Tampographe Sardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vincent Sardon)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sardon.
Vincent Sardon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité

Vincent Sardon, né en 1970 à Bayonne, est un artiste français également connu sous le nom de Tampographe Sardon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il publie ses premiers fanzines dès le collège et participe à l'essor de la bande dessinée indépendante au début des années 1990. Il anime avec d'autres jeunes auteurs une revue qui donnera naissance aux éditions Ego comme X, qui publient des récits en noir et blanc, principalement autobiographiques. Cette revue, comme beaucoup d'autres, évolue dans le sillage de l'Association, éditeur indépendant emmené par la figure charismatique de Jean-Christophe Menu, que Sardon rejoint dès 1995. Il publie dans la revue Lapin et réalise plusieurs albums de bande dessinée au trait complexe et minutieux.

À partir de 1997, il devient un collaborateur régulier du quotidien Libération où il officie comme dessinateur de presse. Il cesse cette collaboration au bout de 10 ans, quand il se décide à donner corps au Tampographe Sardon, projet graphique très personnel, qu'il développe depuis de longues années à l'abri des regards.

Il travaille et vit à Paris, concevant, fabriquant et commercialisant lui-même ses créations, dans une démarche autonome assez proche de celle des éditeurs indépendants fréquentés dans ses années de formation.

Si certains tampons témoignent pleinement d'un esprit corrosif volontiers anarchiste, comme les coffrets d'injures, d'autres sont des jeux graphiques plus poétiques[1].

Il rend compte de son activité sur son blog dans un style direct, drôle et insoumis[2], en détaillant la vie de son atelier, les projets en cours, les expositions auxquelles il participe mais aussi ses rencontres et plus généralement sa position d'artiste. En 2012, il publie quatre ans de chroniques de son blog dans le livre Le Tampographe Sardon : « Il n'y a qu'un seul Tampographe. C'est une des particularités de cette profession. C'est comme pour le Pape, ou le Père Noël, ou le Monstre du Loch Ness. Il n'y a qu'un seul poste à pourvoir. »

Inspiration[modifier | modifier le code]

Ses sources d'inspiration sont multiples : peintres primitifs, art médiéval, naïf ou brut, gravures de vieux dictionnaires...

Parmi les artistes qui ont contribué à former son regard, on peut citer Edward Gorey, Julie Doucet, George Grosz, Félix Vallotton.

Illustrateur[modifier | modifier le code]

  • 1996 : La Valise envolée, Anne Baraou, ill. Vincent Sardon, L'Association
  • 1997 : De Henri IV à Louis XVI : 4 rois et demi, François Godicheau, Serge Pinchon, ill. Vincent Sardon, Gallimard jeunesse
  • 2001 : Les Ostings. t. 1 Les Voisins venus d'ailleurs, Anne Baraou, ill. Vincent Sardon, Delcourt
  • 2002 : Les Ostings. t. 2 Palmipedopithecus gagatus, Anne Baraou, ill. Vincent Sardon, Delcourt
  • 2002 : Coquetèle : bande dessinée en trois dés non ordonnés, Baraou et Sardon, L'Association

Auteur[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Crevaison, L'Association
  • 2000 : Mormol, L'Association
  • 2002 : Nénéref, Ego Comme X
  • 2012 : Le Tampographe Sardon, L'Association

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sardon vraiment tamponné », sur Libération.fr
  2. « L'Association | Maison d'édition de bandes dessinées fondée en 1990 », sur www.lassociation.fr (consulté le 16 novembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]