Vincenzo Ugolini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincenzo Ugolini
Description de l'image defaut.svg.

Naissance
Pérouse, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Décès
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Activité principale compositeur, chanteur
Maîtres Giovanni Bernardino Nanino
Élèves Lorenzo Ratti, Orazio Benevoli

Vincenzo Ugolini (Pérouse, le Rome, le ) est un compositeur et chanteur Italien de la fin de la Renaissance et du début du Baroque[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincenzo Ugolini, fils de Jean-Baptiste, a commencé sa formation musicale en tant que « puer » en 1592 à l'église de Saint-Louis-des-Français à Rome, où il a étudié avec Giovanni Bernardino Nanino. Les documents montrent que jusqu'en , il travaillait toujours dans la même chapelle, mais comme chanteur contralto dans le chœur, en précisant « autrefois enfant du chœur » (« olim puer chori »), tandis que du jusqu'à la fin de 1601, il a été employé à nouveau avec le titre de basse.

En 1603, il était maître de chapelle à la basilique de Sainte-Marie-Majeure, service qu'il a quitté le en raison d'une maladie grave déjà contractée en 1606. Cependant il a obtenu le poste de maître de chapelle à la cathédrale de Bénévent, conservant ce titre qu'en 1615, même si l'année d'avant il est revenu à Rome au service du cardinal Arrigoni.

Le , il revient à Saint-Louis-des-Français comme maître de chapelle, poste où il est resté jusqu'en 1620, quand il a accepté l'invitation pour le même poste à la Cappella Giulia et a recommandé comme son successeur à Saint-Louis-des-Français le petit-fils de Lorenzo Ratti, qui a pris officiellement ce poste le ; Ugolini a gardé son service à Saint-Pierre jusqu'en 1626.

Le , il est témoin lors de la rédaction du testament du compositeur Domenico Allegri, le frère de Gregorio. Comme Vincenzo, les Allegri étaient tous deux des élèves de Giovanni Bernardino Nanino, et en particulier Gregorio qui était le compagnon d'Ugolini au cours de la période de formation dans la maison de leur professeur.

Le , il revient à Saint-Louis-des-Français, où il reste jusqu'à sa mort en 1638. Il a été remplacé par son élève Orazio Benevoli.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique sacrée[modifier | modifier le code]

  • Sacræ cantiones, lib. 1, 8vv, bc (Rome, 1614);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib. 1, 1–4vv (Venise, 1616);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib.2, 1–4vv (Venise, 1617);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib.3, 1–4vv (Venise, 1618);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib.4, 1–4vv (Rome, 1619);
  • Motecta et missæ, lib. 2, 8, 12vv, bc (Rome, 1622);
  • Psalmi ad vesperas, 8vv, bc (Venise, 1628);
  • Psalmi ad vesperas et motecta, lib. 1, 12vv, bc (Venise, 1630);
  • 2 mottetti, 2vv, bc, 16183, 16195; 2, 3vv, bc, 16213, 16251;
  • 2 inni: Veni Creator Spiritus, 4vv; Gloria Patri Domino nato, 5vv: I-Rvat C.G.XV/70;
  • 4 antifone: Illuminare his qui in tenebris, 8vv; Omnes gentes plaudite manibus, 8vv; Et tu puer propheta, 8vv; Petrus apostolus, 6vv: Rvat C.G.XV/70;
  • Litaniæ lauretanæ, 8vv, Rvat C.G.XV/70;
  • Lauda Sion Salvatorem, 6vv, Rvat C.G.XV/71;
  • Favus distillans, mottetto, 8vv, bc, Rvat C.G.XIII/25;
  • Jubilate Deo, 5vv, Rvat C.G.XV/70

Musique profane[modifier | modifier le code]

  • Il primo libro de madrigali, 5vv (Venise, 1615);
  • Il secondo libro de madrigali, 5vv (Venise, 1615);
  • 1 madrigale, 159916 (anche in 161610)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. de l'anglais par Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 3 : P-Z, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-07778-4), p. 4309
  • Alberto Cametti, La scuola dei «pueri cantus» di S. Luigi dei francesi in Roma e i suoi principali allievi (1591-1623): Gregorio, Domenico e Bartolomeo Allegri, Antonio Cifra, Orazio Benevoli, Turin, Fratelli Bocca, 1915.
  • M A. Della Corte, G.M. Gatti, Dizionario di musica, Paravia, Turin, 1956.
  • Klaus Fischer, Vincenzo Ugolini, in New Grove Dictionary.
  • Jean Lionnet, La musique à Saint-Louis des Français de Rome au XVIIo siècle, in «Note d’archivio per la storia musicale», n. s., a. III, 1985, suppl.
  • Francesco Luisi, Vincenzo Ugolini, in Dizionario enciclopedico universale della musica e dei musicisti, a cura di Alberto Basso, Turin, UTET, 1983-1999, (ISBN 88-02-04228-4).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Galliano Ciliberti, « UGOLINI, Vincenzo in "Dizionario Biografico" », sur www.treccani.it (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]