Aller au contenu

Vincent Van Quickenborne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vincent Van Quickenborne
Illustration.
Fonctions
Vice-Premier ministre de Belgique
Ministre fédéral de la Justice
chargé de la mer du Nord

(3 ans et 19 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Alexander De Croo
Gouvernement De Croo
Prédécesseur Koen Geens
Successeur Paul Van Tigchelt
Vice-Premier ministre de Belgique
Ministre fédéral des Pensions

(10 mois et 16 jours)
Monarque Albert II
Premier ministre Elio Di Rupo
Gouvernement Di Rupo
Prédécesseur Michel Daerden
Successeur Alexander De Croo
Bourgmestre de Courtrai
En fonction depuis le
(11 ans, 5 mois et 15 jours)
Élection 14 octobre 2012
Réélection 14 octobre 2018
Coalition Open Vld-sp.a-NV-A
Prédécesseur Stefaan De Clerck
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Gand (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Open Vld
Vice-Premiers ministres belges

Vincent Paul Marie Van Quickenborne, né le à Gand, est un homme politique belge flamand, membre de l'Open Vld. Il a été ministre des Pensions et Vice-Premier ministre du Gouvernement Di Rupo. Il est actuellement bourgmestre de Courtrai et a été ministre de la Justice et de la Mer du Nord dans le cabinet mené par Alexander De Croo.

Études et carrière

[modifier | modifier le code]

En 1991, il termine ses études secondaires au collège Sainte-Barbe de Gand. Vincent Van Quickenborne témoigne, en 2023, des abus sexuels de la part d'un prêtre à l'encontre des élèves qu'il a constaté dans l’école dans les années 1980[1]. En 1996, il est licencié en droit de la Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven)[2]. Il exerce ensuite le métier d’avocat au barreau de Courtrai.

Il est notamment connu pour avoir fait passer en force son adaptation du régime des pensions, fin 2011[3][réf. nécessaire].

Aux élections communales de 2012, il parvient à mettre fin au règne du CD&V sur Courtrai en étant élu bourgmestre, en 2013. Il est remplacé au gouvernement fédéral par Alexander De Croo. Il est réélu bourgmestre de Courtrai en octobre 2018. Le , il est nommé vice-Premier ministre et ministre fédéral de la Justice dans le gouvernement De Croo. En conséquence, il laisse sa fonction de bourgmestre à Ruth Vandenberghe qui devient bourgmestre faisant fonction.

En 2022, profitant du covid pour éviter des débats, il fait passer son Code Pénal Sexuel. Cette loi légalise les sites de petites annonces de prostitution. Ces sites sont désormais autorisés pourvu qu'ils prennent des mesures pour lutter contre les abus de prostitution (article 77 de la loi du 22 mars 2022).

En février 2022, il entame la procédure de retrait de reconnaissance officielle de l'Exécutif des musulmans de Belgique critiqué depuis octobre 2020 dans un rapport de la Sûreté de l’État qui avait dénoncé des ingérences étrangères au sein de cette institution. De surcroît, sa gestion était mise en cause pour son manque de transparence et sa confiscation par une poignée de membres[4]. En mai 2023, le bureau de l’Exécutif des musulmans de Belgique annonce saisir la justice afin de faire cesser ce qu’il considère comme des « ingérences arbitraires » du ministre de la Justice dans l’organisation du culte musulman[5].

En septembre 2022, il est, selon la presse, sujet d'une tentative d’enlèvement sur fond de recrudescence de la violence liée au trafic de drogue les mois précédents[6]. Quatre suspects ont été arrêtés[7].

En novembre 2022, l’agression mortelle contre un policier commise par un islamiste radical à Bruxelles, devient une affaire d’Etat plaçant Vincent Van Quickenborne et Annelies Verlinden, responsable de l’intérieur, « sur la défensive ». Il déclare aux syndicats de policiers « voir ce que l’on peut mieux faire » afin d’assurer leur protection[8] et demande au procureur général de Bruxelles, Johan Delmulle, un rapport sur les événements qui ont entouré le meurtre du policier à Schaerbeek[9]. La démission du ministre est réclamée par les deux principaux syndicats policiers[10].

En décembre 2022, il participe à une émission de télé-réalité pour laquelle il passe deux jours dans la nouvelle prison de Haeren, fraîchement inaugurée.

