Villa de la Chantrerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Villa de la Chantrerie
Image dans Infobox.
Villa de la Chantrerie
Présentation
Type
Maison
Destination initiale
Destination actuelle
Lieu d'exposition
Architecte
Construction
1825 ; 1836 ; 1872
Propriétaire
Étienne Blon
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Route de GachetVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

Villa de la Chantrerie est un manoir bâti au XIXe siècle, situé à Nantes, sur la rive gauche de l'Erdre, route de Gachet, dans le quartier Nantes Erdre, en France. Le bâtiment a été inscrit au titre des monuments historiques en 1997.

Historique[modifier | modifier le code]

La Chantrerie est un grand domaine agricole quand l'architecte Étienne Blon en fait l'acquisition. Il collabore avec son beau-frère, François-Léonard Seheult, pour faire construite une première maison. En 1825, le corps de logis est achevé. En 1831, la fille d'Étienne Blon, Anne-Clémence épouse Louis Levesque, fils du maire de Nantes Louis-Hyacinthe Levesque. Celui-ci fait édifier la chapelle en 1836, puis en 1860, il fait agrandir la maison de son beau-père en la dotant d'un étage[1]. En 1872, le parc paysager qui l'entoure est aménagé par Dominique Noisette[2] (neveu de Louis Claude Noisette), qui a également dessiné le parc de Procé et occupé le poste de jardinier en chef du jardin des plantes de la ville de 1835 à 1839.

La villa et son parc appartiennent à la famille Drouin (famille qui compte des armateurs du XVIIIe siècle et des entrepreneurs de transports du XXe siècle)[3] lorsqu'ils sont acquis par la ville de Nantes en 1972[4]. Le bâtiment héberge actuellement la technopole ATLANPOLE pour l'accompagnement d'entreprises innovantes.

La villa, les pavillons qui l'entourent, l'orangerie, une partie du parc et la chapelle sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du [2].

Architecture et décor[modifier | modifier le code]

La villa est faite en tuffeau. Au sommet de la façade ouest, tournée vers l'Erdre, se trouve un fronton central, où figure une baie « thermale ». Les trois fenêtres immédiatement en dessous sont séparées par des cariatides[5]. Dans le parc paysager à l'anglaise figure une chapelle néo-gothique construite en 1836[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annales de Nantes et du Pays Nantais - Histoire de Saint-Joseph de Porterie », (consulté le 3 mai 2014), no 292, p. 15 et 16
  2. a et b Notice no PA44000013, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « La Parc de la Chantrerie », sur le site du service des espaces verts de la ville de Nantes (consulté le 10 mars 2012)
  4. « Le parc de la Chantrerie », sur le site de la mairie de Nantes (consulté le 10 mars 2012).
  5. a et b Flohic 1999, p. 721

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :