Vieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour Localité italienne située dans le Piémont, voir Viù.
 À ne pas confondre avec Vieu-d'Izenave, une autre commune de l'Ain.
Vieu
La mairie de Vieu.
La mairie de Vieu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Hauteville-Lompnes
Intercommunalité Bugey Sud
Maire
Mandat
André Bolon
2014-2020
Code postal 01260
Code commune 01442
Démographie
Gentilé Vicusien, Vicusienne[1]
Population
municipale
376 hab. (2014)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 52″ nord, 5° 40′ 58″ est
Altitude Min. 280 m – Max. 540 m
Superficie 6,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Vieu

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Vieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vieu

Vieu est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Vieu sont les Vicusiens et les Vicusiennes[1].

Les hameaux de Vieu sont : Chassin, Chongnes, Don, Linod, Pont et Vaux-Morets.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune de Vieu-en-Valromey ne possède pas de blason. D'après un spécialiste[Qui ?] en héraldique pour le Bugey, ceci est dû au fait que Vieu fut de tous temps le lieu de villégiature de nobles du Bugey. Ceux-ci ayant leurs propres blasons, la commune n'a pas eu l'initiative de créer son blason. Ce même spécialiste a, au début des années 1990, présenté au maire de Vieu un blason représentant Vieu. Cette demande est restée sans réponse.


Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Village situé entre Artemare et Champagne-en-Valromey, dans la vallée du Valromey. Il est inclus dans la zone de production AOC des vins du Bugey.

Vieu est traversé par les rivières du Seran, Arvières et Groin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champagne-en-Valromey Virieu-le-Petit Rose des vents
Belmont-Luthézieu N Chavornay
O    Vieu    E
S
Artemare Talissieu

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le tramway au hameau de Don

Une ligne de chemin de fer secondaire a desservi Vieu du au , celle des tramways de l'Ain.

Longue de 23 km, la ligne partait de Virieu-le-Grand, desservait Artemare-PLM, Artemare-ville, Don (hameau de Vieu) au neuvième kilomètre et Vieu au douzième kilomètre. Ensuite, elle continuait vers Champagne - Luthézieu, Fitigneu, Sutrieu, Lompnieu et Ruffieu.

À noter un accident mortel le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'occupation de Vieu est fort ancienne comme peut en témoigner la découverte à Chassin d'une hache en pierre polie, postérieure de quelque mille ans, à l'emploi exclusif du silex et de l'os.

Vieu aurait porté le nom de Venetonimagus ou Venetonimago (village du grand Vénéton) à l'époque gauloise. Il est fort probable que les Séquanes (peuple Gaulois) avaient fondé ici une ville ou bourgade. Le village devient Venetonimagus, à l'époque romaine et devient la capitale du Valromey. Ses habitants sont appelés vicani Venetonimagenses.

L'église actuelle occupe une partie de l'emplacement d'un temple dédié, croit-on, au Soleil (un Mithraeum). La façade du temple mesurait 17 mètres. Un peu au nord du temple s'élevait une statue colossale en marbre de Paros. Quelques débris de cette statue ont pu être récupérés.

Des vestiges de bains publics alimentés ont pu être découverts.

De nombreux vestiges romains ont été découverts aux alentours comme un piédestal qui portait l'inscription : « A. G. Rufus Eulactus, grand-prêtre du dieu invaincu Mithra, par C. R Virilis, son fils »[2], Ruffus étant certainement à l'origine du village de Ruffieu[réf. nécessaire]. Ce grand-prêtre de Mithra, qui était médecin, fut inhumé à Vieu par les soins de Coesiccia Januaria, sa veuve.

Le Mithraeum, ou sanctuaire des adeptes du culte de Mithra, était situé à peu de distance et au levant du temple. Près de l'entrée du Mithraeum existait un boyau ou réduit souterrain voûté, en tuf.

La source de l'Adoue à Chongnes fut certainement l'objet d'un culte à l'époque gallo-romaine, ainsi qu'en témoignent les traces d'incrustations que l'on remarque encore dans le rocher d'où elle s'échappe. La chapelle de l'Adoue érigée en 1670 (longtemps utilisée en tant que grange), est bâtie sur les ruines d'une villa gallo-romaine.