En avril 2023, Vincent Van Quickenborne propose une restriction du droit de manifester[11].

En septembre 2023, Vincent Van Quickenborne est éclaboussé par le « pipigate ». Il est accusé, par plusieurs partis politiques et des syndicats policiers, d'avoir menti à la suite d'une soirée trop arrosée qu'il a organisée, ce qui crée une polémique[12],[13].

Le , il démissionne du poste de ministre de la Justice, reconnaissant une « faute individuelle » au sujet de la fusillade du 16 octobre 2023 à Bruxelles[14]. En effet, l'auteur de la fusillade — un clandestin tunisien multirécidiviste — avait fait l'objet en d'une demande d'extradition vers la Tunisie que ses équipes n'ont pas jugé utile de traiter[15],[16]. Le 23 octobre 2023, il redevient bourgmestre de Courtrai.

En décembre 2023, Vincent Van Quickenborne fait face à de nouvelles révélations. Il a enfreint les règles sanitaires visant à lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19) au cours d'une fête privée, en août 2021. L'ancien ministre parle d'une « erreur de jugement » et a présenté ses excuses[17],[18].

Carrière politique

[modifier | modifier le code]
  • 1999 - 2003 : sénateur belge.
  • 2001 - 2013 : conseiller communal à Courtrai.
  • 2003 - 2007 : secrétaire d'État pour la simplification administrative.
  • 2008 - 2011 : ministre pour l’Entreprise et la Simplification.
  • 2011 - 2012 : vice-Premier ministre et ministre fédéral des Pensions du gouvernement Di Rupo.
  • 2013 - 2020 : bourgmestre de Courtrai.
  • 2020 - 2023 : vice-Premier ministre et ministre fédéral de la Justice chargé de la mer du Nord du gouvernement De Croo.
  • 2023 - : bourgmestre de Courtrai.

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Belga, « Agressions sexuelles: l’ancien collège de Van Quickenborne réagit aux déclarations de l’ancien ministre », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Le CV de Vincent Van Quickenborne », sur www.references.be (consulté le ).
  3. « slfp.eu/publications/press/le-… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  4. Anne François, 18 février 2022, « Van Quickenborne met fin à la reconnaissance de l'Exécutif des musulmans », sur VRT (consulté le )
  5. Le ministre Van Quickenborne attaqué en justice par l’Exécutif des musulmans de Belgique, lesoir.be, 12 mai 2023
  6. « La Belgique, narco-Etat? L’affaire Van Quickenborne «en dit long sur la puissance» des organisations criminelles », sur Le Soir, (consulté le )
  7. « Menaces envers Vincent Van Quickenborne : le quatrième suspect recherché a été arrêté », sur RTBF, (consulté le )
  8. Jean-Pierre Stroobants, « A Bruxelles, le meurtre d’un policier par un islamiste devient une affaire d’Etat », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Policier tué à Schaerbeek : le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne demande 'clarté et transparence totales' », sur RTBF, (consulté le )
  10. Un policier tué par un radicalisé notoire? Une affaire de procédures, estime Van Quickenborne, lecho.be, 14 novembre 2022
  11. Chambre des Représentants de Belgique, « Projet de loi visant à rendre la justice plus humaine, plus rapide et plus ferme III » [PDF],
  12. Valérie de Graffenried, « En Belgique, le «pipigate» éclabousse le ministre de la Justice », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  13. Marianne Chenou, « En Belgique, un « Pipigate » après la fête d’anniversaire arrosée du ministre de la Justice », sur leparisien.fr, (consulté le )
  14. « Surprise ce vendredi soir : le ministre de la justice Vincent Van Quickenborne annonce sa démission ! », sur sudinfo.be, (consulté le )
  15. H.G., « Attentat à Bruxelles: le ministre belge de la Justice reconnaît une "faute individuelle" et démissionne », BFM TV, (consulté le )
  16. Attentat de Bruxelles : Abdesalem Lassoued s’était évadé d’une prison tunisienne en 2011, leparisien.fr, 22 octobre 2023
  17. La Rédaction, « Après le pipigate, de nouvelles révélations accablantes pour l’ex-ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne », sur La Libre Belgique (consulté le ).
  18. « Images d'une fête : Van Quickenborne a enfreint les règles sanitaires pendant l'épidémie de Covid en 2021 », sur vrt.be, VRT NWS: le site d'information de référence, (consulté le ).