Vin tranquille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un vin tranquille est un vin qui ne forme pas de bulles lors de l'ouverture de la bouteille. Il est l'inverse de ce qu'est le vin effervescent. La plupart des vins sont tranquilles.

Législation[modifier | modifier le code]

La loi française, qui définit clairement le vin comme un produit issu de la fermentation des raisins, en vue de transformer le sucre de ces derniers en alcool, distingue les vins tranquilles des vins mousseux. Sont considéré comme vins tranquilles les vins de plus de 1,2 %, et de moins de 18 % de volume d'alcool, qui ne présente aucun dégagement de gaz carbonique lors de l'ouverture de la bouteille[1]. Cette distinction avec les vins mousseux est notamment essentielle pour le paiement d'un droit de circulation, prévu par le droit fiscal, dont le tarif est de 9,35 € par hectolitre pour les vins mousseux, contre de 3,78 € par hectolitre pour les vins tranquilles[2].

Vinification[modifier | modifier le code]

La vinification d'un vin tranquille suit des procédés sans étapes de prise de mousse. La teneur en dioxyde de carbone naturellement dissout dans le vin par l'action de micro-organismes est égale à 2000 mg/L environ, après les fermentations et avant l'élevage du vin[3]. Cette teneur est contrôlée afin de garantir des caractéristiques organoleptiques typiques d'un vin tranquille.

Fermentations[modifier | modifier le code]

Alcoolique[modifier | modifier le code]

Un vin tranquille est vinifié par une seule fermentation alcoolique. Le gaz produit par la fermentation s'échappe du vin à cette étape, la quantité de gaz dissoute dans le vin à ce stade varie en fonction de sa solubilité. Contrairement aux vins effervescents, le gaz n'est pas maintenu volontairement dans le vin par mise sous pression.

Malolactique[modifier | modifier le code]

Lors de la fermentation malolactique, du gaz carbonique est également créé et se dégage naturellement.

Ajustement de la teneur en dioxyde de carbone[modifier | modifier le code]

La teneur de CO2 est contrôlée avant la mise en bouteille et peut être ajustée, soit à la hausse soit à la baisse, respectivement par carbonication ou décarbonication[4].

La carbonication se fait par bullage de CO2 gazeux dans le vin, afin qu'il s'y dissolve. La loi l'autorise dans une limite maximum de 2000 mg/L.

La décarbonication, elle, se fait par bullage de N2 gazeux afin qu'il chasse le dioxyde de carbone déjà dissout.

Dégustation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dégustation du vin.

La dégustation d'un vin tranquille doit être exempte d’effervescence.

Un vin peut être tranquille, mais avec une teneur en gaz élevée, un léger picotement se ressent alors en bouche sur la langue. Une haute teneur en gaz peut être recherchée pour apporter de la fraîcheur aux millésimes très chauds, dans les vins blancs, rosés et rouges. La limite de perception se situe autour de 1000 mg / L de CO2 dissout suivant la capacité du dégustateur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qu'est-ce qu'un vin tranquille ? », Direction de l'information légale et administrative, Service Public.,‎ (lire en ligne)
  2. Code général des impôts - Article 438 (lire en ligne)
  3. Navarre, Colette,, L'œnologie, Tec & Doc, dl 2010 (ISBN 9782743012977 et 2743012978, OCLC 758742402, lire en ligne)
  4. « Bien préparer ses vins à la mise en bouteille », JOVINE Andrée, Centre de Recherche et de Développement Œnoagronomique de Suze La Rousse, (PDF) (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]