Le mot vicus (en français : « village ») apparaît sur trois inscriptions découvertes à Vieu-en-Valromey, mais également à Champagne-en-Valromey.

Des tronçons de voies romaines secondaires existent encore sur divers points entre Vieu et Ossy.

Le village est détruit par le feu au IVe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vieu est mentionné à nouveau à partir du XIIe siècle, à l'occasion de la donation d'une terre qui y était située, donation faite par Guillaume de Roieu à l'abbaye de Saint-Sulpice.

Le 6 décembre 1142, une bulle du pape Innocent II mentionne Vieu-en-Valromey à côté de l'obédience de Belley.

Balme-en-Valromey (De Balma Veromensi ou la Balma en Verromeys) commune de Vieu à Linod dont le plus ancien seigneur connu de ce fief est Humbert de la Balme, père de Pierre de la Balme, chevalier, vivant vers 1150.

Pierre de la Balme en Valromey natif de Linod accompagnera le comte Amédée III de Savoie à la croisade[3].

Cette terre resta aux mains de la famille de la Balme-en-Valromey jusqu'au 13 novembre 1461 où elle fut cédée à Georges de Montfalcon, seigneur des Terreaux et de Prangin, un parent de la famille.

Des de Montfalcon, elle passa à François de Grenaud, écuyer, seigneur de Montillet et de Nercia, qui la remit, en 1650, à Jean-Claude de Clermont, chevalier, baron de Montfalcon.

Le château fort de la Balme-en-Valromey fut complètement ruiné sur ordres de Biron, en 1600.

En 1688, les seigneurs de Clermont en firent réédifier une partie, pour y établir un fermier. À la Révolution, son emplacement n'est plus marqué que par un cellier, dans le hameau de Linod.

Au Moyen Âge, Vieu dépend en toute justice de Songieu et de son château Châteauneuf au-dessus du hameau de Bassieu.

Depuis des temps immémoriaux, le marché du Valromey était située à Vieu. En 1375, après une courte délocalisation à Luthézieu, celui-ci revient à Vieu-en-Valromey sur ordre de Catherine de Savoie, veuve de Guillaume de Luyrieux, et de Pierre Gerbais, seigneur de Châteauneuf à Songieu.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le Bugey et le Valromey, et donc Vieu-en-Valromey, sont rattachés définitivement à la France, par le traité de Lyon du , après la fin du conflit entre Henri IV roi de France et Charles-Emmanuel Ier de Savoie, duc de Savoie.

Le , Honoré d'Urfé venu du Forez héritier du Valromey prêta allégeance à Henri IV. Il s'installa à Virieu-le-Grand. À partir de cette date et jusqu'en 1792, Vieu et le Valromey dépendaient en toute de justice de Virieu-le-Grand (pas clair).

En 1654 et 1655, les habitants de Vieu ont dû supporter financièrement les soldats du commandant de l'Isle-Chaviller en guerre contre l'Espagne. Ils s'en plaignirent le au cours d'une enquête sur les villages français commanditée à Jean-Baptiste Colbert par Louis XIV. Cette enquête est connue dans le Bugey, comme «enquête de l'intendant Bouchu ».

En 1700, un cultivateur du Bourg de Vieu découvrit une villa romaine intacte dans son jardin. Il a tout détruit avec difficulté.

Le , un feu se déclara à proximité de l'église et se propagea au hameau de Chongnes, distant de quelques centaines de mètres de là.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Georges Bernard, Joseph Bernini et Roger Persch[4], tous trois résistants et originaires de Vieu ont participé au sabotage du pont SNCF de Marlieu sur la commune de Talissieu. Arrêtés le lendemain à Talissieu, ils ont été fusillés avec seize autres compagnons le à Challes-les-Eaux.

