Vincent Berger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincent Berger
Image dans Infobox.
Fonctions
Conseiller maître à la Cour des comptes
depuis le
Directeur
Direction de la recherche fondamentale (d) et Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives
-
Conseiller (en)
Président de la République française
-
Président
Université Paris-Diderot
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Universitaire, physicienVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Présidence de la République française (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Jean Pierre Rouanet de Vigne Lavit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Vincent Berger, né le à Saint-Amand-Montrond, est un physicien et haut fonctionnaire français. Président de l'Université Paris Diderot de mai 2009[1] à , il aura été, en 2012, rapporteur général des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche, puis, après son départ de l'Université Paris Diderot, conseiller "Enseignement supérieur et recherche" auprès du Président de la République François Hollande, à partir du puis conseiller "Education, enseignement supérieur et recherche" du jusqu'au . Il a rejoint le CEA[2] en , dont il a dirigé la "Direction de la Recherche Fondamentale" (DRF) jusqu'au . Il a ensuite rejoint de l'Université de Paris le . Il est aujourd'hui conseiller maître à la cour des comptes (France) par nomination au conseil des ministres du .

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincent Berger fait ses études supérieures à l'École normale supérieure. Il travaille ensuite au laboratoire central de recherches du groupe Thales (anciennement Thomson-CSF) de 1990 à 2001. Il devient professeur à l'Université Paris VII - Diderot en 2001, et rejoint le laboratoire Matériaux et Phénomènes quantiques, dont il devient le directeur[3],[4]. Il dirige ensuite l'UFR de Physique (2006- 2009), avant de devenir, la même année (2009), Président de l'Université Paris Diderot. Il est réélu pour un second mandat à la Présidence de cette université en , second mandat qu'il interrompt en pour rejoindre le cabinet du président de la République François Hollande. Il fait également partie du Conseil d'administration du PRES Sorbonne Paris Cité[5] entre et , et est nommé, en , Président de l'Alliance Université Sorbonne Paris Cité (ou "USPC"). Il est Vice-Président de la Commission des Moyens et des Personnels de la conférence des présidents d'université ("CPU"), de à .

Vincent Berger est l'auteur de plus de 150 publications scientifiques et de 16 brevets[réf. nécessaire].

En , il intègre l'équipe de campagne de Martine Aubry pour l'élection présidentielle de 2012, chargé, avec Isabelle This Saint-Jean, de la thématique « Recherche et Université[6] ».

Le , il est nommé rapporteur général des Assises nationales de l'enseignement supérieur et de la recherche[7]. Le , il remet le rapport des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche au président de la République François Hollande. Le , il est nommé "Conseiller Enseignement supérieur et Recherche" auprès du Président de la République François Hollande. Il devient ensuite "Conseiller Education, Enseignement supérieur et Recherche". [8] Il est mis fin à ses fonctions par un décret du 28 août 2015, avec effet au , pour son intégration au CEA.

Il a été par ailleurs président-fondateur de l'association pour la réunification en Corée du Sud du fonds documentaire des protocoles royaux de la dynastie Joseon[9], qui a milité pour le retour des manuscrits royaux à Séoul, aux côtés de Jack Lang. Le vœu de cette association a été exaucé le , lorsqu'en marge du G20, les présidents Nicolas Sarkozy et Lee Myung Bak décident du retour de ces manuscrits à Séoul.

Principaux travaux[modifier | modifier le code]

Les principaux travaux de physicien de Vincent Berger ont concerné les thématiques suivantes :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]