Villognon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villognon
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays manslois
Maire
Mandat
Claude Guitton
2014-2020
Code postal 16230
Code commune 16414
Démographie
Population
municipale
351 hab. (2013)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 46″ N 0° 05′ 59″ E / 45.8628, 0.099745° 51′ 46″ Nord 0° 05′ 59″ Est / 45.8628, 0.0997
Altitude Min. 50 m – Max. 107 m
Superficie 9,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Villognon

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Villognon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villognon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villognon

Villognon est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Villognon est une commune située à 7 km à l'ouest de Mansle et 24 km au nord d'Angoulême, sur la rive gauche de la Charente et en lisière occidentale de la forêt de la Boixe.

Le bourg de Villognon est aussi à 8 km au nord-ouest de Saint-Amant-de-Boixe, 8 km au sud-est d'Aigre, 16 km au nord-est de Rouillac, 20 km au sud de Ruffec et 38 km au nord-est de Cognac[1].

À l'écart des grandes voies de circulation, le bourg de Villognon est desservi par la RD 32 qui traverse la commune du nord au sud et longe la Charente entre Luxé et Coulonges. La RD 69 va vers l'est en direction de la RN 10 entre Angoulême et Poitiers par Cellettes au sud de Mansle, moyen le plus rapide pour joindre la préfecture charentaise et qui passe 7 km à l'est du bourg.

La commune est aussi 3 km au sud de la RD 739 entre Mansle et Aigre et 5 km au nord-est de la RD 737 d'Angoulême à Aigre par Montignac et Marcillac-Lanville[2].

La ligne Paris-Bordeaux traverse la commune du nord au sud et longe la Charente en passant à l'est du bourg, mais la gare la plus proche est celle de Luxé, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Poitiers et Bordeaux.

La future LGV Sud Europe Atlantique traversera la commune en 2017[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat se concentre principalement au bourg, mais on peut signaler la Tourette, chez Durand et les Galeries, hameaux qui jouxtent le bourg au nord, ainsi que les Loges, situé au nord de la commune en limite avec Luxé[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villognon
Fouqueure Luxé
Ambérac Villognon Cellettes
Coulonges Xambes Vervant

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Villognon est située sur des terrains calcaires qui datent du Jurassique supérieur (Kimméridgien). Il constitue le plateau de la Boixe. Au nord du bourg ainsi que sur les flancs de la vallée de la Charente, on trouve des colluvions sous forme de grèzes datant du Quaternaire. La vallée elle-même est couverte d'alluvions[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 107 m, situé dans la forêt à l'extrémité orientale. Le point le plus bas est à 50 m, situé le long de la Charente sur la limite ouest. Le bourg, construit au bord du fleuve, est à 60 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive gauche de Charente, qui en arrose l'ouest.

Le ruisseau de la Brangerie, à sec en été, traverse la commune et se jette dans la Charente au pied du bourg. Il y a aussi une fontaine et un lavoir au pied de la mairie dans la vallée de la Charente[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes anciennes Villanulfo en 1302[7] et Vilagnof (non datée)[8].

L'origine du nom de Villognon remonterait à un anthroponyme germanique Anaolf, latinisé en Anulfus, précédé du préfixe villa signifiant « domaine » entre le IVe et XIe siècles, ce qui donne « domaine d'Anaolf »[9],[10],[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un poignard néolithique découvert en 1921 lors des fouilles pour la papeterie atteste de l'ancienneté de l'occupation[11].

Au XIe siècle, le prieuré de Villognon dépendait de l'abbaye de Saint-Amant-de-Boixe. La terre de Villognon avait été en effet donnée en 1040 à l'abbaye de Saint-Amant par le comte d'Angoulême Geoffroi Taillefer.

Ce prieuré, simple et conventuel, disparut vers la fin du XIIIe siècle et fut remplacé par une cure. Mais une bulle du pape Benoît XIII, du 11 juin 1405, rétablit l'ancien prieuré et l'unit à la manse abbatiale.

Au XVe siècle, Yvon Régnauld, écuyer, était seigneur de Villognon. Il s'intitulait serviteur et familier domestique des La Rochefoucauld. Ses descendants possédaient encore Villognon au début du XVIIe siècle.

Près du chemin reliant le bourg à Échoisy, on trouvait encore au début du XXe siècle un souterrain auquel on avait donné le nom de Creux des Fades[Note 2],[Note 3].