Linod, hameau de Vieu, est le théâtre d’un accrochage entre la Résistance et l’occupant en . Au cours du combat, Lucien Gay[5], d'un maquis de Ruffieu dépendant de l'Armée secrète, fut blessé et transporté à l'hôpital de Nantua où il fut pris par les Allemands et fusillé à la Croix-Chalon (hameau de Béard-Géovreissiat).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1959 Anthelme Marie Devoisin    
1959 1972 Louis Tronchon PS  
1972 1989 Marcel Genet PS  
1989 1995 Monique Gros DVD  
1995 En cours André Bolon DVD Réélu en 2001,2008 et 2014

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 376 habitants, en diminution de -1,31 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
554 266 574 560 567 555 525 622 582
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
576 598 642 617 588 604 616 612 615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
616 604 572 522 517 505 428 403 363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
322 296 292 289 293 311 366 380 376
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Cinq entreprises sont implantées[réf. nécessaire] sur la commune de Vieu.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • la Dondelette : vente de pain et galettes cuits au four banal, s'occupe du fleurissement de Don.
  • Anciens combattants.
  • Société de chasse.
  • Sites et Monuments du Valromey.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Anthelme Brillat-Savarin, maire de Belley et auteur de la Physiologie du goût, fit de nombreux séjours à Vieu, où il possédait une gentilhommière.
  • Auguste Morisot[11], professeur à l'École des beaux-arts de Lyon[12] a réalisé en 1903 une peinture intitulée Le Matin au plateau de Chassan-en-Valromey (par erreur Chassan au lieu de Chassin hameau de Vieu).
  • Adolphe Appian (1818-1898) - Peintre de l'École lyonnaise a peint beaucoup de sites du Valromey. Quelques-uns de ses tableaux sont exposés au musée du monastère de Brou.

Vieu dans la littérature[modifier | modifier le code]

Vieu a inspiré plusieurs auteurs dont :

  • L'Annonce faite à Marie (1912) de Paul Claudel. Une plaque commémore d'ailleurs cette référence. Elle se trouve près de la chapelle de l’Adoue ;
  • Récits de la plaine et de la montagne de René Bazin, relate en particulier, la vie de l’abbé Agniel, curé de Vieu de 1830 à 1884 ;
  • L'action du roman Le Mariage de mademoiselle Gimel de René Bazin, se situe à Linod, hameau de Vieu ;
  • Le roman fantastique Le Péril bleu de Maurice Renard se déroule dans le Bugey.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'aqueduc romain[modifier | modifier le code]

La fontaine de l’Adoue, en arrière-plan le débouché de l'aqueduc.
Article détaillé : Aqueduc romain de Vieu.

L'aqueduc fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[13].

Aqueduc souterrain, il débute vers l'église de Champagne-en-Valromey, longe la route du chef-lieu et bifurque à la hauteur de l'église de Vieu pour déboucher à la fontaine de l’Adoue vers la chapelle du même nom. La fontaine de l’Adoue, destination finale de l'aqueduc, n’est jamais tarie même par les étés les plus chauds[14]. Certains anciens du village prétendent que l'eau de l'Adoue provient du lac de Nantua situé à 45 km au nord. Ces croyances font suite à des essais de coloriage d'eau dans les années 1970. Ceci n'a pas été confirmé.

L'aqueduc, exploré et partiellement restauré en 1869, mesure, depuis la fontaine du village jusqu'au point où la branche principale est interrompue, 396 m. Sa largeur moyenne est de 60 cm et sa hauteur varie de 1,80 m à 5 m.

La branche secondaire, qui n'a pu être conservée que sur une longueur d'environ 30 m, est voûtée en maçonnerie. Sa hauteur n'est que de 1,17 m et sa largeur de 56 cm.

Le château de Mâchuraz[modifier | modifier le code]

Le château de Mâchuraz vu d'Artemare.
Article détaillé : Château de Mâchuraz.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [15]. Il est situé à l’est du territoire de la commune. Sa tour ronde domine l'entrée du village d’Artemare quand on arrive par l'ouest. Son vignoble cultivé par l'abbaye de Saint-Sulpice fournissait un des vins les plus appréciés du Bugey[16].

Dans la première moitié du XIIe siècle, ce nom ne s'appliquait encore qu'à un territoire sans construction aucune et couvert en grande partie de broussailles.

