Viella (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Viella
Viella (Gers)
L'église Saint-Pierre et le monument aux morts de Viella.
Blason de Viella
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Armagnac Adour
Maire
Mandat
Jean-François Thomas
2020-2026
Code postal 32400
Code commune 32463
Démographie
Gentilé Viellanais, Viellanaises
Population
municipale
511 hab. (2019 en diminution de 4,13 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 58″ nord, 0° 08′ 19″ ouest
Altitude 241 m
Min. 109 m
Max. 250 m
Superficie 22,02 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de l'Adour-Gersoise
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viella
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viella
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Viella
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Viella

Viella (Vielar en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le pays de Rivière-Basse, un territoire qui s’allonge dans la moyenne vallée de l’Adour, à l’endroit où le fleuve marque un coude entre Bigorre et Gers.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par le Larcis, le Saget, le Barry, le ruisseau Claquessot et par divers autres petits cours d'eau.

Viella est une commune rurale qui compte 511 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 1 811 habitants en 1831. Ses habitants sont appelés les Viellanais ou Viellanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Viella est une commune du Gers située au carrefour des Landes, du Gers et toute proche des Pyrénées. Elle est limitrophe des départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.

Viella est situé à 6 km d'Aydie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village est bâti sur une colline surplombant la vieille route d'Aire-sur-l'Adour à Tarbes, et structuré sur un modèle béarnais, c'est-à-dire le long d'un axe routier. Le point culminant est assez élevé : 246 mètres.

L'aire de la commune est très vallonnée, le minimum étant à 119 mètres, ce qui permet la polyculture avec l'alternance de maïs ou d'élevage dans les vallons des rivières (Bégué, l'Arricau, les Artigues...), la vigne sur les coteaux ou les terres bien exposées du sommet des crêtes, les bois sur les terres moins favorables.

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux ruisseaux, le Saget à l'est et le Larcis à l'ouest. D'autres petits ruisseaux sillonnent la commune : le Clacassot, l'Arricau et le Bourguille[3].

Le Larcis, d'une longueur totale de 34,8 km, prend sa source dans la commune de Luc-Armau, et s'écoule vers le nord-ouest. Il se jette dans le Léez à Projan, après avoir traversé 20 communes[4].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Viella.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Entrée est de Viella.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 13,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 029 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Maumusson », sur la commune de Maumusson-Laguian, mise en service en 1963[10] et qui se trouve à 3 km à vol d'oiseau[11],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,9 °C et la hauteur de précipitations de 1 020,2 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, mise en service en 1921 et à 32 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[14], à 13,4 °C pour 1981-2010[15], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[17],[18],[19].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Rue principale du village.

Typologie[modifier | modifier le code]

Viella est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[20],[I 1],[21]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (76,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (32,2 %), cultures permanentes (23,8 %), forêts (21,6 %), zones agricoles hétérogènes (21 %), zones urbanisées (1,4 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Viella est un ancien oppidum gallo-romain.

Ancien fief de la famille Labay (ou Labaig) de Viella dont les armes, modifiées dans les couleurs, (deux sangliers de gueules sur fond de sinople) figurent sur le blason de la commune.

Situé à 1,5 km au nord-ouest de Viella, sur les lieux même de la principale fusillade, se dresse le monument d'Arudy, qui fut inauguré le en présence de Jean de Milleret. Les stèles individuelles, plantées en bordure de route, rappellent que des maquisards sont tombés à cet endroit.

- Le 26 juillet 1944, opération allemande à Viella contre le P.C. MILLERET "CARNOT" du C.F.P. Une forte colonne venant de Pau abat deux hommes du maquis au carrefour d'Aurensan. Scindés en plusieurs éléments, les uns ratissent la campagne à la recherche de maquisards, d'autres vers le bourg de Viella où ce jour-là faut-il préciser, le commandant de brigade MILLERET a convoqué ses chefs de compagnie. Deux hommes attendent à la ferme LABARRERE, sur la route, le lieutenant ALLAVENA "AUTERIVE" qui doit arriver de Lasserade. Ils sont surpris par l'irruption de la colonne ennemie. le premier DARRICAU, est tué ; son compagnon VARINI est capturé. Son cadavre sera retrouvé dans un champ quelques centaines de mètres plus loin. La liaison disparue, la voiture d'ALLAVENA va tomber sur les allemands.

