Viktor Holtz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Holtz (homonymie).
Viktor Holtz
Naissance
Flag of Prussia (1892-1918).svg Stolberg, Rhénanie prussienne
Décès
Flag of Poland.svg Poznań, Pologne
Nationalité Allemande
Profession
Enseignant, conseiller étranger au Japon

Viktor Holtz (3 mai 1846– 3 septembre 1919) est un enseignant allemand qui fut conseiller étranger au Japon pendant l'ère Meiji. C'est l'un des pionniers des relations culturelles et universitaires entre l'Allemagne et le Japon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Holtz voit le jour à Stolberg en Prusse. Il étudia à l'académie royale catholique de Kempen et devint ainsi instituteur à Aachen. En 1869, il fut chargé de la formation des enseignants à l'académie de Boppard.

En 1870, le ministère de l'Éducation l'envoya au Japon, à la demande du gouvernement de Meiji, où il devint conseiller étranger à Tokyo pour un contrat de trois ans. Il fut choisi pour ses connaissances en langues étrangères. Ainsi, avec les célèbres chirurgiens militaires Theodor Eduard Hoffmann et Leopold Benjamin Müller, il fit partie du premier groupe d'Allemands envoyé par la Prusse pour moderniser et occidentaliser l'éducation japonaise.

Holtz fut tout d'abord assigné à l'université du Sud (Daigaku Nankō, un corps enseignant antérieur à l'université impériale de Tokyo) ; puis en 1872, l'école de Holtz devint indépendante, du moins sur le papier. Le nom fut changé en "École allemande". Holtz fut le seul professeur à enseigner onze matières différentes. Mais à cause du changement du système éducatif de l'empire du Japon, l'école fusionna avec l'école Kaisei en août 1873. Au même moment, Holtz fut transféré à l'école de médecine de Tokyo (Tokyo Igakkō) pour le reste de son contrat, qui fut prolongé de 8 mois par deux fois. Néanmoins, l'adaptation impossible de l'éducation à l'allemande mit fin à la période pionnière sans réels effets durables.

En 1875, il rentra à Boppard et fut transféré à Prüm en 1877, à Schrimm en 1889 et à Poznań, en Pologne, en 1902, où il mourut en 1919.

Liens externes[modifier | modifier le code]