Vilcabamba (Équateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vilcabamba.

Vilcabamba
Vilcabamba (Équateur)
Ėglise de Vilcabamba
Administration
Pays Drapeau de l'Équateur Équateur
Province Bandera Provincia Loja.svg Loja
Démographie
Population 4 478 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 4° 15′ 21″ sud, 79° 13′ 08″ ouest
Altitude 1 565 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Équateur

Voir sur la carte administrative d'Équateur
City locator 14.svg
Vilcabamba

Vilcabamba, surnommée la vallée des centenaires[1], est une localité de la province de Loja en Équateur. Elle est située dans l'extrême sud du pays, à 45 km au sud de Loja.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Vilcabamba.

Vilcabamba se trouve au cœur d'une vallée luxuriante de la cordillère des Andes. Son altitude, comprise entre 1 500 et 1 600 m, lui permet, sous une latitude équatoriale, d'avoir toute l'année un climat tempéré avec des températures comprises entre 18 et 24°C[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La population amérindienne d'origine appartient au peuple des Quechuas. La bourgade actuelle a été fondée par les Espagnols en 1756. Son toponyme a été formé à partir du Quechua Vilca, signifiant sacré et du suffixe bamba, déformation de pampa, signifiant vallée.

La vallée des centenaires[modifier | modifier le code]

La longévité exceptionnelle de ses habitants a valu à Vilcabamba le surnom de vallée des centenaires. C'est un article de la revue National Geographic qui a lancé dans les années 1970 la réputation de ce pueblo dont certains habitants auraient vécu plus de 120 ans[2]. Une proportion de centenaires anormalement élevée a créé le mythe d'une vallée idyllique, attirant d'abord des hippies puis des touristes venus du monde entier en quête de « l'éternelle jeunesse ». De nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer la bonne santé des vieillards de la vallée :

  • L'habitude de fumer du datura, qui combinerait les effets de la marijuana et de la cocaïne sans nuire à l'organisme, ce qui a attiré les hippies des années 1970 ; (toutefois l'ingestion de la plante reste un poison violent très déconseillé).
  • Le fait que les autochtones mènent une vie simple dans un milieu naturel sans pesticides et au climat très doux;
  • La consommation du café, ce qui a incidemment permis de développer la production et l'exportation de la variété de café locale [3];
  • La présence de nombreuses sources riches en oligo-éléments, et en particulier en magnésium[4].

Certains ont enfin fait valoir que l'âge prétendu de certains supercentenaires était peut-être exagéré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Équateur, guide Petit Futé, , p. 156
  2. a et b « Au village des vieux vaillants » (consulté le 26 novembre 2012)
  3. « Ecuador Vilcabamba » (consulté le 26 novembre 2012)
  4. « Vilcabamba et l'éternelle jeunesse » (consulté le 26 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :