Vinéa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vinéa
Vinea.jpg

Vue d'artiste du cataclysme

Univers de fiction
Présent dans lʼœuvre
Yoko Tsuno
Astronomie
Rotation
Dimension
comme Terre
Gravité
comme Terre
Caractéristiques
Atmosphère
comme Terre
Classe
artificiellement vivable dans la zone crépusculaire
Population
Vinéens, Androïdes

Vinéa est une planète fictive, présentée dans la série de bande dessinée Yoko Tsuno. Très similaire à la Terre, appartenant à un système binaire situé dans la galaxie M33, à plus de 2 millions d'années-lumière de la Terre, elle est la planète-mère d’une civilisation très avancée dont une partie de la population s’est exilée sur Terre.

Présentation[modifier | modifier le code]

« Son histoire »[modifier | modifier le code]

-2 400 000[modifier | modifier le code]

Vinéa était vouée à la destruction par un cataclysme stellaire : ses deux soleils s'attirant inexorablement, les Vinéens furent condamnés à vivre en sous-sol, avant de devoir évacuer leur planète. Sur 100 vaisseaux de survie prévus à cet effet, seulement 11 furent achevés à temps ; les Vinéens entamèrent alors un long exode, certains quittant même leur galaxie.

Après un voyage d'environ 2 millions d'années en direction de la Voie Lactée, l'un des 11 vaisseaux arriva sur Terre, il y a 400 000 ans[Note 1]. Depuis, les rescapés vinéens y vivent, toujours en sous-sol pour des raisons d'adaptation biologique ; c'est là que Yoko Tsuno fait leur rencontre fortuite dans Le Trio de l'Étrange.

Entre -2 400 000 et l'époque actuelle[modifier | modifier le code]

(La chronologie n'est pas détaillée dans les albums.)

Selon les différents albums, il semble que des survivants aient trouvé refuge dans les profondeurs de Vinéa, ou bien aient essaimé dans le système vinéen, puis soient progressivement retournés sur leur planète — réaménagée pour être de nouveau habitable, à la suite de la stabilisation de l'étoile binaire. D'autre part, 11 nefs intersidérales quittèrent Vinéa pour un exode lointain, dont au moins un, à destination de la Terre, fut intergalactique.

La Guerre des Cités : différentes cités de survivants se livrent une lutte meurtrière. L'une d'elles, sur le point de perdre, crée dans la Cité de l’Abîme un arsenal sous-marin de fusées de très haute technologie, et forte d’un demi-million d'enfants destinés à les utiliser, se referme sur elle-même afin de préparer sa contre-attaque. L’éducation des enfants est assurée par vingt Archanges — des androïdes placés sous le contrôle de la reine Hégora, un être artificiel pouvant ressusciter grâce à des copies d'elle-même, processus supervisé par le robot Tryak.

Cette reine deviendra un dictateur pour la cité, projetant de conquérir Vinéa — plan refusé par les Archanges, qui n'élevèrent pas les enfants au-delà de l'adolescence. Ces enfants étaient alors capturés par Hégora pour former son peuple.

Ce cycle prendra fin lorsque Yoko participera à la destruction de deux copies de la reine, Tryak se chargeant de détruire les trois dernières. Yoko deviendra peu après la nouvelle reine de la cité, position qu’elle accepte en attendant que les Vinéens trouvent une solution concernant ses habitants. (Voir tome 13 : Les Archanges de Vinéa.)

Vers 2000 (époque actuelle)[modifier | modifier le code]

Les Vinéens expatriés sur Terre depuis 400 000 ans entreprennent finalement de retourner sur Vinéa (tome 6 : Les 3 soleils de Vinéa). Ils découvrent leur planète quasiment intacte, 2 400 000 années après le cataclysme, mais dotée désormais d’une rotation synchrone, c’est-à-dire d’une rotation exposant toujours la même face aux deux étoiles de son système stellaire. Cette situation avait provoqué la séparation de Vinéa en deux zones, l’une constamment exposée aux rayons solaires et d’un climat brûlant, l’autre dans une éternelle obscurité et glaciale, mais les populations vinéennes qui avaient survécu au bouleversement stellaire avaient pu aménager des barrières climatiques permettant la création d’une zone intermédiaire tempérée entre les deux zones aux climats extrêmes[Note 2].

Une station solaire en orbite put, très peu de temps après leur retour, éclairer une zone de l'hémisphère nocturne, permettant d'actionner des mécanismes au sol. Cette source de lumière forma le « troisième » soleil de Vinéa. D’autres stations solaires, identiques ou similaires, furent rapidement mises en place. Dès l’album vinéen suivant (tome 8 : Les Titans), cinq sont opérationnelles et d’autres en construction. La population de retour d’exil décida de s’installer dans la zone glaciale, sur les vestiges d’une ancienne cité abandonnée et sous leurs « soleils » artificiels.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur sa surface, on trouve de nombreuses montagnes, des rivières, un océan…

Les sites remarquables sont :

  • les Six Cités
  • la Cité de l'Abîme
  • le Mémorial de Xunk

Habitants[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont humanoïdes et ont la peau bleue. Ceux dont les noms sont mentionnés dans les albums sont :

  • Khâny
  • Poky
  • Syndā
  • Vynka
  • Trâja
  • Lhâna
  • Sylka
  • Wéghà
  • Kandā
  • Lāthy
  • Wangha
  • Karpan, lui aussi originaire de Vinéa, mais décédé avant de la revoir.

