Villebrumier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villebrumier
Mairie.
Mairie.
Blason de Villebrumier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Tarn-Tescou-Quercy vert
Intercommunalité Communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne
Maire
Mandat
Étienne Astoul
2014-2020
Code postal 82370
Code commune 82194
Démographie
Gentilé Villebrumierains
Population
municipale
1 315 hab. (2014)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 27″ nord, 1° 27′ 14″ est
Altitude 90 m
Min. 75 m
Max. 201 m
Superficie 11,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Villebrumier

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Villebrumier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villebrumier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villebrumier

Villebrumier est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Villebrumierains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune est située à 15 km au sud-est de Montauban et à 33 km au nord de Toulouse. Elle est limitrophe du département de la Haute-Garonne. Elle fait aussi partie de l'unité urbaine de Labastide-Saint-Pierre et de l'aire urbaine de Toulouse.

La commune fait partie de l'Arrondissement de Montauban.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villebrumier
Reyniès Saint-Nauphary Saint-Nauphary
Orgueil
sans la toucher
Villebrumier Varennes
Nohic Nohic Villemur-sur-Tarn
(Haute-Garonne)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Tarn (rive droite).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1138 hectares, son altitude varie de 75 à 201 mètres.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par l'A20 sortie 64 (Corbarieu), puis par la RD37.

Les gares les plus proches de la commune sont celles de Montauban-Villebourbon et de Grisolles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom est discutée. Il semble que Berthmar, un chef d’origine nordique, ait donné son nom à l'endroit sous la forme « Villebetmer », latinisée en Villebremarius.

Histoire[modifier | modifier le code]

Villebrumier passe sous la tutelle royale en 1271, au moment où le roi Philippe le Hardi devient le suzerain du Languedoc.

La communauté de Villebrumier est sous la dépendance d’un seigneur protestant, de 1571 à 1685. Bien que la communauté protestante y soit peu nombreuse et qu’il n’y ait pas de consistoire, Villebrumier partage l’histoire tourmentée de la place forte protestante de Villemur. Lorsque les guerres de religion reprennent dans les années 1620, comme tous les villages entre Villemur et Montauban, Villebrumier se trouve directement mêlée à ces événements. En tant que centre protestant, Villebrumier fut ruiné par les troupes royales en 1622 ; il fut anéanti par le duc de Vendôme.

La vie économique a été marquée par les destructions de 1622 et par la crise de la fin du siècle. L’agriculture est la principale source de revenus des villebrumiérains. Le seigneur et les notables possèdent des terres et les notaires mentionnent les contrats de métairie qu’ils concluent avec leurs métayers. Ces contrats prévoient le partage des récoltes à mi-fruit.

Cette crise de la fin du siècle contribua sans doute à réduire l’activité commerciale qui s’était développée à Villebrumier, après avoir été totalement désorganisée par la destruction de 1622. En avril 1660, une lettre patente du roi Louis XIV rétablit les foires et marchés. Ce commerce est évidemment facilité, en ce temps là, grâce au trafic du Tarn.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Villebrumier

Son blasonnement est : De gueules à la croix d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 François Gerla    
1793 1802 Tournier    
1802 1808 Pierre Robert    
1808 1823 Joseph Guillemot Barres    
1823 1830 Pierre Teysseyre    
1830 1834 Ulysse Guiraud    
1834 1835 Pierre Teysseyre    
1835 1841 Ulysse Guiraud    
1841 1847 Auguste Benaïs    
1847 1854 Jean Pierre Benaïs    
1854 1865 Martial Guiraud    
1865 1878 Léon Benaïs    
1878 1881 Antoine Dejean    
1881 1883 Joseph François Dejean    
1883 1884 Jules de Marigny    
1884 1900 Pierre Coulom    
1900 1904 Louis Lages    
1904 1924 Irénée Coulom    
1924 1929 Théodore Malavelle    
1929 1932 Irénée Coulom    
1932 1936 Aimée Coulom    
1936 1942 Ulysse Raymond David    
1944 1971 Ulysse Raymond David    
1971 1989 Aimé Vigouroux PCF Conseiller général du canton de Villebrumier (1976-1988)
mars 1989 en cours
(au 16 juillet 2014[1])
Étienne Astoul PS Conseiller général depuis 1988
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 315 habitants, en augmentation de 6,65 % par rapport à 2009 (Tarn-et-Garonne : 5,26 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
850 876 806 791 804 814 789 795 805
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
779 764 759 697 644 622 640 596 618
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
602 618 572 481 434 516 481 460 484
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
556 534 548 675 729 915 1 168 1 240 1 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : coteaux et terrasses de Montauban (VDP).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Lavoir Napoléon III.
  • Château du XIXe siècle aménagé par les ateliers de Gaston Virebent.
  • Pont suspendu sur le Tarn.
  • Chartreuse, rue de l'Hôpital.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tableau des électeurs pour les élections sénatoriales, Préfecture de Tarn-et-Garonne, 16 juillet 2014, [lire en ligne], p. 14.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .