Villemanoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villemanoche
Villemanoche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Intercommunalité Communauté de communes Yonne Nord
Maire
Mandat
François Goglins
2020-2026
Code postal 89140
Code commune 89456
Démographie
Gentilé Manochons
Population
municipale
672 hab. (2018 en augmentation de 2,28 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 04″ nord, 3° 10′ 56″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 194 m
Superficie 14,39 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-sur-Yonne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villemanoche
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Villemanoche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villemanoche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villemanoche
Liens
Site web villemanoche.fr

Villemanoche est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villemanoche est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 833, Pont-sur-Yonne était une dépendance de Villemanoche.

La paroisse faisait partie de la seigneurie de Chaumont possédée par la famille des Barres au XIIIe siècle. Le village n'a jamais été fortifié.

La seigneurie est détenue par la famille des Friches (de Paris) au XVe siècle. La seigneurie est alors suzeraine de celle de Thorigny, située sur la source de l'Oreuse[6]. Au XVIe siècle, la famille de L'Hospital procède du chancelier de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1976 2001 Alain Michel    
mars 2001 mai 2020 Daniel Genty[7]    
mai 2020 En cours François Goglins    

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Manochons.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 672 habitants[Note 3], en augmentation de 2,28 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
514579615685718772831862855
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772836826798759689664638609
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
581554487418431449503417403
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
424384351376590610610611612
2013 2018 - - - - - - -
657672-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de l'église Saint-Pregts.
  • La Préhistoire a laissé des traces importantes à Villemanoche (polissoirs, sépultures de l'âge de Fer), ainsi que l'époque gallo-romaine.

Plusieurs pierres de légendes sont répertoriées (la roche branlante, la pierre de minuit, la roche aigüe, la grosse roche de la seigneurie).

  • L'église Saint-Pregts et son clocher fortifié du XIIIe. On y trouve une curieuse plaque tombale citant, longtemps après, la descendance de la nourrice du roi saint Louis né en 1214 (famille Lenfant détentrice de la seigneurie des hautes censives de Dixmont).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Pichelin[12] (vers 1485 - mort entre 1545 et 1555), seigneur pour partie de Villemanoche[13], fou du roi[14] François Ier, auteur d'un Extraict de la généalogie de la famille des Pichelins, faiz vertueulx et chevaleureux d'iceulx[15], raillé par Clément Marot[16].
  • Jean-Louis-Auguste Clavel (1808-1876), curé de la paroisse du au , botaniste et médecin.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  6. Abbé Henri Bouvier, Histoire de Thorigny. BSSY, année 1886
  7. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. http://archivesenligne.yonne-archives.fr/archive/exposition/voir/11/7223
  13. Alain Noël, « Le petit orateur Pichelin, fou du roi à la cour de François Ier », in B. Barbiche, J.-P. Poussou et A. Tallon, Pouvoirs, contestations et comportements dans l’Europe moderne, mélanges en l’honneur du professeur Yves-Marie Bercé ; pages 76 et suivantes.
  14. http://cour-de-france.fr/article1646.html
  15. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 6018
  16. Chant de folie : de l'origine de Villemanoche