Toujours au début du XXe siècle, le logis de la Tourette appartenait au marquis Horric de la Mothe Saint-Genis[12].

En 1921, une cartonnerie a été construite pour la Société des papiers ondulés et d'emballage de La Rochefoucauld, sur l'emplacement d'un ancien moulin à blé, à la Tourette, sur la Charente. À la fin des années 1960, les papeteries de Villognon employaient plus de 300 employés[13]. L'usine est achetée par Ménigault cartonneries en 1986 et fermée en 1987[14].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 2001 en cours Claude Guitton SE Retraité

En 2008 les élus de Villognon se sont fédérés à l'initiative des élus du Pays ruffécois avec 17 communes du Nord-Charente et 5 des Deux-Sèvres en une fédération qui demande des compensations aux nuisances que va leur apporter la LGV Sud Europe Atlantique[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 351 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
426 449 539 475 667 641 599 607 592
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
570 570 543 530 477 445 441 424 403
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
380 370 396 408 429 402 356 431 503
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 2013
510 476 444 400 389 394 393 359 351
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Villognon en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90  ans ou +
1,0 
13,8 
75 à 89 ans
12,0 
14,3 
60 à 74 ans
18,8 
15,3 
45 à 59 ans
12,0 
23,6 
30 à 44 ans
23,0 
15,3 
15 à 29 ans
14,7 
16,7 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de la 'Charente en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

La population de Villognon est restée stable durant les deux derniers siècles, avec des fluctuations, augmentation de 50 % durant la première moitié du XIXe siècle, baisse durant la seconde moitié et à nouveau augmentation de 25 % durant la première moitié du XXe siècle, baisse durant la seconde moitié et retour aux environs de 400 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Villognon est une commune agricole et viticole.

La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[20].

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

Villognon abrite une ébénisterie d'art.

Le seul commerce est une épicerie.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Villognon accueille une activité touristique sous forme de chambres d'hôtes [21].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Villognon et Xambes. Villognon accueille l'école élémentaire, avec une classe, et Xambes l'école primaire. Le secteur du collège est Mansle[22].

Autres équipements et services[modifier | modifier le code]

Il y a un stade.

Tous les autres équipements et services sont sur les communes avoisinantes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Nicolas date du XIIe siècle. Son portail est classé monument historique depuis 1903[23]. Il est encadré par des bas-reliefs figurant saint Nicolas et saint Michel.

Dans l'église, on remarque la litre des Regnauld et une dalle funéraire aux armes des Raimond de Villognon ainsi que la litre funéraire du Marquis Horric-de-La Motte-Saint-Genis[24].

Église Saint-Nicolas

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château dénommé la Forteresse pourrait dater du XVIe siècle.

Le logis de la Tourette est formé d'un corps de logis, centré, comme tous ceux du XVe siècle par une tour, ici ronde, renfermant l'escalier à vis. Deux tours encadrent le bâtiment qui possède des douves alimentées par la Charente. Le pigeonnier carré est sur le côté de la cour d'honneur[25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi Villejoubert, non loin de là.
  2. Les fades sont les fées en occitan, resté en patois charentais.
  3. Le Creux des Fades est encore indiqué sur la carte IGN. Il correspond à une portion de la combe des Loges, au nord-ouest de ce chemin.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. La future ligne TGV Sud-Europe Atlantique entre Tours et Angoulême
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente,‎ (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 50
  8. Louis Adolphe Terracher, Étude de géographie linguistique: Les aires morphologiques dans les parlers populaires du nord-ouest de l'Angoumois (1800-1900), H. Champion,‎ , 700 p. (lire en ligne), p. 15
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ , 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 722
  11. Magnant, Poignard néolithique, Mémoire de la Société archéologique et historique de la Charente,‎ (lire en ligne), p. XXXVII,128
  12. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf,‎ 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 411
  13. Sylviane Carin, « Villognon, la nouvelle vie des papeteries », Charente libre,‎ (lire en ligne)
  14. « Papeterie de Villognon », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Journal Sud Ouest du 26 juillet 2008
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  18. « Evolution et structure de la population à Villognon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  20. Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes » [PDF],‎ (consulté le 7 décembre 2015)
  21. Maison des Treilles
  22. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 29 juillet 2012)
  23. « Église de Villognon », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1933, p.LXXVII
  25. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 399

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]