Des groupes d'allemands battent les environs. Ils cernent plusieurs maquisards dont le chef TISON dans un bosquet. Ils se rendent sauf Sanchez RODRIGUEZ qui s'échappe et SERRANO qui est mortellement blessé. La ferme BELLARDE, siège du P.C. MILLERET réduit à quelques membres est également cerné, les occupants ont été avertis et le capitaine DANGOUMAU et les propriétaires font disparaître armes et documents. Les allemands ne trouvent rien, ils alignent contre un mur les époux BELLARDE, puis DANGOUMAU, et le jeune ABADIE sont emmenés à Viella. L'officier des détails DURRIEUX caché dans le chai de la ferme est trouvé et un soldat l'abat d'une rafale.

L'après-midi, les captifs sont rassemblés dans la cour du notaire Maître MAUR où ils sont triés. Les gens du pays sont relâchés. DANGOUMAU et ABADIE également grâce à des papiers professionnels.

Mais ALLAVENA, DERT, DUFAURE, GLANDA, LANINE, MENDOZA et TISON qui n'ont aucun moyen de défense sont emmenés au lieu dit "Le Pedouen", où ils sont mitraillés.

MILLERET, ne se trouvait pas le matin à son P.C. ayant passé la nuit chez M. WINTREBERT.

L'affaire de Viella a des prolongements du fait de la capture d'ALLAVENA et de ses compagnons. L'un d'eux, Gérard SCHMIDT, a échappé au peloton d'exécution mais est contraint de conduire les allemands à son maquis de Lasserade. Le contact est pris avec celui-ci qui accepte l'offre qui lui est faite par l'officier de la Wehrmacht : les hommes sont désarmés et repartent saufs sans être inquiétés.

La brigade CARNOT subit d'autres attaques des allemands d'Aire sur Adour et de Mont de Marsan.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Viella.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[23]
Période Identité Étiquette Qualité
1809 1818 Pierre Louit    
1818 1827 Jean Laffitte    
1827 1831 Jean Bauge    
1831 1839 Pierre Lacaze    
1839 1848 Jacques Ricau    
1848 1851 Léon Ricau    
1851 1853 Pierre Barrieu    
1853 1856 Bernard Dubie    
1856 1865 Antoine Marquis    
1865 1871 Narcisse Dabadie    
1871 1876 Pascal Dabadie    
1876 1888 Victor Alem    
1888 1889 Pascal Dabadie    
1889 1908 Jules Ricau    
1908 1925 Louis Moura    
1925 1929 André Chauvin    
1929 1953 Louis Moura    
1953 1965 Alban Pages    
1965 1966 Pierre Bru    
1966 1977 Jean Lescher    
1977 1983 Jean Dumestre    
1983 1990 Robert Bayonnette PS  
mars 2001 2008 Jean-Louis Dubosc    
avril 2008 En cours Jean-François Thomas[24] DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[26]. En 2019, la commune comptait 511 habitants[Note 5], en diminution de 4,13 % par rapport à 2013 (Gers : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 3261 2271 4281 4651 8111 6791 6711 7571 696
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 5501 5411 5031 5041 5721 5081 5731 6261 585
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 5221 3341 1021 0201 005925905869705
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
674595626580560538535534511
2019 - - - - - - - -
511--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire.

Viella dispose d'une école primaire publique comprenant un effectif de 43 élèves en 2013[29].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le , lors de la Saint-Sylvestre, le village s'adonne aux vendanges tardives et récolte les dernières grappes du Pacherenc [30].

Santé[modifier | modifier le code]

Le village possède un médecin généraliste. Les hôpitaux les plus proches sont ceux de Tarbes, Pau et Mont-de-Marsan [31]

Sports[modifier | modifier le code]

