Vincent Kadlubek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wincenty Kadłubek
Wincenty Kadłubek - rys. Jan Matejko.jpg
Fonctions
Archevêque de Cracovie
-
Évêque catholique
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Karwów (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Jędrzejów Abbey (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Jędrzejów Abbey (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Université de Paris (?) (- (?))
Université de Bologne (?) (- (?))Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Étape de canonisation
Fête
Œuvres principales

Wincenty Kadłubek, aussi connu sous les noms de Maître Vincent (Mistrz Wincenty), né vers 1150 près de Sandomierz et mort le à Jędrzejów, fut curé de la cathédrale de Sandomierz et évêque de Cracovie puis un moine pauvre de l'Ordre cistercien à Jędrzejów. Ce fut le premier Polonais qui écrivit l'histoire de la nation polonaise dans sa Chronica Polonorum (Chronique de la Pologne) connue également sous le titre de Chronique du Maître Vincent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wincenty Kadłubek dans la cathédrale de Sandomierz

Wincenty Kadłubek naît dans une riche famille de Karwów, une ville proche d'Opatów. De 1167 à 1185, il étudie à Paris et à Bologne et reçoit le doctorat en théologie. A son retour, il est ordonné prêtre et nommé prévôt du chapitre de la cathédrale de Sandomierz, ainsi que chroniqueur, chapelain et chancelier de Kazimierz II le Juste.

La chronique de Pologne (1207)

Entre 1190–1208 (les dates exactes sont toujours l'objet des débats des historiens), Kadłubek écrit Chronica Polonorum, une chronique en latin relatant l'histoire de la Pologne de ses origines jusqu'en 1202. Elle est rédigée dans un style allégorique caractéristique de cette époque. Elle abonde en paraboles et en fables au contenu politico-moralisateur. Elle relate des faits historiques, des traditions et des mythes mais aussi bon nombre de fantaisies poétiques. Dans son œuvre, Kadłubek utilise pour la première fois l’expression res publica (République) dans le contexte polonais. Comme Gallus Anonymus avant lui, il s’inspire du proverbe latin vox populi, vox dei. Il développe l’idée d’un conseil composé d’évêques et de représentants de la noblesse qui supervise le travail du souverain. Il défend également l’idée que le souverain devrait être choisi par ce conseil et révoqué par celui-ci en cas d’abus de pouvoir.

Cette chronique n’est publiée qu’en 1612 et la première traduction en polonais date de 1862.

Évêque de Cracovie (1207-1218)

Après la mort de Pełka, évêque de Cracovie, il prend sa succession le . Son élection est approuvée par Innocent III et il est consacré évêque par l'archevêque de Gniezno.

En 1218, en présence de tout le chapitre, il se dépouille de ses insignes épiscopaux et, pieds-nus, il rejoint le monastère cistercien de Jędrzejów, comme simple moine au milieu des moines. Il y est enterré.

Béatification (1764)

En 1682, le roi Jan III Sobieski demande au Saint-Siège sa béatification. Une requête similaire fut faite en 1699 par l'ordre cistercien. Il ne fut pourtant béatifié que le par Clément XIII. La Saint-Wincenty Kadłubek est fêtée le 8 mars.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Népomucène Janowski, Investigentur omnes sententiae et loci iuris Romani, quotquot in Cadlubcone occurant et indicentur fontes eorum, Varsovie, Typis Collegii Scholarum Piarum (Presses du Collège des Ecoles pieuses), 1827, mémoire de maîtrise de droit de l'Université de Varsovie (Janowski pl est né en 1803 à Konopiska et mort en 1888 à Juvisy-sur-Orge)

Liens externes[modifier | modifier le code]