Vieux-Fumé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vieux-Fumé
Vieux-Fumé
Le château du Mesnil-d'O.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Mézidon-Canon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Statut Commune déléguée
Maire délégué Hubert Mastrototaro
2017-2020
Code postal 14270
Code commune 14749
Démographie
Gentilé Fuméen
Population 528 hab. (2016)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 25″ nord, 0° 07′ 02″ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 73 m
Superficie 6,69 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Mézidon Vallée d'Auge
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Vieux-Fumé

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Vieux-Fumé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vieux-Fumé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vieux-Fumé

Vieux-Fumé est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 528 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'est de la plaine de Caen, aux portes du pays d'Auge. Son bourg est à 5 km au sud-ouest de Mézidon-Canon, à 8,5 km au nord-ouest de Saint-Pierre-sur-Dives, à 21 km au nord-est de Falaise et à 24 km au sud-est de Caen[1].

Vieux-Fumé comprend les hameaux de Quatre-Puits, le Mesnil et Cauvigny.

Communes limitrophes de Vieux-Fumé[2]
Airan Cesny-aux-Vignes Ouézy, Mézidon-Canon
Fierville-Bray Vieux-Fumé[2] Magny-la-Campagne
Condé-sur-Ifs Condé-sur-Ifs Magny-la-Campagne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vadum Fulmerii et Vado Fulmeri vers 1025[3] et Vadum Fumatum vers 1277[4]. Il est issu par dénaturation du latin vadum et de l'anthroponyme germanique tel que Folgmarus[3],[5] ou Folc-mar[4].
La forme ancienne Vadum Fulmeriii de 1025 montre qu'il s'agit initialement du « gué de Fulmer ».
La forme erronée "Vieux" repose sur le traitement dialectal normand de gué, généralement noté vey. L'altération de Fulmer en Fumé est quant à elle attestée dès 1277 sous la forme latinisée Vadum Fumatum, littéralement « gué fumé ».

Le gentilé est Fuméen.

Le village de Quatre-Puits est attesté sous les formes de Quator Puteis vers 1350 et Quatrepys en 1494. Il ne s'agit pas là d'un faux-ami : le toponyme semble bien hérité de la présence de quatre puits[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1831, Vieux-Fumé (226 habitants en 1821[7]) absorbe Quatre-Puits (68 habitants[8]) au nord-ouest de son territoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995[9] mars 2014 Jean-Claude Lelaizant DVG Agent SNCF
mars 2014[10] août 2014[11] Philippe Rolland   Retraité
novembre 2014[12] En cours Hubert Mastrototaro   Contrôleur des transports à la Direction régionale de l'environnement
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 528 habitants, en augmentation de 17,86 % par rapport à 2011 (Calvados : 1,56 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
229202268226319303295282274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
275268268271264247228230245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
235203212279252231258298281
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
285273274304362334355440507
2016 - - - - - - - -
528--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Quatre-Puits avant la fusion en 1831
1793 1800 1806 1821
64486368
(Sources : EHESS[8])

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis juin 2010, un champ de quatorze éoliennes a été construit à l'ouest du territoire et sur ceux d'Airan, Fierville-Bray et Condé-sur-Ifs.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain.
L'église Saint-Germain.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 992
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  5. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 86
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1098
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Quatre-Puits », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 décembre 2008)
  9. « Jean-Claude Lelaizant, maire, se représente », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 novembre 2014)
  10. « Philippe Rolland fier de porter l'écharpe de maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  11. « Philippe Rolland, maire, est décédé mercredi », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 décembre 2014)
  12. « Hubert Mastrototaro a été élu maire, vendredi soir », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 décembre 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 .
  16. « Lambris de couvrement », notice no PM14000799, base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Château du Mesnil d'O », notice no PA00111803, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :