Villemorien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villemorien
Le château.
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Bar-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais
Maire
Mandat
Daniel Laurent
2014-2020
Code postal 10110
Code commune 10418
Démographie
Population
municipale
210 hab. (2015 en diminution de 2,78 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 11″ nord, 4° 17′ 50″ est
Superficie 13,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

Voir sur la carte administrative de Champagne-Ardenne
City locator 14.svg
Villemorien

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Villemorien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villemorien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villemorien

Villemorien est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est (jusqu'à récemment en Champagne-Ardenne).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée de la Sarce, ce village se situe à l'altitude moyenne de 177 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jully-sur-Sarce Bar-sur-Seine Rose des vents
N Polisot
O    Villemorien    E
S
Villiers-sous-Praslin Arrelles

Topographie[modifier | modifier le code]

Ce village est mentionné en 721 sous le nom de Villa Maurinae, de Villa Mauriano en 753 sous la forme Vile Morien mars 1257[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village est mentionné en 723 par Waré abbé qui fondait l'abbaye de Flavigny[2], puis en 753 par l'acte de donation de Chelembert. Il avait autrefois son chateau-fort et sa seigneurie. Le vieux castel aurait été fondé par un comte Mohz, chef d'une de ces tribus de Morins qui, au Ve siècle, envahirent une partie de l'Austrasie et de la Champagne. Après avoir saccagé Bar-sur-Seine, le comte Mohz alla s'établir dans la vallée de la Sarce et fit établir une villa (domaine foncier) qui prit son nom : villa Morhiana.

Attestation en (n. st.) dans le testament de Sébile, dame d'Etrepy, Le premier seigneur dont on trouve trace dans l'histoire est Guillaume de Villemorien en 1501.

Henry Le Bégat, Simon Le Bégat et Étienne de Baroissy, seigneurs de Villemorien en 1499[3]. Noble Jean le Begat, écuyer, sieur de Villemorien, vivait en 1505 [4].

En 1789, Chappes relevait de l'intendance et de la généralité de Dijon, de l'élection et de la recette de Bar-sur-Seine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Bar-sur-Seine du 29 janvier au 29 novembre 1790, puis de celui de Polisy jusqu'en l'An IX.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 M. Pierre Petit-Camusat    
mars 2008 en cours M. Daniel Laurent[5] DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

EN 1544, le village comptait 200 feux, puis 67 en 1666 et en 1770, 64 feux ou 166 communiants. En 1786, 325 habitants.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2015, la commune comptait 210 habitants[Note 1], en diminution de 2,78 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
334 359 303 293 303 320 303 286 290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283 281 272 273 251 237 273 255 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
269 267 249 216 191 189 184 218 179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
203 192 200 181 192 172 189 216 210
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (23,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,1 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 27,2 %, 45 à 59 ans = 27,2 %, plus de 60 ans = 17,4 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 24,7 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 27,8 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 15,5 %).
Pyramide des âges à Villemorien en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,0 
5,4 
75 à 89 ans
5,2 
12,0 
60 à 74 ans
9,3 
27,2 
45 à 59 ans
19,6 
27,2 
30 à 44 ans
27,8 
14,1 
15 à 29 ans
12,4 
14,1 
0 à 14 ans
24,7 
Pyramide des âges du département de l'Aube en 2008 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,5 
75 à 89 ans
10,3 
13,7 
60 à 74 ans
14,3 
21,2 
45 à 59 ans
20,6 
20,2 
30 à 44 ans
19,1 
19,0 
15 à 29 ans
17,1 
19,1 
0 à 14 ans
17,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germain, ancienne cure du doyenné de Bar-sur-Seine, elle avait pour succursale la paroisse de Jully-le-Châtel. Elle fut donné à l'abbaye de Moutiers-saint-Jean par Gautier de Bourgogne au XIIe siècle. L'église est du XIIe siècle, la nef sans transept n'est pas voûtée, elle possède une tour qui s'élève au-dessus du chœur. Elle a un riche mobilier comme une dalle funéraire[12], un Bas-relief représentant l'Annonciation, saint Étienne et saint Vorles[13] qui sont tous deux du XVIe siècle.
  • Château de Villemorien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de la Marne, 17 H 94, n° 1.
  2. Bibliothèque Nationale, latin, 17720, p1
  3. Archives civiles, volume 01, département de l'Aube p. 265.
  4. Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, ..., 1839, p. 448, P. Louis Lainé.
  5. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Villemorien en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de l'Aube en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2012)
  12. « dalle funéraire », notice no IM10008649, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Bas-relief », notice no PM10004225, base Palissy, ministère français de la Culture