Vincent Caillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caillard.
Vincent Caillard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Activité

Vincent Caillard, né le à Saint-Laurent-les-Eaux et mort le à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, est un industriel français. Il est le fondateur, administrateur et directeur général des Messageries générales de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Conducteur des travaux pour les Ponts et Chaussées d'Orléans et de Beaugency à partir de 1790, il fait fortune entre 1805 et 1815, grâce à des travaux de construction de routes et à des exploitations forestières en Sologne. En 1815, il fonde une entreprise de diligences à Orléans, avant de monter, avec sa famille, en 1819, à Paris où il achète en 1820, l'hôtel de Juigné, quai Malaquais.

Il fonde les Messageries Générales de France en 1826, avec Pierre Laffitte et Jean-Baptiste Laffitte, frères du banquier Jacques Laffitte[1], qui fournissent d'importants capitaux. Les diligences Lafitte & Caillard sillonneront la France, avant d'être remplacées au fur et à mesure du temps par le chemin de fer.

Eugène Sue est le beau-frère de Marc Caillard, époux de Victorine Sue, sœur de l’écrivain et fils de Vincent Caillard.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de la famille Laffitte [1]. Voir également Nicolas Stoskopf, Les Patrons du Second Empire : banquiers et financiers parisiens, Paris, Éditions A. et J. Picard, (ISBN 2-7084-0682-5), p. 222.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Lapeyre, « Vincent Caillard ou le pionnier de la grand'route », Cahier de la fédération nationale des associations de personnel de la Poste pour la recherche historique, no 92,‎ (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2010)
  • G Lenotre, Gens de la Vieille France, Paris, .
  • G Lenotre, Paris et ses fantômes, Paris, .
  • Léo Mouton, Le Manoir de Jean Bouyn, Paris, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]