Aller au contenu

Vieu-d'Izenave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vieu-d'Izenave
Vieu-d'Izenave
Église Saint-Jean-Baptiste.
Image illustrative de l’article Vieu-d'Izenave
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Intercommunalité Haut-Bugey Agglomération
Maire
Mandat
Dominique Delagneau
2020-2026
Code postal 01430
Code commune 01441
Démographie
Population
municipale
735 hab. (2021 en augmentation de 6,37 % par rapport à 2015)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 54″ nord, 5° 31′ 48″ est
Altitude Min. 540 m
Max. 1 103 m
Superficie 23,73 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Plateau d'Hauteville
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Vieu-d'Izenave
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Vieu-d'Izenave
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
Vieu-d'Izenave
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Vieu-d'Izenave
Liens
Site web vieudizenave.fr

Vieu-d'Izenave est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Le territoire de 23,73 km2 est délimité par les communes de Condamine, Chevillard, Brénod, Champdor-Corcelles, Outriaz, Lantenay, Izenave, Cerdon, Labalme et Maillat. Il s'étale en plein cœur de la combe du Val, d'est en ouest sur les plis du Bugey, entre la montagne de l'Avocat et celle du Cornet Cattin.

Le hameau du Balmay constitue la plus importante agglomération de la commune, bien que le centre administratif soit situé dans le village de Vieu-d'Izenave. Les autres hameaux, de taille plus modeste, sont Rivoire, le Chevril, le Puble, Talipiat, Corcelette et le Moulin.

À l'extrême est de la commune, près de la route départementale reliant Nantua à Brénod, se dressent les ruines de la chartreuse de Meyriat construite en 1116 qui rayonna sur cette partie du département jusqu'à sa destruction en 1791.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 655 mm, avec 10,7 jours de précipitations en janvier et 9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 9,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 610,3 mm[3],[4]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[5].

Statistiques 1991-2020 et records VIEU (01) - alt. : 615 m, lat : 46°05'19"N, lon : 5°32'26"E
Records établis sur la période du 01-02-1990 au 31-12-2020
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2,8 −3 −0,5 2,1 6,2 9,5 11,4 11,2 8 5,4 1 −1,8 3,9
Température moyenne (°C) 1,4 1,8 5,2 8,3 12,3 16 18,1 17,9 14 10,4 5,3 2,2 9,4
Température maximale moyenne (°C) 5,5 6,7 10,9 14,5 18,5 22,4 24,7 24,6 20 15,5 9,6 6,3 14,9
Record de froid (°C)
date du record
−22,5
05.01.1995
−24,1
07.02.12
−22,5
01.03.05
−9,4
22.04.1997
−5,3
06.05.19
−1,5
03.06.06
2
17.07.00
−0,2
31.08.1995
−3
30.09.1995
−8,6
31.10.1997
−15
30.11.10
−22,4
20.12.09
−24,1
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
19,1
30.01.02
20,5
24.02.1990
23,1
22.03.1990
26,9
21.04.18
30,8
24.05.09
36
27.06.19
37,7
31.07.20
37
13.08.03
32
14.09.20
26,6
07.10.09
22,7
01.11.20
17,2
22.12.20
37,7
2020
Précipitations (mm) 142,7 121,6 124,7 126,3 138,2 114,6 124 106,1 127,4 152,9 165,4 166,4 1 610,3
Source : « Fiche 1441001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base


Au , Vieu-d'Izenave est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[6]. Elle est située hors unité urbaine[7] et hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,2 %), zones agricoles hétérogènes (21,6 %), prairies (14,2 %), zones urbanisées (3,9 %)[10].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le hameau de Oisselaz (prononcer « Oissel ») fut rattaché à Maillat en 1936.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

La commune de Vieu-d'Izenave est membre de l'intercommunalité Haut-Bugey Agglomération, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Oyonnax. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[11].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Nantua, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[7]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Plateau d'Hauteville pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[7], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[12].

Administration municipale

[modifier | modifier le code]
Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Hector Doy   Réélu en 2001
2008 En cours Dominique Delagneau   Retraité, réélu en 2014 et 2020

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2021, la commune comptait 735 habitants[Note 1], en augmentation de 6,37 % par rapport à 2015 (Ain : +4,96 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
746788917941834730794824800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
752738713724698659642655673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
654630592564534523428388401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
412388379452524537651667683
2017 2021 - - - - - - -
707735-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
Gravure ancienne de la chartreuse de Meyriat.

Les ruines de la chartreuse de Meyriat construite en 1116 qui rayonna sur cette partie du département jusqu'à sa destruction en 1791, font (vraisemblablement) partie du hameau du Chevril.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Station Météo-France « Vieu » - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Vieu » - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  6. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  7. a b et c Insee, « Métadonnées de la commune ».
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  11. « Haut-Bugey Agglomération - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

[modifier | modifier le code]