Villa Zilvelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Villa Zilvelli
Villa Zilvelli.jpg
La villa Zilvelli en 1933, année de sa construction.
Présentation
Destination initiale
maison d'habitation
Style
Architecte
Construction
1933
Surface
136 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Athanase Zilveli
Jean-Paul Goude
Localisation
Pays
Commune
Paris
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Construite en 1933 par l'architecte Jean Welz, la villa Zilvelli (ou maison Zilveli) est un bâtiment caractéristique de l’architecture moderniste situé sur la butte Bergeyre au no 70 de la rue Georges-Lardennois dans le 19e arrondissement de Paris (France).

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

La villa de 136 mètres carrés sur deux étages est réalisée en 1933 pour Athanase Zilveli, un ingénieur et comptable grec né en Turquie qui a acheté le terrain et fait construire la villa, qu’il offre en cadeau d'anniversaire à son épouse, une Normande qu'il a rencontrée à Paris[1].

La butte Bergeyre depuis la rue des Chaufourniers avec, en haut à gauche, la villa Zilvelli.

Construite à flanc de colline, sur la butte Bergeyre par l’architecte Jean Welz (1900-1975)[2], cette maison de 20 mètres de long et de 4,5 m de large, reposant sur de frêles piliers cruciformes en béton armé et s'élevant jusqu'à 5 m au-dessus du sol, « fait penser à Le Corbusier », mais le béton brut laisse ici apparaître les joints de chaque plaque de parement de façade et « s'éloigne de l'aspect lissé de la villa Savoye ». Construites à dessein par Jean Welz, les deux grandes fenêtres offrent des vues remarquables : celle de la façade ouest offre une vue dégagée sur la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, alors que celle au sud s'ouvre sur toute la hauteur de la tour Eiffel. La façade sud dispose d'un balcon constitué par une lame porteuse en béton avec un bureau et siège intégré formant un véritable bureau extérieur ; toutefois la Préfecture fit détruire cette structure d'avant-garde[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Ce patrimoine unique de l’architecture moderniste a été laissé une dizaine d'années à l'abandon et vide de tout occupant, suscitant l'inquiétude de défenseurs du patrimoine. L'écrivaine Virginie Despentes en fait même le squat imaginaire d'un de ses personnages dans son roman Vernon Subutex[1]. Un arrêté de péril est pris en 2006 par la mairie de Paris ; sans suite donnée en raison de querelles entre les héritiers, la mesure est prolongée par un arrêté de péril imminent en .

En , l'artiste Jean-Paul Goude fait l'acquisition de la villa aux enchères[1] pour 2,2 millions d'euros[4].

En , face à l'impossibilité de restaurer l'édifice délabré, Goude annonce son intention de la détruire et de la reconstruire à l'identique pour un prix équivalent à celui de l’achat[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Diaporama de photos d'époque et actuelles de la villa (source : Iconichouses.org).

Lien externe[modifier | modifier le code]