Villeperdue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villeperdue
Le château de Boisbonnard.
Le château de Boisbonnard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Monts
Intercommunalité Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Roland Mariau
2014-2020
Code postal 37260
Code commune 37278
Démographie
Gentilé Villeperdusiens
Population
municipale
977 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 06″ nord, 0° 37′ 59″ est
Altitude Min. 93 m – Max. 118 m
Superficie 11,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Villeperdue

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Villeperdue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeperdue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeperdue

Villeperdue est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Villeperdusiens, Villeperdusiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Un espace de transition entre Indre et Vienne[modifier | modifier le code]

Le territoire de Villeperdue constitue indéniablement une transition entre les pays de l'Indre et ceux de la Vienne. Sa géographie administrative est au demeurant là pour l'illustrer : en effet, bien que située dans le canton de Montbazon et dans l'arrondissement de Tours, Villeperdue fait partie de la communauté de communes de Sainte-Maure-de-Touraine. Ceci témoigne de ses liens, nombreux et forts, avec la Touraine du Sud.

Un espace franchi[modifier | modifier le code]

Elle est par ailleurs traversée par d'importants axes de communication, à savoir la ligne de chemin de fer de Tours à Poitiers d'une part, et l'autoroute A10 de l'autre.

Un bourg rural attractif[modifier | modifier le code]

La croissance démographique retrouvée[modifier | modifier le code]

Néanmoins, le territoire communal n'est pas un simple espace franchi : la fréquentation de la modeste gare le prouve et, bien loin de restreindre son service, comme elle l'avait en un temps envisagé, la SNCF tend à l'élargir. Depuis le début des années 1990, Villeperdue attire de nouveau des habitants : proche de Tours, elle a joui d'un coût des terrains avantageux. Une politique avisée d'embellissement du bourg a permis de mettre plus en valeur le potentiel de ses aménités. En 2008, le conseil général d'Indre-et-Loire a financé la réalisation de logements sociaux en plein centre-bourg.

Des commerces et des services bien diversifiés[modifier | modifier le code]

Aussi, avec ses habitants, Villeperdue tend-elle à retrouver ses commerces : à la boulangerie s'adjoint un bar-tabac, une graineterie et même un salon de coiffure. L'importante maison de matériaux Léger, vient étoffer les activités de la commune ; il en est de même de l'importante entreprise de récupération en tous genres, créée par M. Maurice Dufresne, au lendemain de la Libération.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin Villa Perdita. Villa = domaine rural, et perdita, participe passé adjectivé du verbe perdre = perdue, d'abord personne menacée dans sa vie physique, et au sens figuré, chemin, lieu situé à l'écart.
Census de Villa Perdita, XIIIe s. (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 108, p. 253) ; Ville Perdue, mars 1399 (Archives Nationales-JJ 154, n° 181, fol. 111 v°) ; Villeperdue, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

Délimitation réalisée de Thilouze d’avec Villeperdue par Ordonnance Royale du 13 octobre 1824 : la commune de Villeperdue cède à celle de Thilouze la Faroire, que le géomètre délimitateur avait attribué par erreur à Villeperdue, dans son Procès-verbal du 10 juillet 1813 ; Thilouze cède à Villeperdue 15 ha environ aux Prés Gravoux (A.N.-F 2 II Indre-et-Loire 3).
Selon une légende populaire, Villeperdue doit son nom aux Arabes qui sont montés jusqu'à la commune en 732. Prise, la ville était donc une ville perdue, bien matériel dont une personne est privé ; sens attesté vers 1260, donc compatible avec les attestations les plus anciennes de ce nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Roland Mariau PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 977 habitants, en augmentation de 0,41 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541 624 867 844 839 503 491 465 502
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
510 517 521 484 490 509 578 608 608
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
610 615 620 576 594 538 549 542 583
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
557 641 605 586 767 818 940 988 977
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Situé à la périphérie de la ville, le château de Boisbonnard a été construit entre le XIVe et le XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fortunat Milon de Mesne (1767 - 1847), qui fut l'un des plus fervents préfets royalistes de la Restauration, naquit à Villeperdue.

Pierre Benoit, de l'Académie française, situa dans cette commune son roman Villeperdue (Albin Michel, 1954).

Maurice Dufresne, entrepreneur de Villeperdue, y a fondé le musée qui porte son nom. Les visiteurs en apprécieront le charmant éclectisme, ainsi que l'authenticité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]