Vincent Moon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vincent Moon
Vincent Moon.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (38 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Vincent Moon , de son vrai nom Mathieu Saura, est un réalisateur français indépendant de films musicaux, né le à Paris.

Il fut le réalisateur principal des Concerts à Emporter de La Blogothèque de 2006 à 2009, un projet exclusivement pensé pour internet de films musicaux en situation, le plus souvent en extérieur, dédié à la musique indie-rock ainsi qu'à des musiciens plus connus comme R.E.M., Tom Jones ou Arcade Fire. De 2009 à 2013, Moon a parcouru le monde une caméra dans son sac à dos, pour sa collection Petites Planètes, documentant les rituels religieux, la musique sacrée, et les folklores locaux. Il travaille seul ou avec l'unique assistance des populations locales, et la plupart du temps sans argent engagé dans ses projets, en essayant de produire ses films sans suivre les schémas établis de l'industrie cinématographique. Il partage tout son travail, films et enregistrements musicaux, gratuitement sur internet, sous licence Creative Commons.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières Expérimentations (2000-2005)[modifier | modifier le code]

Grandissant à Paris, Vincent Moon étudie la photographie pendant trois ans à l’Atelier Reflexe de Montreuil, où il fait la connaissance des photographes Michael Ackerman et Antoine d’Agata qui auront une grande influence sur son travail à venir. Travaillant comme photographe à cette période, il prit l’habitude de mettre ses photos en mouvement, projetant son travail sous forme de slideshows mis en musique. En 2003, il crée le blog photographique ‘Les Nuits de Fiume’, documentant la nuit parisienne et principalement ses concerts. Il crée ses premiers films en 2005, après avoir découvert les travaux des réalisateurs expérimentaux Peter Tscherkassky et Stephen Dwoskin, publiant des films courts mélangeant narration intimiste et expérimentations techniques, du super8 aux caméras de téléphones. Moon développe rapidement une passion pour l’internet et les possibilités d’y publier gratuitement son travail. Se rapprochant de la musique, il rencontre le groupe américain The National à l’un de leurs concerts à Paris, et de leur amitié naitront divers projets, ses photos étant utilisées pour la pochette du troisième album du groupe, Alligator. Il réalise aussi deux clips musicaux pour eux, Daughters of the Soho Riots et Lit Up. À la même période, il initie d’autres projets en lien avec la musique, créant des clips pour Clogs, Sylvain Chauveau et Barzin.

Les Concerts à Emporter (2006-2009)[modifier | modifier le code]

En 2006, inspiré par le film Step Across The Border sur le musicien anglais Fred Frith, et poussé par le désir d’enregistrer la musique d’une manière plus créative, il fonde avec Christophe ‘Chryde’ Abric le projet des ‘Concerts à emporter / Take Away Shows’, le podcast vidéo de La Blogothèque. Les Concerts à Emporter sont une série de sessions vidéos improvisées en extérieur avec des musiciens, dans des situations inattendues et publiées gratuitement sur internet. En quatre ans, ils réussissent à filmer plus de 200 vidéos avec des groupes tels que REM, Arcade Fire, Sufjan Stevens, Tom Jones, Beirut, Grizzly Bear, Sigur Ros et bien d’autres, toujours dans le genre de la musique rock et pop, principalement centrée sur les musiciens nord-américains. Vincent Moon y perfectionne son style: une intimité immédiatement reconnaissable, toujours en de longs et dansants cadres, souvent filmé dans une seule prise sans répétition. Les Concerts à Emporter attirent rapidement une très large audience, le New York Times présentant son impact en écrivant ‘Vincent Moon a ré-inventé le clip musical’. Une nouvelle génération de jeunes réalisateurs autour du monde reconnaissent l’influence du concept, son approche organique de la musique. Une étude de 2010 a montré que plus de 100 projets filmiques sur le net étaient directement inspirés par les Concerts à Emporter de la Blogothèque.

Le business musical, dedans/dehors (2007-2010)[modifier | modifier le code]