Technologie[modifier | modifier le code]

Les Vinéens disposent d'une technologie très avancée. On peut citer :

  • les différentes navettes se déplaçant aussi bien dans l'atmosphère que dans l'espace ;
  • la navette intergalactique qui se déplace plus vite que la lumière[Note 3], elle met 63 jours pour parcourir 2 millions d'années-lumière (première apparition dans le tome 6 : Les 3 soleils de Vinéa) ;
  • une matière radioactive, le vinadium, qui prolonge l'existence tant que l'on est soumis à son rayonnement (voir le tome 18 : Les Exilés de Kifa) ;
  • la maîtrise du magma terrestre pour créer des continents (dans le tome 3: La Forge de Vulcain) ;
  • le rayon désintégrateur, dont il existe une version portative ;
  • le casque traducteur, qui facilite la communication entre Terriens et Vinéens ;
  • les caissons d'hibernation, d'usages variés ;
  • des barrières climatiques qui contrôlent les mouvements atmosphériques de Vinéa ;
  • des robots, androïdes et gynoïdes, aussi intelligents que des humains ;
  • la capacité de copier sur support informatique la personnalité et les capacités de réflexion d’un être biologique ;
  • l'imprimante 3D (dès 1973, dans La forge de Vulcain).

Environnement[modifier | modifier le code]

D'autres mondes sont situés à proximité de la planète :

  • Shŷra, une planète ou petite étoile disloquée, frôlant à tous les cinq ans le système de la planète géante K-3 et de ses satellites, au nombre desquels se trouve Ixo, une lune glacée où sont stockés des déchets vinéens dangereux.
  • Ultima (« univers » avec ses nuées intemporelles).

Le bleu vinéen[modifier | modifier le code]

Les origines de la planète Vinéa (anagramme de la marque de crème hydratante Nivea) sont expliquées par Roger Leloup dans le supplément du tome 20 (L'Astrologue de Bruges) :

« Vinéa est un univers qui peut exister, mais que j'ai créé de toutes pièces. Son origine remonte à mon enfance. Dans le salon de coiffure de mon père, une publicité vantant la crème Nivea - que, dyslexique, j'avais transformée en Vinéa - avait attiré mon attention. Avec le temps, l'image s'était décolorée et seul le bleu était resté. Une fille, sur l'affiche, avait donc la peau de cette couleur. J'étais convaincu que cette crème rendait la peau bleue. Et quand j'ai imaginé ce peuple venu de l'espace, je me suis rappelé tout cela. Il faut - hélas ! - parfois attendre d'être adulte pour pouvoir raconter ses rêves d'enfance[1]. »

La couleur bleu pâle avait aussi une autre motivation :

« Si je les faisais mauves, l'imprimerie les aurait rendus une fois roses, une fois bleus. En vert, ils seraient devenus parfois jaunes ou bleus. Alors je les ai faits bleu pâle pour rester efficace et les différencier des Schtroumpfs. On avait beaucoup de problèmes de reproduction à l'époque[2]. »

Apparition dans la série[modifier | modifier le code]

Les albums de la série Yoko Tsuno ne font pas tous référence aux Vinéens. Ceux-ci n'apparaissent que dans les tomes suivants :

De cette liste, les tomes 1, 3, 25 et 27 se déroulent uniquement dans notre système solaire, non dans celui de Vinéa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On pourrait remarquer que la distance entre les deux galaxies est un gouffre gigantesque ! Et même avec une technologie rendant le voyage possible - ce qui n'est pas le cas dans cette BD - les endroits de départ et d'arrivée sont tellement « ponctuels » dans leurs galaxies respectives qu'ils seraient très difficilement repérables...
  2. Le principe de cloisonnement des masses d'air au moyen de puissantes barrières magnétiques, tel qu’il est présenté, n'est pas réaliste. L'air (ou un mélange moléculaire gazeux comparable) est formé de molécules neutres, peu sensibles aux champs magnétiques. Les masses gazeuses ne pourraient êtres contrôlées de cette manière, par un champ magnétique passif. À moins d'imaginer un système d'ionisation et un contrôle de type MHD...
  3. Le concept à la base de ce type de voyage « supraluminique » ne tient cependant pas du tout la route. Ce n'est pas en supprimant la lumière que la relativité restreinte n'est plus valide, car elle est la description de la cinématique dans l'espace-temps. De plus, selon la mécanique quantique, la lumière ne peut être totalement éliminée d'un lieu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Trio de l'étrange », Yokotsuno.com (consulté le 3 août 2009)
  2. « Le trio de l'étrange », yokotsuno.com (consulté le 26 décembre 2008).