroutières. Avec 4 398 km d'autoroutes concédées sur les réseaux de ses quatre sociétés - Autoroutes du sud de la France (ASF), Cofiroute, Escota et Arcour - Vinci Autoroutes est le premier opérateur d’autoroutes en concession en Europe[1].

Historique[2],[3][modifier | modifier le code]

  • 1956 : création de la société des Autoroutes Estérel Côte d’Azur Provence Alpes (Escota), première société concessionnaire d'autoroutes à péage de France.
  • 1957 : création de la société de l’Autoroute de la Vallée du Rhône (SAVR) qui devient Autoroutes du Sud de la France (ASF) en 1973.
  • 1970 : création de la Compagnie financière et industrielle des Autoroutes (Cofiroute)
  • 1972 : Cofiroute met en service la barrière de péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines
  • 1975 : première modernisation du péage : Escota automatise les entrées et sorties de péages en remplaçant les cartes perforées par les cartes magnétiques.
  • 1988 : Cofiroute lance Autoroute FM, la première radio dédiée aux clients de l’autoroute.
  • 1991 : Après sa faillite, l’autoroute de la Côte Basque (ACOBA) est intégrée au réseau ASF et devient filiale d’ASF en 1994
  • 1994 : la nouvelle barrière de Saint-Arnoult-en-Yvelines est mise en service et offre la plus grande capacité d'Europe. 30 millions de personnes la traversent tous les ans
  • 2000 : lancement du télépéage inter-société Liber-t
  • 2005-2006 : privatisation de l'essentiel du secteur autoroutier. Vinci est choisi comme acquéreur d’ASF et d’Escota
  • 2009 : naissance de Vinci Autoroutes
  • 2010 : signature du Paquet vert autoroutier. Les sociétés de Vinci Autoroutes s’engagent à investir 750 millions d’euros dans la requalification environnementale des sections les plus anciennes.
  • 2011 : lancement de la Fondation Vinci Autoroutes pour une conduite responsable et lancement de Radio Vinci Autoroutes.
      • ouverture totale du Duplex A86, tunnel long de 10 kilomètres sous la ville, à l'ouest de Paris entre Rueil-Malmaison et Vélizy.
  • 2013 : ouverture des 53 derniers kilomètres de l'autoroute A89 Bordeaux - Lyon.
  • 2015 : signature du "Plan de relance autoroutier"[4].
  • 2016 : Inauguration du chantier d’élargissement de l’A9 entre Le Boulou et la frontière espagnole, premier grand projet du "Plan de relance autoroutier".
  • 2017 : Inauguration et ouverture de la nouvelle A9 au sud de Montpellier, concédée à ASF comme le reste de l'autoroute.

Activité[modifier | modifier le code]

Chiffres[5][modifier | modifier le code]

  • 4 398 km d'autoroutes concédées (4 368 km actuellement en service)
  • 457 aires de repos et de service
  • 322 gares de péage
  • 6776 salariés en CDI
  • 2,332 millions de clients par jour
  • 4,881 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015
  • 794 millions d'euros d'investissements en 2014

Métiers[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Investir[modifier | modifier le code]

En tant que concessionnaire, Vinci Autoroutes et ses sociétés supportent les investissements nécessaires au développement et à l’entretien des infrastructures autoroutières. Le financement de cette mission déléguée par l’État est assuré par la ressource du péage.
Entre 2006 et 2015, Vinci Autoroutes a ainsi investi 9,5 milliards d’euros dans l’extension et la modernisation du réseau.

Aménager[modifier | modifier le code]

Vinci Autoroutes est concepteur et maître d’ouvrage des infrastructures dont l’État lui délègue la réalisation puis l’exploitation. Les sociétés concessionnaires de Vinci Autoroutes ont ainsi pris en charge la construction des 4 386 km d’autoroutes aujourd’hui en service sur leurs réseaux.

Sécuriser[modifier | modifier le code]

La filière viabilité-sécurité compte pour presque 1/3 des effectifs[6].
En plus des systèmes de sécurité habituels (Panneaux à Message Variable), Vinci Autoroutes a également déployé un système d’information (application mobile, radio, internet) pour répondre à sa mission d’accompagnement et d’accueil de ses clients.