Vers 1160, Gui de Graiseu et Aymon, son fils, du consentement de Léotaud de Chavornay, donnèrent aux religieux de Saint-Sulpice tout ce qu'ils y possédaient.

De bonne heure les moines de Saint-Sulpice reconnurent l'excellence de ce terroir. La plantation en vignes remonte à 1313.

Vers 1270, une grange fut édifiée pour abriter les ouvriers fixés dès lors en permanence sur les lieux ; au XIVe siècle, une tour lui fut adjointe ; au XVe, la grange et cette tour furent remplacées par une maison-forte qui, elle-même, fit place, au XVIe siècle, à un château modifié au XIXe siècle.

Le château de Montègre[modifier | modifier le code]

Montègre (hameau de Linod) était un fief avec château possédé d'abord par les seigneurs de la Balme-en-Valromey.

Il devint le partage d'un des puînés de cette maison, Claude de la Balme, fils de Pierre de la Balme, seigneur de la Mollière (La Biolle), lequel en fit hommage au duc de Savoie en 1477. Aynarde de la Balme, dernière de cette branche, épousa, vers 1570, Jean Antoine de Mornieu, qui devint seigneur de Montaigre.

Victoire de Mornieu, leur fille, dame de Montègre, porta cette terre en dot à Louis de Mareste, dont la famille en jouissait au commencement du XVIIIe siècle.

Le prébendier de la chapelle de Notre-Dame de Populo ou du Pont de Saint-Germain, était à la nomination du seigneur de Montègre.

Le château de la Balme-en-Valromey[modifier | modifier le code]

Le château ruiné vers 1600, lors de la guerre Franco-Savoyarde, fut transformé en cellier au XVIIIe siècle. Aujourd'hui c'est une maison d'habitation dont seules les fenêtres en meneaux traduisent son origine.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'église de Vieu.
Église de Vieu

L'église est construite sur les vestiges d'un temple romain, les pierres du mur du cimetière en témoignent. C'est l'une des plus anciennes églises du Valromey ; en effet, elle date des XIe et XIIe siècles. Le chœur de l'église date de 1501. Le porche roman date de 1150.

Le clocher a été restauré en 1985 (et a par la même occasion retrouvé son aspect d'origine) avec une tour carrée, 8 ouvertures romanes (8 symbolise l'infini de Dieu), une flèche en tuf percée sur ses 4 faces de 4 fenêtres romanes superposées (4 symbolise les éléments terrestres, l'eau, l'air, la terre, le feu) et 3 étages (3 symbolise la Trinité de Dieu).

Monuments antiques[modifier | modifier le code]

Le temple gallo-romain[modifier | modifier le code]

Des photos aériennes ont permis de reconnaître les fondations d'un temple gallo-romain le long de la voie romaine[17].

Grotte artificielle de La Chapelle[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de l'aqueduc, se trouve une cavité, manifestement artificielle, qui dès 1797, est signalé par le docteur Roux[18] ; à ce sujet, est précisé dans l'ouvrage de Robert Bedon :

« On a parlé d'un nymphée avec banquette central et autel central. Nous n'avons rien vu de tel, mais il a pu exister une deuxième salle, située au-delà de l'éboulement. »

— Robert Bedon, Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines[18]

Le même Robert Chevallier participe à une expédition en 1953 au sujet de laquelle, Louis Douillet écrit :

« Ne faudrait-il pas voir là l'existence d'un ancien sanctuaire, d'un nymphée dédié aux divinités des eaux ? À l'instar de l'Adoue (la Doue, la divona : source sacrée). Faute de preuves (inscriptions ou statues), le mystère demeure. »

— Louis Douillet, L'Acqueduc antique ce grand méconnu[19]

Chapelle de Notre-Dame-de-Populo[modifier | modifier le code]

Cette chapelle, construite d'abord en aval du pont de Saint-Germain et tout à fait sur le bord du gouffre, au fond duquel mugissent les eaux réunies de l'Arvière et du Groin, fut transférée vers le milieu du XVIIe siècle, sur un monticule qui domine le village. Le prébendier qui la desservait était à la nomination du seigneur de Montaigre (à Linod).

