Villa d'Este

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villa d'Este (homonymie).
Villa d'Este *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Villa d'Este 01.jpg
Coordonnées 41° 57′ 45″ nord, 12° 47′ 46″ est
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Tivoli, province de Rome, Latium
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii) (iv) (vi)
Superficie 4,5 ha
Zone tampon 7 ha
Numéro
d’identification
1025
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2001 (25e session)

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Villa d'Este

Géolocalisation sur la carte : Latium

(Voir situation sur carte : Latium)
Villa d'Este
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La Villa d'Este, située dans la ville de Tivoli, près de Rome, est un chef-d'œuvre de l'architecture italienne et de l'aménagement de jardins. Par sa conception novatrice et l'ingéniosité des ouvrages architecturaux de son jardin (fontaines, bassins, etc.), c'est un exemple incomparable de jardin italien du XVIe siècle. La Villa d'Este, un des premiers « giardini delle meraviglie » (jardin des merveilles), servit très tôt de modèle pour le développement de jardins en Europe et fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2002.

Historique[modifier | modifier le code]

Plan historique de la villa par Étienne Dupérac (ca. 1570) qui constitue un des deux seuls documents d'époque.

La villa d'Este fut commandée par le cardinal Hippolyte d'Este, nommé gouverneur de Tivoli par le pape Jules II.
Du [1] à sa mort en 1572, il fit construire, à la place de l'ancien couvent de Sainte-Marie Majeure, une résidence entourée de fabuleux jardins en terrasses, dans le plus pur style maniériste. Le peintre des ambitieuses décorations intérieures est Livio Agresti de Forlì.

Un palais somptueux[modifier | modifier le code]

On accède à la Villa d'Este par une porte, semblable à celle de n'importe quel couvent du XVè siècle, située au 5 Piazza Trento à Tivoli. Cette modeste entrée donne sur une vaste cour intérieure qui permet d'accéder, à droite, à la chapelle et, au fond, à un somptueux palais dont on ne devine pas la présence de la rue. La Villa d'Este est construite au sommet d'une colline. Une partie de la résidence de même que ses magnifiques jardins sont donc situés plus bas que le niveau de la Piazza Trento.

Le cardinal s'inspira de la villa d'Hadrien toute proche, un palais de l'empereur Hadrien, pillant une grande quantité du marbre qui s'y trouvait pour les besoins de la construction de la villa d'Este. Il reprit les techniques d'approvisionnement en eau des anciens Romains pour alimenter les multiples fontaines des jardins. Par la combinaison d'éléments architecturaux et de jeux d'eau, les jardins de la villa d'Este ont exercé une très grande influence sur les créations paysagères en Europe.


Un jardin de fontaines exceptionnel[modifier | modifier le code]

L'architecte Pirro Ligorio conçut les jardins de la Villa, secondé par Thommaso Chiruchi de Bologne, un des plus éminents ingénieurs hydrauliciens du XVIe siècle (il avait travaillé sur les fontaines de la Villa Lante). À la villa d'Este, il fut assisté, pour la conception technique des fontaines, par un Français, Claude Venard, qui était un constructeur expérimenté d'orgues hydrauliques. La poésie, la peinture et la musique ont célébré la villa d'Este. Liszt, qui y fut l'invité du cardinal Gustav Hohenlohe, la prit pour thème de ses pièces pour piano Les Jeux d'eaux à la Villa d'Este ou Les Cyprès à la Villa d'Este.

Durant la Première Guerre mondiale, l'Italie, qui combat contre l'Empire austro-hongrois, réquisitionne, par l'intermédiaire de la municipalité le , la villa qui appartient suite aux successions de la maison d'Este vers la famille Hohenlohe-Schillingsfürst à la couronne d'Autriche et la transforme en lieu de garnison pour ses troupes[2]. La villa sera dès lors propriété nationale.

Les soubassements de la villa d'Este accueillent le musée didactique du livre ancien, consacré à l'étude et à la conservation des livres anciens.


Patrimoine mondial de l'UNESCO[modifier | modifier le code]

En 2001, la villa d'Este et ses jardins ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'organisme donne quatre raisons pour justifier cette décision:[3]

1- «La Villa d'Este estl'une des illustration les plus exceptionnelles de la culture de la Renaissance à son apogée.»

2- «Les jardins de la Villa d'Este ont eu une profonde influence sur le développement du paysagisme dans toute l'Europe.»

3- «Les jardins de la Villa d'Este reflètent de façon remarquable les principes de la Renaissance en matière de conception et d'esthétique.»

4- Les jardins de la Villa d'Este figurent parmi les premiers et les plus beaux des giardini delle meraviglie et symbolisent l'épanouissement de la culture de la renaissance.»

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La villa d'Este, Tivoli » in Caroline Holmes, Folies et fantaisies architecturales d'Europe (photographies de Nic Barlow, introduction de Tim Knox, traduit de l'anglais par Odile Menegaux), Citadelles & Mazenod, Paris, 2008, p. 28-33 (ISBN 978-2-85088-261-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Gérard Desnoyers, La Villa d'Este à Tivoli ou le Songe d'Hippolyte, éditions Myrobolan, (ISBN 9782951785007) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]