Entretenir[modifier | modifier le code]

Au-delà des grands chantiers, Vinci Autoroutes consacre une part importante de ses investissements à l’entretien des chaussées et à la rénovation des équipements de l’infrastructure autoroutière (ponts, aires, systèmes d’information…).

À la fin de sa période de concession, Vinci Autoroutes doit remettre à l’État les infrastructures en parfait état de fonctionnement.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Actionnaire de la société Toll Collect GmbH, Cofiroute a participé au déploiement du premier système de télépéage autoroutier pour poids lourds (de plus de 12 tonnes), en service en Allemagne depuis le 1er janvier 2005. Ce système de perception automatique associe technologie satellitaire, pour localiser les véhicules, et liaisons GSM, pour transmettre les transactions. Les tarifs sont modulés en fonction des rejets polluants des véhicules.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Cofiroute États-Unis a poursuivi en 2008 l’exploitation de l’autoroute « 91 Express Lanes » à Los Angeles. Construite sur le terre-plein central d’une autoroute gratuite, la « 91 Express Lanes » est la première autoroute au monde avec un péage entièrement automatisé et des tarifs modulés chaque jour.

Cofiroute a mis en place en 2005 un système de péage innovant sur une autoroute urbaine de 16 km à l’ouest de Minneapolis (I-394 HOT Lanes), dans l’État du Minnesota. Il consiste à proposer la gratuité de passage pour les véhicules pratiquant le covoiturage, et à faire payer un péage par voie électronique pour les autres. La modulation tarifaire se fait de manière dynamique et varie toutes les trois minutes en fonction du niveau du trafic sur la voie HOT (high occupancy and toll).

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Pour le compte de la société concessionnaire SRC, Cofiroute Royaume-Uni est chargée de la collecte du péage sur les deux ponts traversant la Severn entre Bristol et Cardiff et reliant ainsi l’Angleterre au pays de Galles ; le plus récent des deux ponts a par ailleurs été construit par Vinci Autoroutes.

Pour la Highways Agency, Cofiroute Royaume-Uni a exploité, de 2003 à 2009, deux tunnels et un pont assurant le franchissement de la Tamise à Dartford, par l’autoroute M25, à l’est de Londres. Première barrière de péage d’Europe en termes de trafic, cette infrastructure a enregistré une moyenne de 145 000 transactions quotidiennes en 2008 – et jusqu’à 176 000 en jours de pointe.

Filiales[modifier | modifier le code]

Autoroutes en concession[modifier | modifier le code]

Aspects environnementaux[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Les autoroutes ont de nombreux impacts environnementaux, dont en termes d'emprise foncière, de paysage, de bruit, d'émissions de gaz à effet de serre, de collisions de véhicules avec les animaux, contribuant ainsi au phénomène dit de fragmentation écopaysagère et peut avoir d'autres impacts sur la biodiversité ou l'environnement.
En juin 2011, Vinci Autoroutes s'est associé à 6 autres grands gestionnaires d'infrastructures linéaires fragmentantes « pour agir en faveur de la biodiversité » [7] notamment dans le cadre de la Trame verte et bleue nationale autour d'une charte, en créant un « Club infrastructures linéaires et biodiversité » pour renforcer leur engagement en faveur de la biodiversité, et constituer un groupe de référence vis-à-vis des partenaires extérieurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au fil de l'autoroute (vidéo) », sur Vimeo
  2. Les autoroutes concédées en France 1955-2010, Claude Abraham (Celse, 2011)
  3. « VINCI Autoroutes : son histoire à travers ses principales dates », sur VINCI Autoroutes
  4. « Plan de relance autoroutier : VINCI Autoroutes s’engage », VINCI Autoroutes,‎ sans date (lire en ligne)
  5. « Chiffres-clés VINCI Autoroutes », sur Vinci Autoroutes
  6. ladepeche.fr, « Montauban. Un danger pour les poids lourds », 02/11/2012
  7. Source : Communiqué de presse et Conférence de presse donnée le 27 juin 2011 dans les locaux de l’institut océanographique de Paris - Actualité publiée le 29 juin 2011 à 01:55

Liens externes[modifier | modifier le code]