Vincent de Swarte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincent de Swarte
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Vincent de Swarte, né le à Montauban (Tarn-et-Garonne) et mort le à Paris[1], est un peintre et écrivain français, auteur de romans variés allant de livres pour la jeunesse (Le Carrousel des mers) aux polars (Pharricide).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des études de sciences politiques à Bordeaux, il travaille plus d'une dizaine d'années dans la publicité avant de se consacrer à la peinture, réalisant de nombreuses et singulières compositions qu'il signe généralement de son seul prénom. En 1996, il publie un premier livre destiné à la jeunesse intitulé Le Carrousel des mers. Deux ans plus tard parait Pharricide, un roman centré sur un gardien de phare adepte de la taxidermie. En 1999, l'écrivain reçoit une mention spéciale du prix Wepler pour son roman Requiem pour un sauvage. Il évoque la catastrophe de Tchernobyl dans Le Paradis existe (2001), chronique d'un village d'Ukraine. Il s'essaye ensuite à l'autofiction teintée de fantastique dans Elle et moi (2005).

Il est emporté par un cancer à l'âge de 43 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Carrousel des mers, littérature jeunesse, Gallimard, 1996.
  • Pharricide, roman, Calmann-Lévy, 1998.
  • Requiem pour un sauvage, roman, éditions Pauvert, 1999.
  • La Chapelle aux oiseaux : conte de Noël, roman, éditions Pauvert, 1999.
  • La Dernière corrida, littérature jeunesse, Pocket, 1999.
  • Le Cirque de la lune, littérature jeunesse, Gallimard Jeunesse, 1999.
  • Le Paradis existe, roman, éditions Pauvert, 2001.
  • Lynx, éditions Denoël, roman, 2002.
  • Petit Bloï, littérature jeunesse, Gallimard Jeunesse, 2003.
  • Elle est moi, roman, éditions Denoël, 2005.
  • Une photo de toi, roman, éditions Thierry Magnier, 2005.
  • Journal d'un père, autobiographie, éditions Ramsay, 2006.
  • Pharanoïa, nouvelles, éditions Denoël, 2007[2].

Hommage[modifier | modifier le code]

En 2006, les éditions Thierry Magnier créent « Photo roman », une collection en hommage à Vincent de Swarte[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent de Swarte, Evene.fr, consulté le 18 juin 2012.
  2. Béatrice Nodé-Langlois, "Pharanoïa" de Vincent de Swarte, La Critique parisienne, n°57, juillet 2007.
  3. Notice de collection : Photo roman, BnF, consulté le 18 juin 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]