Vijaya Lakshmi Pandit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vijaya Lakshmi Pandit
Image dans Infobox.
Vijaya Lakshmi Pandit aux Pays-Bas en 1965.
Fonctions
Membre de la 4e Lok Sabha (d)
4th Lok Sabha (en)
Phulpur Lok Sabha constituency (en)
-
Gouverneur du Maharashtra
-
P. Subbarayan (en)
P. V. Cherian (en)
Président de l'Assemblée générale des Nations unies
-
Eelco van Kleffens (en)
Ambassadrice de l’Inde aux États-Unis (d)
-
Membre de l'Assemblée constituante indienne
à partir du
Biographie
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Dehradun (Inde)
Nom dans la langue maternelle
বিজয়লক্ষ্মী পণ্ডিতVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Jawaharlal Nehru (frère), Indira Gandhi (nièce)
Père
Fratrie
Conjoint
Ranjit Sitaram Pandit (1921-†1944)
Enfant
Autres informations
Religion
Parti politique
Membre de
Alpha Kappa Alpha
Comité pour la présentation du drapeau national (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Vijaya Lakshmi Nehru Pandit (विजयलक्ष्मी नेहरू पंडित), née le à Allahabad (Inde) et décédée le à Dehradun (Inde), est une femme politique et diplomate indienne, première femme présidente de l'Assemblée générale des Nations unies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vijaya Lakshmi Pandit en 1938.

Née en 1900[1], Vijaya Lakshmi Nehru Pandit est la sœur du Premier ministre indien Jawaharlal Nehru et de la femme de lettres Krishna Hutheesing. En 1921, elle épouse Ranjit Sitaram Pandit, jeune avocat[1]. Militante nationaliste, elle fait son premier séjour en prison en 1932 (elle sera amenée à en faire deux autres)[1]. En 1937, elle est élue à l'assemblée des Provinces Unies (en)[2] et nommée au poste de ministre du Gouvernement local et de la Santé publique[1]. À ce titre, elle devient la première femme ministre de l'Inde britannique. Elle occupe ce poste jusqu'en 1939 puis une nouvelle fois de 1946 à 1947. Son mari meurt en 1944[1]. En 1946, elle est élue à l'Assemblée constituante indienne.

À la suite de l'indépendance de l'Inde en 1947, elle entame une carrière diplomatique et devient ambassadrice de l'Inde dans plusieurs pays : en Union soviétique de 1947 à 1949, aux États-Unis[1] et au Mexique de 1949 à 1951, en Irlande de 1955 à 1961 (pendant ce temps, elle est aussi Haut commissaire en Grande-Bretagne) puis et en Espagne de 1958 à 1961. Entre 1946 et 1968, elle dirige la délégation indienne aux Nations unies, assurant la présidence de cette assemblée en 1953[2].

Elle occupe le poste de gouverneur du Maharashtra de 1962 à 1964 puis, de 1964 à 1968, elle est députée à la Lok Sabha, élue à Phulpur, l'ancienne circonscription de son frère qui vient de mourir.

Elle critique durement sa nièce Indira Gandhi, une fois celle-ci devenue Première ministre en 1966[2], et elle se retire de la vie politique indienne en 1977[2] après la dégradation de leurs relations. Après sa retraite, elle s'installe à Dehradun, dans la Doon Valley (en), sur les contreforts de l'Himalaya.

En 1979, elle devient représentante de la commission indienne des droits de l'homme[2].

Elle a écrit plusieurs livres dont The Evolution of India (1958) et The Scope of Happiness: A Personal Memoir (1979)[2].

Sa fille Nayantara Sahgal, qui vint habiter sa maison à Dehradun, est romancière[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « La carrière de Mme Pandit », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f et g Michèle Idels, « Pandit, Vijaya Lakshmi [Allahabad 1900 - Dehradun 1990] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 3336

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]