Vin d'épines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir épinette.
Vin d'épines

Le vin d'épines est un vermouth connu sous les noms suivants : troussepinette (en Vendée), pousse d'épines (en Anjou, Touraine et Haut-Poitou), épinette (en Aunis et Saintonge)... Son nom est dû à son aromatisation par des pousses de prunellier (« épines noires ») ou d'aubépine (« épines blanches ») se développant juste après la floraison. Il se boit frais en apéritif ou en vin de dessert mais aussi en vin chaud.

Élaboration[modifier | modifier le code]

Il existe une grande variété de recettes, par le passé transmises oralement, et variant d'une maison à l'autre, si bien qu'à part les ingrédients de base, il n'existe pas de mode unique d'élaboration. En effet, certaines recettes préconisent une macération préalable dans l'eau-de-vie, ou dans le vin et l'eau-de-vie mélangés. De même certaines recettes parlent de poignées de jeunes rameaux (en vrac, donc), tandis que d'autres évoquent des pousses en faisceaux...

On peut néanmoins dire que le vin d'épines est produit par macération des pousses dans un vin sucré pendant au moins deux semaines, auquel on ajoute de l'eau-de-vie en fin de macération. Le mélange est brassé régulièrement.

Pousse de prunelier noir, entrant dans la préparation du vin d'épines (troussepinette)

Autres ingrédients[modifier | modifier le code]

De nombreuses recettes mentionnent d'autres fruits mis à macérer comme de l'orange ou du citron, des épices comme la vanille, ou encore d'autres plantes locales.

On trouve maintenant en Vendée des vins aromatisés appelés trousse-pinette (avec des orthographes variées) à différentes saveurs : divers fruits, fruits rouges, aux noix, aux feuilles de pêcher, etc. sans que l'épinette ne fasse partie des ingrédients.

Recette de base[modifier | modifier le code]

  • une grosse poignée de jeunes pousses tendres de prunelier ou d'aubépine (mai)
  • 5 litres de vin un peu corsé
  • 1 litre d'eau-de-vie assez neutre (prune)
  • 600 g de sucre (faire dissoudre dans le vin au préalable)

Bien mélanger, puis faire macérer au moins 1 mois en remuant de temps en temps. Filtrer et mettre en bouteille.

Caractéristiques organoleptiques et gastronomie[modifier | modifier le code]

Dégustation de vin d'épines par le producteur

Le vin d'épines est traditionnellement bu en tant qu'apéritif, frais (entre 7 et 9°) ou avec des glaçons, mais aussi à température ambiante. Trop froid, les arômes ont du mal à être perçus et l'alcool peut l'emporter, trop chaud, le sucre peut prendre le dessus. Sauf exception - trop grande amertume ou trop de sucre à la fabrication - il n'est pas coupé d'eau. Certains peuvent préférer le boire à température ambiante, notamment quand il ne fait pas trop chaud, ou pour le boire en vin de dessert. Il est une très bonne alternative au Pineau des Charentes pour accompagner le melon, frais, l'été, mais également un vin de fin de repas à la manière du Sherry, à température ambiante, au lieu d'un digestif plus alcoolisé. Il semble qu'un usage récent soit de l'utiliser comme vin chaud, en alternative ou comme base à une recette traditionnelle de vin chaud.

Le vin d'épines est apprécié pour ses arômes fruités, qui étonnent le profane et réjouit les amateurs: au delà des arômes du vin utilisé comme base, cerise, cerise confite, prune, pruneau, pêche, vanille, fleurs de sureau sont les plus fréquemment cités. Il n'est ainsi pas rare qu'on y retrouve des parfums très marqués de fruits ou plantes n'entrant pas dans sa composition, ou que le buveur pense que des arômes artificiels y soient rajoutés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]