Villeneuve-de-Duras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve.

Villeneuve-de-Duras
Villeneuve-de-Duras
Le bourg vu depuis la salle des fêtes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Marmande
Canton Les Coteaux de Guyenne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Duras
Maire
Mandat
Gérard Lafon
2014-2020
Code postal 47120
Code commune 47321
Démographie
Gentilé Villeneuvois
Population
municipale
316 hab. (2015 en diminution de 0,32 % par rapport à 2010)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 30″ nord, 0° 14′ 17″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 131 m
Superficie 11,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Duras

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Duras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Duras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-de-Duras

Villeneuve-de-Duras est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Villeneuvois et les Villeneuvoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située en Guyenne dans le vignoble des Côtes de Duras. Elle est limitrophe du département de la Gironde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeneuve-de-Duras[2]
Margueron
(Gironde)
Riocaud
(Gironde)
Villeneuve-de-Duras Loubès-Bernac
Saint-Sernin Saint-Astier

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse s'est appelée Villeneuve de Puychagut, jusqu'au XVIIIe siècle [3],[4].

La commune a été créée Villeneuve en 1793, puis s'est appelée Villeneuve-de-Duras plus récemment, après la fin du XIXe siècle[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Villeneuve est une bastide médiévale.

La bastide vers 1900

Liste des prêtres et curés de Villeneuve de Puychagut[modifier | modifier le code]

  • Blaize Desconches (cité en 1627, 1630)
  • Antonin Borie (résignation en 1640)
  • Arnaud de la Cassaignie (1653-1655) - Ancien curé de Gensac (Gironde) - Part à Saint-Front-de-Compaignac (Dordogne)[Note 1]
  • Pierre Boudrie (1655-) - Ancien curé de Saint-Front-de-Compaignac
  • Pierre Conte (-1671 résignation) - Part à Landerrouat (Gironde)
  • Jacques Jullien (1671-) - Ancien curé de Landerrouat
  • Pierre Delfieux Laborie (avant 1677-1708) - Originaire du Rouergue
  • Jean Baritaud (1708-1744) Archidiacre de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) - Ancien curé de Margueron (Gironde)
  • Pierre Baritaud (1744-1772) - Ancien curé de Margueron - Neveu du précédent
  • Gratiolet (1772-1790) - Ancien vicaire de Sainte-Foy-la-Grande
  • Constant (1790)

Liste des pasteurs de Villeneuve de Puychagut[modifier | modifier le code]

  • Monbaron (1578)
  • Cartier (1637)
  • Mathurin (1661)
  • Ferrand (1665-1666)
  • De Mathurin (1670-1677)
  • Tinel (1677-1685)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie et la poste
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1963 mars 2001 Pierre Vincent[7]    
mars 2001 2014 Robert Jeammet   Commercial
2014 en cours Gérard Lafon    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2015, la commune comptait 316 habitants[Note 2], en diminution de 0,32 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
597599637705719677686699639
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
675644611619592544505466484
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
503476447405404408390366381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
346303287262244254253310311
2015 - - - - - - - -
316--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La commune possède une école publique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Moulin de Marquet[modifier | modifier le code]

Logis de Lachèze[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Domaine agricole constitué d'un vaste logis de maître, de deux métairies (Lacheze et Maisonneuve), de divers bâtiments notamment un superbe pigeonnier-porche, un moulin à vent (aujourd'hui disparu), un moulin à eau (Bizet) et une tuilerie (également disparue). Localisé dès le XVIe siècle dans le fief des Testauds, le logis fut édifié au cours du XVIIIe siècle par la famille Lacheze qui après son extinction laissa son nom au domaine. En 1715, il forme une véritable enclave d'une superficie d'une trentaine d'hectares dans la paroisse de Villeneuve de Puychagut : cet ensemble d'un seul tenant sera sauvegardé jusqu'au milieu du XIXe siècle[11].

Historique de propriété et propriétaires successifs[modifier | modifier le code]

En 1609, Pierre Lacheze greffier du captalat de Puychagut, fils de feu Jehan Lacheze et originaire de Trignac (Corrèze) épouse devant Me Jehan André, notaire, Louise Gorce, fille de Daniel Gorce, procureur d'office dudit captalat et de Jehanne André. Leur fils Pierre Lacheze, Sieur des Testauds, juge dudit Captalat, épouse Marie Perdreau, fille de François Perdreau et Marie Petit. Veuf, il rédige son testament le 21 septembre 1685 et institue comme héritier universel son fils unique, Paul Lacheze . Sous pression du pouvoir en place, il abjure sa foi calviniste le 30 septembre 1685 en l’église de Villeneuve de Puychagut et meurt peu après. Paul Lacheze, seigneur de Bizet et des Testauds, achète en 1673 la charge de procureur de la chambre des comptes de Bretagne et épouse à Nantes en 1678 Marie Marchays, fille de Jean Marchays, sieur de la Gombregère, marchand, et de Jeanne Fleuriau. Demeurant rue de Verdun à Nantes, il teste le 6 août 1715 en faveur de ses cousins, les sieurs Gorce qui refuseront cet héritage criblé de dettes. Veuf sans enfants, il se remarie en avril 1715 avec Renée Buart, veuve de Jacques Simon également procureur en ladite chambre. Paul Lacheze meurt peu après en mai 1715 à Nantes.

Le domaine de Lacheze est mis sous administration judiciaire à partir de 1716 avec différents baux judiciaires jusqu'en 1729, date à laquelle il est mis en vente aux enchères. Après de multiples recours auprès de la justice de Puychagut, du présidial d'Agenais et du Parlement de Bordeaux, l'adjudication finale est faite en 1733 en faveur de Pantaléon Faure-Dumaine pour la somme de 7 200 livres. Né en 1693 à Montagnac-la-Crempse (Dordogne), il est fils de Jean Faure, sieur du Maine, et de Marie Lestrade (originaire du Mas-d'Agenais). Licencié en droit, avocat au parlement, juge du captalat de Puychagut et du marquisat de Théobon, il épouse en 1733 Marguerite Richier fille de Jean Richier procureur d'office de Taillecavat (Gironde) et de Jeanne Vergne. En 1746, il réside à Sainte-Foy-la-Grande après l'achat de l'office de receveur des fermes royales et le domaine de Lacheze devient un lieu de villégiature et de fin de semaine. Il contribue largement à l'embellissement du domaine avec notamment la mise en place notamment d'une métairie (Maisonneuve) et d'une tuilerie. Il meurt à Lacheze en 1775 et son épouse répartie leurs biens entre leurs quatre enfants survivants : Jeanne, Marie Jeanne, Ambroise et Marie Hyacinthe Faure-Dumaine. Ambroise, receveur des tabacs, obtint les biens à Sainte-Foy-la-Grande et ses trois sœurs reçurent en indivision le domaine de Lacheze. Aucun des quatre enfants n'eut de descendance et le domaine est vendu par Marie Hyacinthe, la dernière des filles, le 11 juin 1805 pour la somme de 35 000 francs en faveur de Jean-Baptiste Moynier, bourgeois et maire de Villeneuve[11].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Front-de-Compaignac n'existe pas en Dordogne. Lire probablement Saint-Front de Champagnac, c'est-à-dire Saint-Front-la-Rivière, à côté de Champagnac-de-Belair.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Lot-et-Garonne », (consulté le 4 juillet 2015)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b77101733/f1.item.zoom
  4. https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-de-cassini
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Carte d'État-Major sous Géoportail
  7. Plaque sur la salle des fêtes
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. a et b Recherches et archives personnelles - Olivier Drault