Il ne reste plus trace de la chapelle primitive, ni de la seconde, qui a été démolie au XIXe siècle.

L'emplacement de cette dernière est marqué par un gracieux monument, œuvre d'art et de goût, élevé par les soins de M. Agniel, curé de Vieu.

La chapelle de Notre-Dame-de-Populo se trouve de nos jours sur les hauteurs de Don.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison de Brillat-Savarin près de l'église.
  • Château d'Antioche, en plein cœur de Don.
  • Notre-Dame de Populo, à Don  : oratoire construit sur un mamelon en 1862, en souvenir d’une chapelle édifiée près du pont du Diable.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Groin[modifier | modifier le code]

À l’est de Chongnes et à un kilomètre se trouve le hameau de Vaux Morets. Il existe à cet endroit une source intermittente (fontaine vauclusienne) appelée le Groin. Les eaux qui sortent de la vasque (d’un diamètre d’une vingtaine de mètres) proviennent de ruisseaux souterrains formés par les infiltrations des eaux pluviales du Haut-Valromey et du plateau de Retord. Suivant les périodes (sèches ou pluvieuses, la vasque est plus ou moins remplie d'eau, voire vide. Les différences de niveau sont impressionnantes. En saison pluvieuse, le siphon s'amorce avec d'effrayants grondements et le courant d'eau peut atteindre à sa sortie 5 mètres cubes par seconde. L’eau remonte la pente à une vitesse phénoménale et rejoint la rivière de l’Arvière.

Un groupe de spéléologue a permis de connaitre la longueur du Groin : 2793 mètres[20].

Liste des sources intemittentes en France : Liste d'exsurgences en France

Le pont du diable[modifier | modifier le code]

Plus au sud le Groin, aidé de la rivière de l’Arvière, se heurte à une paroi d’une cinquantaine de mètres de haut. Au cours des millénaires s’est formé un canyon très connu des amateurs de canyoning de la France entière et de Suisse. Le pont du Diable enjambe une impressionnante brèche étroite de plus de 50 mètres de profondeur, creusée dans le calcaire par les eaux tumultueuses. La visite de ce canyon est grandiose mais dangereuse, l’accès est réglementé et doit être effectué avec des moniteurs de canyoning (vers le pont du diable à Pont situé en haut de Don). Le cours d'eau s'engouffre ensuite dans le « gouffre du diable ».

Une légende prétend que dom Germain, vers le XVe siècle, revenant des vendanges à Machuraz, fut attaqué par des brigands vers Notre-Dame-de-Pourpre à l'approche du « pas de la Dangereuse ». Faisant rapidement une prière, il fut sauvé par sa mule qui avait réussi à sauter par-dessus le précipice. Dom Germain exécuta son vœu en construisant un pont à l'endroit même de l'attaque. Ce pont fut baptisé « pont Saint-Germain » puis « pont du Diable » car les attaques de brigands continuèrent à cet endroit. Légende ou vérité ? Toujours est-il qu'il subsiste encore de nos jours une statuette de saint Germain dans une niche de la falaise[21].

Le gouffre à Balthazar[modifier | modifier le code]

Situé entre Don et Artemare, un belvédère surplombe le Groin sous un angle nouveau et permet une vue sur un environnement impressionnant de bruit et de puissance lorsque le Groin est en eau.

La cascade de Cerveyrieu[modifier | modifier le code]

La cascade de Cerveyrieu.
Article détaillé : Cascade de Cerveyrieu.

À 500 mètres et à l’ouest du gouffre à Balthazar, à la limite de la commune de Vieu, sur le territoire d'Artemare, se trouve la cascade de Cerveyrieu (Cerveyrieu est une ancienne commune disparue en 1862 à la suite de sa fusion avec Artemare). La cascade de Cerveyrieu est l’aboutissement de la traversée du Valromey de la rivière le Séran. Le Séran aura au préalable proposé plusieurs sites remarquables lors de sa traversée du Valromey. La rivière, qui prend sa source sur le plateau de Retord, précipite ses eaux d'une sorte de reculée rocheuse haute d'une soixantaine de mètres, sur un chaos de rochers détachés de la falaise. Très belle vue sur le château de la cascade construit dans les années 1860, sur Artemare, sur le Bugey méridional et sur la Dent du Chat.

