Villa I Tatti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La villa I Tatti est une demeure renaissante italienne, siège de The Harvard Center for Italian Renaissance Studies.

Située au 26, Via Vincigliata, entre Fiesole et Settignano dans le nord de la ville de Florence, en Italie, elle est du type villa médicéenne.

La rivière qui traverse le domaine est citée par Boccace dans son poème arcadien Ninfale Fiesolano.

Originellement propriété de la famille Zati, elle est cédée en 1563 à Giulio d'Alessandro del Caccia. Après une suite de changements de propriétaires au cours des siècles, elle devient en 1905 la propriété de l'historien d'art américain Bernard Berenson et de Mary Berenson son épouse. À partir de 1909, Berenson commandite aux architectes paysagistes anglais Cecil Pinsent et Geoffrey Scott la restauration de la maison et des jardins. Berenson considère cet espace comme un « monastère laïc consacré à l’étude patiente de la culture méditerranéenne à travers les arts ».

The Harvard Center for Italian Renaissance Studies[modifier | modifier le code]

Berenson meurt en 1959, et La villa I Tatti devient en 1961 le siège du Centre de l'histoire de la Renaissance de l'université Harvard à laquelle il a légué, non seulement la demeure, mais également sa collection d'œuvres d'art de primitifs italiens, d’art chinois et d’art islamique, une bibliothèque de 50 000 volumes et une photothèque personnelle annotée de plus de 300 000 clichés sur les œuvres d'art.

La bibliothèque comprend aujourd'hui plus de 150 000 volumes.

Le nom de la villa désigne depuis une collection de livres que le centre édite : « The I Tatti Renaissance Library (en) ».

Vues[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A Legacy of Excellence: The Story of Villa I Tatti par William Weawer (1997)
  • The Bernard Berenson collection of Islamic painting at Villa i Tatti : Turkman, Uzbek, and Safavid miniatures (La Collection Bernard Berenson de peintures islamiques à la Villa I Tatti : miniatures turkmènes, ouzbeks, et séfévides) par Gauvin Alexander Bailey
  • (fr) Revue de l'INHA (Institut national d'histoire de l'art, n°28, mars 2007 [PDF] [1].

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]