Vies imaginaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vies imaginaires
Image illustrative de l'article Vies imaginaires

Auteur Marcel Schwob
Pays Drapeau de la France France
Genre Essais
Éditeur Charpentier & Fasquelle
Lieu de parution Paris
Date de parution 1896
Nombre de pages 276

Vies imaginaires est un ouvrage de Marcel Schwob, publié en juin 1896, qui se présente comme un recueil de 22 courtes biographies où l'auteur affirme ne pas se préoccuper du vrai : « Le biographe, comme une divinité inférieure, sait choisir parmi les possibles humains, celui qui est unique[1]».

Les Vies imaginaires paraissent la première fois dans Le Journal à partir du 29 juillet 1894 qui prévient les lecteurs en ces termes : « Nous inaugurons aujourd'hui la série : Vies de certains poëtes, dieux, assassins et pirates, ainsi que de plusieurs princesses et dames galantes, mises en lumière et disposées selon un ordre plaisant et nouveau par Marcel Schwob.[2] »

Marcel Schwob y inaugure une pratique nouvelle qui ouvre la voie de Pascal Quignard et Pierre Michon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source primaire[modifier | modifier le code]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Bruno Fabre, L'art de la biographie dans Vies imaginaires de Marcel Schwob, Paris, Champion, 2010 (ISBN 978-2-7453-2058-2)
  • Sylvain Goudemare, Marcel Schwob ou Les vies imaginaires, Paris, Le Cherche Midi, 2000 (ISBN 2-86274-819-6)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Schwob, « Préface », Vies imaginaires, Charpentier et Fasquelle, 1896.
  2. Rapportés dans la notice rédigée par Pierre Champion in Les œuvres complètes de Marcel Schwob (1867-1905), Paris, François Bernouard, 1927, page 195.