À la suite du succès du projet de la Blogothèque, de nombreux artistes plus reconnus demandent à Moon de travailler sur des films plus longs. La plupart de ces projets deviennent de nouvelles explorations sur les relations entre musique et cinéma, et des essais radicaux contre les formats établis des films musicaux. Après un controversé premier essai avec le format long pour le film-essai A SKIN, A NIGHT, jugé trop expérimental par les fans du groupe The National, Moon collabore avec Michael Stipe et REM sur la publication de leur album ‘Accelerate’, en coréalisation avec le réalisateur français Jeremiah. Les résultats explorent les possibilités de la narration digitale avec 90nights, un projet internet, et 6days, un film expérimental de 48 min utilisant les mêmes images. Des idées que l’on retrouve dans le clip musical Supernatural Superserious, toujours pour REM, qui utilise l’internet d’une façon nouvelle pour l’industrie musicale. Finalement, leur collaboration culmine avec l’acclamé THIS IS NOT A SHOW, un film sur les concerts du groupe américain à Dublin à l’été 2007. Les autres projets à l’époque incluent un film de une heure avec le groupe Beirut en collaboration avec La Blogothèque, CHEAP MAGIC INSIDE (2008, 60 min) - les 12 chansons de leur nouvel album étant filmées dans les rues de Brooklyn, en un unique plan séquence expérimental. En 2008, Vincent Moon fut le principal créateur du film Miroir noir, suivant le groupe The Arcade Fire en tournée. Moon perdit la main sur le montage final du film et refusa alors d’être crédité comme réalisateur. De 2005 à 2009, Vincent Moon filme le festival ATP, un festival musical indépendant en Angleterre. Ses images sont utilisées dans le film ALL TOMORROW’S PARTIES (2009, 90 min) coréalisé par Jonathan Caouette, et reçu de nombreux éloges de la presse. Vincent Moon publia plus tard gratuitement sur internet une série de 7 films expérimentaux sur le festival, sous le titre FROM ATP. En novembre 2008, Vincent Moon voyagea a Prague pour documenter les mythiques Havlovi, un couple de musiciens qui ont dédié leur vie à leurs instruments, l’ancienne viole de gambe. Le résultat, LITTLE BLUE NOTHING (2009, 50 min) a été projeté dans de nombreuses villes autour du monde, et fut publié en 2014 en dvd série limitée. En mars 2009, Vincent Moon et le violoncelliste Gaspar Claus embarquèrent pour Tokyo, pour aller filmer le poète, musicien et peintre Kazuki Tomokawa. Le film LA FAUTE DES FLEURS, parfois considéré comme le meilleur film de Moon, remporta le prix ‘Sound & Vision’ au festival du film documentaire CPH DOX au Danemark. Une chose rare pour Moon, puisqu’il ne soumet jamais son travail aux compétitions de cinéma. En avril 2009, il organise et enregistre un concert de la chanteuse Lhasa de Sela à Montréal, pour promouvoir son nouvel album. Malheureusement, ce concert allait devenir le dernier de Lhasa au Canada, la chanteuse disparaissant quelques mois plus tard. Ces films ont été publiés en ligne depuis. Plus tard ce même mois, Moon travailla avec les écossais de Mogwai, un groupe de post-rock culte depuis les années 90, et enregistre leur performance à New York. Burning, un film de 50 minutes sur ce concert, coréalisé par Nathanael Le Scouarnec, représente une vision radicale de la musique en live, un essai en noir et blanc au montage frénétique, et a été considéré comme l’un des meilleurs films musicaux de l’histoire. Durant l’année 2009, Moon commence à explorer d’autres approches de la musique, s’éloignant des Concerts à Emporter et crée son propre blog Les Nuits de Fiume, où il commence à écrire des idées sur les médias, la culture et la création au XXIe siècle. Son dernier projet dans le champ de la musique rock fut AN ISLAND, enregistré en août 2010 avec le groupe danois Efterklang sur leur île originelle de Als. Le film fut publié exclusivement sur internet en janvier 2011, développant une nouvelle méthode de distribution de films appelée private-public screenings - les personnes qui souhaitent voir le film doivent organiser leur propre projection. Le succès massif de l’opération (plus de 1 100 projections dans le monde entier) créa un nouveau concept pour le cinéma sur internet.

Collection Petites Planètes, exploration du monde sonore (2009-2014)[modifier | modifier le code]

En Décembre 2008, Vincent Moon quitta Paris et laissa la plupart de son travail derrière lui pour explorer de nouveaux horizons. Il s’éloigna de la Blogothèque assez rapidement, même s'il continua à contribuer de temps à autre avec quelques films, et il décida de commencer son nouveau label ‘nomade’ - la Collection Petites Planètes. Avec ce nouveau projet, il explora et enregistra la musique traditionnelle, les rituels religieux, les relations entre musique et transe sur les cinq continents. Ces films d’« ethnographie expérimentale » marquent un clair écart avec son travail précédent sur les scènes alternative et indie - les films sont plus subtils, la caméra plus calme, la forme évolue vers un équilibre unique entre le travail de Robert Gardner et les enregistrements de Alan Lomax. Partout où il alla, il s’appuya sur des connexions locales et ne collabora jamais avec des compagnies de productions classiques, travaillant plutôt avec des personnes qui l’avaient contacté à l’époque de la Blogothèque. Moon a voyagé au Chili, Argentine, Cambodge, Égypte, Pologne, Islande, Brésil, Colombie, Turquie, Sardaigne, Indonésie, Pérou, les pays du Caucase, Vietnam, et Laos pour la collection Petites Planètes depuis 2010. Toujours créant ses films avec et sur les habitants locaux, et les partageant constamment sous une licence Creative Commons sur internet. La collection Petites Planètes est entièrement financée via des donations sur son site web, et grâce aux projections et ateliers donné à travers le monde. Rejetant le professionnalisme traditionnel en faveur d’une amateurisme du XXIe siècle, Moon collabore avec des créateurs locaux et de jeunes talents dans le monde entier, questionnant infatigablement les normes établies de la représentation visuelle de l’« autre ».

Vers le Sacré (2014…)[modifier | modifier le code]

Au tournant de l’année 2014, après cinq ans de voyages, Vincent Moon changea sa façon de vivre et de travailler pour explorer plus profondément un sujet - le renouveau du sacré dans notre génération. Son premier projet est le long-métrage HIBRIDOS, qu'il réalise avec l'exploratrice Priscilla Telmon, tourné au Brésil, et explorant les diverses religions dans le pays, des croyances afro-brésiliennes jusqu’aux cultes syncrétiques plus récents, tissant une idée complexe sur la place des humains et des esprits parmi le rythme accéléré du monde d’aujourd’hui.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]
Téléfilms[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Monteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]