Le 9 février 1711, après deux hivers très rigoureux, plusieurs énormes de blocs de pierres se détachent de la cascade de Cerveyrieu en détruisant plusieurs maisons en contrebas. Un seul de ces blocs a suffi pour construire le pont d’Artemare.

Belvédère de Linod[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Molard de Linod.

Au centre du triangle formé par la source du Groin, le gouffre à Balthazar et la cascade de Cerveyrieu se trouve le hameau de Linod. Linod est sur une petite colline (un molard) qui permet de jouir d'un panorama sur la chaîne de Belledonne, de la Grande Chartreuse et de la Dent du Chat.

À noter la présence d'un four à pain caractéristique du Valromey.

Au début du XXIe siècle fut érigé au sommet de la colline (dit « molard de Linod ») une antenne relais téléphonique.

Les gorges de Thurignin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gorges de Thurignin.

Au nord-ouest de Vieu se situe le hameau de Thurignin, existant déjà au milieu du XIVe siècle fut détaché de Vieu vers 1850 pour être rattaché à la commune de Belmont-Luthezieu. Vers ce hameau se situent les gorges du même nom bien connues des amateurs de canyoning. Longues de 500 mètres, les gorges de Thurignin, creusées par le Séran, sont une succession de « marmites » reliant de profondes et étroites entailles où s'engouffrent de grondantes petites cascades.

Une dalle de pierre enjambe une cuve profonde et permet de suivre le sentier qui rejoint l'ancienne gare de Vieu. Aujourd'hui le hameau de Thurignin appartient à la commune de Belmont-Luthezieu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Le village de Vieu », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 4 avril 2011).
  2. André Buisson, Carte archéologique de la Gaule : l'Ain, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, , 192 p. (notice BnF no FRBNF35553462), p. 70
  3. Histoire du Valromey, Hélène et Paul Percevaux, 2004, (ASIN B000WIPJS8).
  4. « A la mémoire des 19 otages du Valromey », sur challes.voyeaud.org.
  5. « Lucien Gay », sur Maquis de l'Ain et du Haut-Jura (consulté le 18 juillet 2011).
  6. Dominique Saint-Pierre, Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain, Musnier-Gilbert Editions 2011.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Auguste Morisot », sur venezuelatina.com.
  12. « Auguste Morisot », sur chretienssocietes.revues.org.
  13. Notice no PA00116602, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Robert Bedon, Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines, Presses Universitaires de Limoges, , 786 p. (ISBN 978-2842871116).
  15. Notice no PA01000021, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Baron Achille Raverat, Les vallées du Bugey. Excursions historiques, pittoresques et artistiques dans le Bugey, la Bresse, la Savoie & le pays de Gex, Tome 1, Lyon, 1867.
  17. André Buisson, Carte archéologique de la Gaule : 01. Ain, , 190 p. (ISBN 2-87754-046-4, lire en ligne), p. 70.
  18. a et b Robert Bedon, Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines, Limoges, Presses universitaires de Limoges, , 789 p. (lire en ligne), p. 166, Notes de R. Chevallier, professeur d'université.
  19. « L'Acqueduc antique ce grand méconnu », sur le bulletin d'information municipale de Champagne-en-Valromey numéro 32, (consulté le 5 avril 2011).
  20. [1]
  21. « Légende du Pont du Diable », sur nathie01300.over-blog.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Le Nézet-Célestin, Georges Vicherd, Vieu en Valromey et sa région à l'époque gallo-romaine. Fouilles et découvertes archéologiques, préface de Raymond Chevallier (coll. « Cahiers René de Lucinge », 4e série, 36), Paris, De Boccard, 2002, 120 p., 37 fig.
  • Robert Bedon, Les Aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines, Limoges, Presse universitaire de Limoges, , 789 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Vieu.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]