Ville-Langy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ville-Langy
Ville-Langy
L'église de Ville-Langy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Guérigny
Intercommunalité Communauté de communes Amognes Cœur du Nivernais
Maire
Mandat
Jean Théry
2014-2020
Code postal 58270 (anciennement 58480)
Code commune 58311
Démographie
Population
municipale
276 hab. (2015 en diminution de 5,15 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 40″ nord, 3° 30′ 00″ est
Altitude Min. 203 m
Max. 286 m
Superficie 26,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ville-Langy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ville-Langy

Ville-Langy est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Benin-d'Azy Anlezy Fertrève Rose des vents
Beaumont-Sardolles N Diennes-Aubigny
O    Ville-Langy    E
S
Thianges

Histoire[modifier | modifier le code]

Ville-Langy fut longtemps nommée Ville-lès-Anlezy. Son nom vient sans aucun doute du latin "villa" (ferme ou grand domaine agricole) et probablement d'un anthroponyme gaulois (Anlezi-acos ou Langi-acos qui signifient "appartenant à Anlezi/à Langi"-"acos" étant un suffixe gaulois précisant l'appartenance). Il y a deux paroisses à l'origine: la paroisse de Langy et celle de Saint-Péréville-lès-Anlezy . En 1139 sous le règne de Louis XII le Jeune, l'église de Ville est donnée aux Chanoines de la Cathédrale de Nevers. En 1144-1145, une bulle du Pape Lucius II donne pouvoir au Chapitre de la Cathédrale de nommer, entre autres le curé de Ville. Le 5 mai 1283, l'Evêque de Nevers, Gilles Ier de Château-Renaud divise le diocèse en deux circonscriptions (archidiaconés). Les curies de Ville (cura de VILLA supra ANLEZIACUM) et Langy (cura de LANGIACO), le Prieuré de Langy (Prioratus de LANGIACO) et la Léproserie de Ville (Leprosaria de VILLA supra ANLEZIACUM) font partie d'un des 4 archiprêtrés de DECIZE : celui de Thianges. C'est ainsi que cette toute petite paroisse se voit attribuer juridiction sur 43 cures ou prieurés dont une grande partie couvre les AMOGNES. Au cours des siècles et jusqu'à la Révolution, de nombreux curés de Ville officieront donc aussi à Thianges. Une église est érigée à la fin du XIIe siècle à Langy. Un registre ecclésiastique du XVe siècle mentionne aussi l'existence d'une léproserie dépendant de l'Evéché, sur la paroisse. Le fief de Chassy jouxtant Ville-Langy à l'ouest de la paroisse, appartenait aux familles de Caroble et Andras . A la Révolution, la commune perd son « Saint » comme toutes les communes dont le nom était construit sur un patronyme de saint, et devient Ville-lès-Anlezy. Le hameau de Langy est rattachée à Ville-lès-Anlezy par ordonnance royale du 18 mai 1833. Enfin par décret du 18 août 1899, la commune prend le nom de Ville-Langy. En 1886 elle comptait 741 habitants. -Source: La Voix des Amognes-

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean Théry   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2015, la commune comptait 276 habitants[Note 1], en diminution de 5,15 % par rapport à 2010 (Nièvre : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466456522492476595637654686
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
680667700724713714741717684
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
619590507444449402370417414
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
402377314308308299289287295
2015 - - - - - - - -
276--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVIe-XIXe siècle):


Reconstruite en 1870 et aujourd'hui entièrement rénovée. On peut y admirer les chapiteaux du XIIe siècle sculptés de feuilles d'acanthe (motif ornemental inspiré des feuilles profondément découpées d'espèces méditerranéennes) terminées par des têtes, vestiges de l'ancienne église. De style roman à l'origine, et de plan carré, elle fut transformée par l'adjonction de chapelles ornées de fenêtres gothiques. La chapelle sud est voûtée sur croisée d'ogives prismatiques à retombées sculptées, abîmées aujourd'hui. La chapelle nord est voûtée en berceau. L'abside en cul de four ovoïde est percée de fenêtres carrées modernes. Le portail est en saillie. La nef et le clocher ont été restaurés au XIXe siècle.


Le manoir de Chouy (XVe-XVIe siècle) et la Vallée de l'Andarge:


En 1318, Chouis est un petit fief appartenant à Alodis de Chouis. Il passe ensuite à la famille Gentils, puis de Gentils, seigneurs d'Auzon (Lucenay-lès-Aix). Il reste longtemps leur propriété avant de passer aux Chouis, aux Ecots, aux la Cave. On y retrouve en 1467 Jean, un des 100 gentilshommes de la Maison du Roy, puis en 1687 Antoine. Il passe ensuite à la famille de Changy (dame Marguerite Ollivier, veuve de Changy en 1678 puis Hugues Nicolas) avant d'échoir aux Pinet des Ecots. En 1884, J. Cognard, menuisier à la Chapelle, va fabriquer pour 1000 Francs, les bancs de la nouvelle église voisine de Thianges inaugurée en 1875. Ce petit manoir fortifié possède un corps de logis abrité derrière une tour ronde à 3 étages, à vocation défensive. Deux petits bâtiments ont été rajoutés de chaque côté du corps principal, dont un qui s'avance en équerre.


Le hameau de Chassy, ses sources et ses lavoirs. -Source: La Voix des Amognes-


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :