Villa des Mystères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villa des mystères.
Vue de la villa.

La Villa des Mystères est une villa romaine antique située à 300 m de la porte d'Herculanum et du mur nord de la cité antique de Pompéi. De caractère rustique-résidentiel, elle fut enterrée suite à l'éruption du Vésuve en 79. Retrouvée en 1909, la Villa des Mystères est une des villas les plus visitées du site de Pompéi. Elle est surtout connue pour la série de fresques du triclinium, figurant un culte à mystères.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Villa des Mystères, appelée dans un premier temps Villa Item, fut fouillée entre 1909 et 1910 suite à une simple excavation effectuée par le propriétaire du terrain sur lequel elle se trouvait. Une fouille archéologique plus approfondie fut réalisée entre 1929 et 1930, suite à l'expropriation du terrain par l'État italien. En 1931 furent rendues publiques quelques représentations en couleur figurant les fresques de la villa par l'archéologue Amedeo Maiuri. La fouille complète de site n'a pas encore été terminée ; d'après les archéologues, les éléments restant à mettre à jour sont sans valeur. Dans la partie rustique de la villa fut retrouvée une statue de Livie en habits de prêtresse, aujourd'hui conservée à l'Antiquarium de Pompéi. D'importants travaux de restauration et de conservation furent réalisés entre 2013 et 2015.

La villa fut construite au IIe siècle et connut une période de splendeur pendant le règne d'Auguste, pendant laquelle elle fut agrandie et considérablement embellie. Il s'agissait d'une villa à otium dotée de salles amples et de jardins suspendus dans une position panoramique, à proximité de la mer. On ignore le nom du propriétaire mais on connaît, d'après un sceau, celui du gardien pendant l'ère augustéenne : Lucio Istacidio Zosimo. À la suite du tremblement de terre de 62, le jardin tomba en ruine avec la majeure partie de la villa. Elle fut alors transformée en villa rustique. On y ajouta différents outils agricoles dont un pressoir vinicole.

Description[modifier | modifier le code]

De plan carré, la villa se trouve sur une butte depuis laquelle on avait une vue panoramique de la baie de Naples. L'édifice s'appuyait en partie sur un terre-plein ; l'autre partie était soutenue par un cryptoportique formé d'une arcature utilisée comme dépotoir. L'entrée principale, qui reste en partie encore à creuser, se trouve le long d'une voie secondaire qui menait sans doute à la voie des Tombes. Cette entrée est une exèdre, sorte de véranda donnant sur l’extérieur. Sur les côtés sont disposés des viridariums (terrasses avec jardin) et des arcades. Après le tremblement de terre de 62, cette entrée fut transformée en zone rustique et servile avec différents éléments destinés à la boulangerie, aux cuisines avec un four, un pressoir avec un tronc à tête de bélier et une cave à vin. Après l'entrée figurent quatre pièces qui représentent le cœur de la zone de réception. Il s'agit d'un péristyle à seize colonnes doriques, construit entre 90 et 70 av. J.-C. L'atrium le plus grand, sans colonnes, est décoré de paysages du Nil avec un tablinum montrant des décorations picturales sur fond noir, avec de délicates miniatures (IIIe style) et une véranda en abside avec vue sur mer, construite au Ier siècle] et depuis laquelle on entre aujourd'hui dans la villa.

Sur les côtés se trouvent différents espaces dont un cubiculum. Au cours des travaux d'agrandissement de la villa, ceux-ci ont perdu leur décoration du deuxième style pour passer à des décors du troisième style. Le triclinium à grande frise et la zone thermale, démembrés après le tremblement de terre de 62, furent utilisés comme dépotoir et comme escalier vers l'étage supérieur où se trouvaient le péristyle et les pièces utilisées par les esclaves.

