Villard-sur-Doron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villard-sur-Doron
Villard-sur-Doron
Image illustrative de l’article Villard-sur-Doron
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Intercommunalité Communauté d'agglomération Arlysère
Maire
Mandat
Emmanuel Huguet
2020-2026
Code postal 73270
Code commune 73317
Démographie
Population
municipale
692 hab. (2020 en augmentation de 0,29 % par rapport à 2014)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 39″ nord, 6° 31′ 45″ est
Altitude Min. 627 m
Max. 2 280 m
Superficie 22,21 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Beaufort
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ugine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villard-sur-Doron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villard-sur-Doron
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Villard-sur-Doron
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Villard-sur-Doron
Liens
Site web villardsurdoron.com

Villard-sur-Doron est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villard-sur-Doron est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beaufort, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[4] et 3 557 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (74,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (76,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (63,2 %), prairies (17,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,9 %), zones agricoles hétérogènes (6,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,4 %), zones urbanisées (0,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Vlor chu Doron, selon la graphie de Conflans[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Villard en tant que paroisse est connue depuis 1171.

Les marchands joailliers[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le Beaufortain, comme toutes les régions de Savoie, était une terre d’émigration saisonnière dont l’exode de novembre à mai permettait de ramener de l’argent et surtout de baisser la consommation de denrées alimentaires dans le foyer familial. Les marchands joailliers de Villard étaient des commis voyageurs qui approvisionnaient le réseau des joailliers entre Genève, le Jura et diverses villes de France. On en comptait plus de douze dans la paroisse. Nombreux sont ceux qui firent fortune par la suite et devinrent les banquiers providentiels de leur terre natale. Peu de signes de richesse sur ces gens-là mais ils mirent un point d’honneur à posséder de belles maisons, d’abord dans leur village, puis à Conflans (cité médiévale au-dessus d’Albertville), des terrains d’alpage (créant par la même une surélévation des prix). Ils fondèrent une « régence » (école) en 1752 et veillèrent au « pardon de leurs fautes » en finançant généreusement les rénovations des édifices religieux (églises, chapelles). En 1776, Jean-Marie Molliex fit exhausser le clocher et le fit recouvrir de fer blanc ! L’un d’entre eux fut anobli en 1777 : Claude Perrier-BollIet, originaire du hameau du Mont-de-Villard qui devint « noble Claude Perrier, baron de la Bathie »… En effet, en 1774 ce riche marchand joaillier acquit une maison à Conflans (à l’angle de la Grande rue), puis, l’année suivante, il acheta un fief démembré de la Couronne à la Bathie et avec titre de baronnie, et enfin, les armoiries lui furent accordées le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Paul Berthod ... ...
mars 2008 En cours Emmanuel Huguet DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2020, la commune comptait 692 habitants[Note 2], en augmentation de 0,29 % par rapport à 2014 (Savoie : +3 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
9051 0438381 0691 1401 2289879901 017
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
9649729671 002960888890857871
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
781811764774784787907853615
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 2020
588554641683682656690705692
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église.

Un cœur de village autour de l'église Saint-Pierre, construite en 1672[15]. La mairie dans un bâtiment rénové datant de 1606, des hameaux avec leurs fermes et chalets d'alpages et une station de ski : « Bisanne 1500 ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Perrier-Bolliet, marchand joaillier originaire du hameau du Mont-de-Villard devenu « noble Claude Perrier, baron de la Bathie »… En effet, en 1774 ce riche marchand joaillier acquiert une maison à Conflans (à l’angle de la Grande rue), puis, l’année suivante, il achète un fief démembré de la Couronne à la Bathie et avec titre de baronnie[16], et enfin, les armoiries lui sont accordées le .
  • Charles Antoine Mansord (1756-1832), avocat et jurisconsulte, député, maire de Chambéry en 1792 est donné comme natif de la commune notamment par les historiens[17],[18],[19], alors qu'il serait né à Chambéry selon un registre des baptêmes[20],[21]
  • Marie Bochet, skieuse handisport, plusieurs fois championne du monde en 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Beaufort », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  15. Michelle Leroy, Geneviève de Montleau, Fondation pour l'action culturelle internationale en montagne, En Beaufortain et Val d'Arly : sur les chemins du Baroque, vol. 1, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Patrimoines », , 190 p. (ISBN 978-2-84206-108-1, lire en ligne), p. 52-58.
  16. Chanoine Joseph Garin, Le Beaufortain : une belle vallée de Savoie : guide historique et touristique illustre, Montmélian, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 1996) (1re éd. 1939), 287 p. (ISBN 978-2-84206-020-6 et 2-84206-020-2, lire en ligne), p. 73.
  17. Chanoine Joseph Garin, Le Beaufortain : une belle vallée de Savoie : guide historique et touristique illustre, Montmélian, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 1996) (1re éd. 1939), 287 p. (ISBN 978-2-84206-020-6 et 2-84206-020-2, lire en ligne), p. 81.
  18. Jules Philippe, Manuel biographique de la Haute-Savoie et de la Savoie, J. Dépollier, Annecy, 1883, 123 pages, p. 103-104 (lire en ligne).
  19. Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, "Grands notables du Premier Empire: notices de biographie sociale, Volume 2", Centre national de la recherche scientifique, 1978, 179 pages, p. 33.
  20. « Acte de baptême de Charles Antoine Mansord (vue 301/399, page de droite) du registre des baptêmes de la paroisse Saint-Léger de la commune de Chambéry », sur Archives départementales de la Savoie, (consulté le ).
  21. Base Sycomore (voir ci-dessus)