Villa Commedia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villa Commedia
Image illustrative de l’article Villa Commedia
Reconstitution imaginaire de Samuel Wale, 1751.
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Lombardie Lombardie
Type Villa
Coordonnées 45° 58′ 00″ nord, 9° 18′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

(Voir situation sur carte : Lombardie)
Villa Commedia
Villa Commedia

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Villa Commedia
Villa Commedia
Histoire
Époque IIIe et IIe siècle av. J.-C.

La villa Commedia, connue aussi comme villa Pliniana serait une «villa disparue  » du temps de Titus détenue entre 82 par Pline le Jeune.


Histoire[modifier | modifier le code]

Pline possédait deux villas sur le lac de Côme la villa Commedia (Comoedia) et la villa Tragedia (Tragoedia), toutes les deux disparues. Il est impossible de déterminer le lieu de construction, l'une serait à situer au bord du lac, l'autre sur une hauteur[2]. Élisée Reclus aurait identifié la villa de Pline disparue, dite « villa Commedia », dans le village Lierna[3], surplombant un rocher sur la rive du lac de Côme[4],[5], d'autres hypothèses la situent plus près du lac, sur les pentes d'un rocher[6]. En 1876, un ancien trottoir romain a été trouvé dans cette zone de Lierna [7]. Celui-ci aurait des liens avec la présence de la villa Commedia[8] de Pline, (...l'une de ces deux villas)[4],[9],[10].

Pline décrit ses deux villas sur le lac de Côme[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine une villa est un domaine rural formé par un bâtiment résidentiel principal et une série de bâtiments secondaires constituant le centre administrait d'une exploitation agricole. Par la suite elle perd ses fonctions et devient fonctions un lieu résidentiel. Pendant l'Empire romain, la villa commedia était à l'origine probablement au centre d'une exploitation agricole puis est devenue une villas urbaines (villae urbanae), lieu de villégiature de Pline le Jeune.

Pline le Jeune dans ses lettres parle de ses villas, en particulier la villa Commedia et la villa Tragedia, en écrivant : « Au Lac Lario, il y a quelques-unes de mes villas, mais j'aime particulièrement : l'une, en hauteur, sur les rochers, et l'autre semblant toucher le lac. Et j'ai l'habitude de les nommer Villa Tragedia et Villa Commedia[11]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paolo Braconi, « Les premiers propriétaires De la villa de Pline le Jeune in Tuscis », sur .cairn.info, (consulté le 7 février 2018).
  2. (it) Sirago, Vito A, « La proprieta' di Plinio il Giovane - Persée », sur persee.fr, (consulté le 7 février 2018).
  3. Reclus 1982, p. 282
  4. a et b [1] Davide Bertolotti, "Il Raccoglitore ossia archivi di viaggi, di filosofia, d'istoria di poesia...", p. 2
  5. Società Storica Comense, Raccolta Storica, p. 139, nota 1
  6. Sigismondo Boldoni, "Lario", pag. 32
  7. Roberto Rusca, Il Rusoo, livre IV, p. 37
  8. Lago di Lecco, n. LXXXI; Il Raccoglitore ossia archivi di viaggi, di filosofia, d'istoria di poesia, di eloquenza, di critica, di archeologia, di novelle, di belle arti, di teatri e feste, di bibliografia e di miscellanee adorni di rami, Batelli, 1823, p. 2
  9. Società Storica Comense, "Raccolta Storica", pagina 139, nota 1
  10. Sigismondo Boldoni, "Lario", pag. 32.
  11. Plinius Caecilius, doctus homo, admodum locuples fuit. In hac epistula suas villas celebrat. «Apud Larium lacum nonnullae villae meae sunt, sed duae me praesertim delectant: altera, super saxa, lacum prospicit; altera ipsum lacum tangit. Itaque illam tragoediam, hanc comoediam appellare soleo. Nam illa alta est, sicut cothurni histrionum tragicorum; haec est depressa sicut comicorum socci. Harum villarum amoenitas magna est, etsi diversae sunt. Nam haec lacui vicina est; illa, contra, lacum longe prospectat et admodum amoena est propter amplum prospectum; illa fluctus non sentit, haec eos frangit. Praeterea ex illa piscantes despicere potes; ex hac ipse pisces captare atque etiam de tuo cubiculo hamum iacère potes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisée Reclus, L'Italia nella natura, nella storia, negli abitanti, nell'arte e nella vita, Società editrice libraria, (lire en ligne), p. 282.
  • Aurelio Goretti, Lierna. Un paese tra lago e monti, 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]