Les décorations pariétales se différencient selon les périodes historiques pendant lesquelles elles ont été réalisées : le tablinum est peint de fresques sur fond noir avec des décorations de style égyptien, typiques des troisième et quatrième style, tandis que qu'autres fresques du deuxième style furent maintenues pendant les agrandissements ultérieurs, comme dans le cubiculum, où des scènes du mythe de Dionysos[1] sont représentées ainsi que dans le triclinium qui constitue un des meilleurs exemples de ce style. Il s'agit d'une représentation du Ier siècle, œuvre d'un artiste local anonyme présente sur tous les murs de la pièce, constituée de personnages peints en grandeur naturelle, en faisant appel à une technique appelée mégalographie, vivement inspirée de la peinture grecque. Le sujet et le sens de la fresque restent incertains : il s'agit d'une série de dix séquences qui pourraient représenter un spectacle de mimes ou les préparatifs pour un mariage ou bien encore les préparatifs d'un rite : d'après certains chercheurs, ce rite pourrait être celui de l'initiation d'une épouse au dieu Dionysos. Paul Veyne constate lui que l'accumulation des détails correspond à un pastos, une peinture matrimoniale qui présente les stéréotypes dionysiaques de l'iconographie conventionnelle, probablement inspirée d'un original grec adapté localement. Selon ce dernier, la fresque représente simplement les préparatifs d'un riche mariage et les festivités qui l'accompagnent[2],

En partant du nord, la première scène représente une femme qui se coiffe, entourée par des amours qui soutiennent des miroirs. Suit une figure assise sur un trône qui pourrait être soit la matrone contrôlant les différentes phases du rite, soit l'initiée repensant aux différentes étapes du rite. La troisième scène est celle du catechesi représentant la mariée, couverte d'un voile sur la partie gauche de la tête, au centre une prêtresse avec aux pieds un enfant qui, placé à droite de la mariée, lit les textes sacrés qu'elle porte entre ses mains. Suit la scène de l'agapé : une prêtresse assise vue de dos verse du vin sur une branche de myrte, entourée de deux assistants et d'un silène qu'il joue la lyre.

La cinquième scène représente un satyre femelle qui allaite un cabri, accompagnée par une satyre qui joue de la flûte ; la mariée, effrayée par la situation, tâche de se protéger s'enveloppant dans un manteau. Puis est représentée une scène de "catottromanzia", divination à travers un miroir représenté par un silène, qui fait ici office de prêtre : celui-ci tend à un jeune homme une coupe dans laquelle il se reflète. La scène de Dionysos et Ariane elle est la plus abîmée de la série et représente Dionysos entre les bras d'Ariane. La huitième fresque est celle du linkenon et phallus, où la jeune initiée est déchaussé et recouverte pour moitié d'un manteau, dans l'acte de découvrir le phallus du dieu Dionysos, symbole de fertilité. L'avant-dernière séquence est celle de la flagellation : l'initiée est représentée à genou, appuyée sur les jambes d'une amie, avec le dos nu, tandis qu'elle est fouettée par Teléte, fille de Dionysos et Nikaia. La dixième et dernière scène représente la fin du cycle, avec l'initiée qui danse, accompagnée par un ministre du culte, en jouant des cymbales.

Représentations iconographiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Lavagne, Elisabeth de Balanda et Armando Uribe Echeverria (dir.), Jeunesse de la beauté. La peinture romaine antique, Paris, Ars latina, 2001.
  • Gilles Sauron, La grande fresque de la villa des Mystères à Pompéi. Mémoires d'une dévote de Dionysos, Paris, Éditions A. et J. Picard, 2000.
  • Paul Veyne, La Villa des Mystères à Pompéi, Paris, Gallimard, 2016.
  • Jean-Marie Pailler, « Mystères dissipés ou mystères dévoilés ? À propos de quelques études récentes sur la fresque de la « Villa des Mystères » à Pompéi », Topoi, vol. 10/1,‎ , p. 373-390 (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Sauron, La grande fresque de la villa des Mystères à Pompéi. Mémoires d'une dévote de Dionysos., Paris, Éditions A et J Picard, , 168 p.
  2. Paul Veyne, La Villa des Mystères à Pompéi, Paris, Gallimard, 2016 et Paul Veyne, François Lissarrague et Françoise Frontisi-Ducroux, Les mystères du gynécée, éd. Gallimard, 1998. ; cf. document vidéo Paul Veyne et Françoise Frontisi-Ducroux, Antiquité sexe, mystère et religion, Arts & Éducation Paris-Musées Centre Audiovisuel de Paris, mars 1995, vidéo en ligne sur Canal U