Inauguration du stadium Henri Lacassagne

Parmi les viellanais d'origine se trouve un des pionniers du rugby : Pierre Jean Henri Lacassagne, communément appelé Henri. Né en 1883, membre du stade bordelais en tant que demi de mêlée, il fut quatre fois champion de France en 1904, 1905, 1906, 1907 et finaliste en 1908. Sélectionné dans la première équipe du XV de France, il joua les deux premiers matches de celle-ci, contre les All Blacks le , puis contre l'Angleterre. Par la suite, il fit partie du stade nantais, entrainé par son ami Pascal Laporte. Tué en combat aérien le , une plaque a été apposée le , à l'entrée du terrain de sport de Viella, en son honneur.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 248 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 504 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 250 [I 4] (20 820  dans le département[I 5]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 6] 3,5 % 6,5 % 9 %
Département[I 7] 6,1 % 7,5 % 8,2 %
France entière[I 8] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 279 personnes, parmi lesquelles on compte 75,3 % d'actifs (66,3 % ayant un emploi et 9 % de chômeurs) et 24,7 % d'inactifs[Note 7],[I 6]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui du département, mais inférieur à celui de la France, alors qu'il était inférieur à celui du département et de la France en 2008.

La commune est hors attraction des villes[Carte 2],[I 9]. Elle compte 164 emplois en 2018, contre 212 en 2013 et 151 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 190, soit un indicateur de concentration d'emploi de 86,4 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 47,9 %[I 10].

Sur ces 190 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 82 travaillent dans la commune, soit 43 % des habitants[I 11]. Pour se rendre au travail, 81,6 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 7,3 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 11 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 12].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

51 établissements[Note 8] sont implantés à Viella au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 9],[I 13].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 51
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
6 11,8 % (12,3 %)
Construction 8 15,7 % (14,6 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
17 33,3 % (27,7 %)
Activités financières et d'assurance 2 3,9 % (3,5 %)
Activités immobilières 4 7,8 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
6 11,8 % (14,4 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
5 9,8 % (12,3 %)
Autres activités de services 3 5,9 % (8,3 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 33,3 % du nombre total d'établissements de la commune (17 sur les 51 entreprises implantées à Viella), contre 27,7 % au niveau départemental[I 14].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'entreprise ayant son siège social sur le territoire communal qui génère le plus de chiffre d'affaires en 2020 est[32] :

  • Chateau Viella Village, culture de céréales (à l'exception du riz), de légumineuses et de graines oléagineuses (15 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans la Rivière Basse, une petite région agricole occupant une partie ouest du département du Gers[33]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 10] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 3].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 56 45 49 35
SAU[Note 11] (ha) 1 579 1 545 1 606 1 552

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 56 lors du recensement agricole de 1988[Note 12] à 45 en 2000 puis à 49 en 2010[35] et enfin à 35 en 2020[Carte 4], soit une baisse de 37 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 51 % de ses exploitations[36],[Carte 5]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 1 579 ha en 1988 à 1 552 ha en 2020[Carte 6]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 28 à 44 ha[35].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Arènes, dont seuls subsistent les loges et la tribune. Elles ne sont plus utilisées[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Ecartelé, au premier d'or à deux vaches de gueules onglées, colletées et clarinées d'azur, au second aussi d'or à un lion de gueules, au troisième d'azur à deux balances d'argent, au quatrième de gueules à une tour d'or ouverte, ajourée et maçonnée de sable ; sur le tout, de sinople à deux sangliers de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[7].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  8. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  9. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  10. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  12. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[34].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Viella » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Gers » (consulté le ).
  6. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Viella » (consulté le ).
  7. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Gers » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Viella » (consulté le ).
  11. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  12. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  13. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Viella » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Gers » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Plan séisme » (consulté le ).
  3. Courtès, Georges. et Société archéologique et historique du Gers (France), Les communes du département du Gers, Société archéologique et historique du Gers, 2003- (ISBN 2950590071, OCLC 60372477, lire en ligne).
  4. Sandre, « le Larcis ».
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Maumusson - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Viella et Maumusson-Laguian », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Maumusson - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Viella et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Viella », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Liste des ZNIEFF de la commune de Viella », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Liste des espaces protégés sur la commune de Viella », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. « Les maires de Viella », sur Site francegenweb, (consulté le ).
  24. Site de la préfecture - Fiche de Viella
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale
  30. contact@tourisme-gers.com, « Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers », sur www.tourisme-gers.com/ (consulté le ).
  31. « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Entreprises à Viella », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  33. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  34. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  35. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Viella - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  36. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département du Gers » (consulté le ).
  37. « Chateau Viella Vin Madiran Pacherenc Vic Bilh Gers Pyrénées Sud-Ouest », sur www.chateauviella.fr (consulté le ).
  38. a et b Georges Courtès, Les communes du département du Gers, Société archéologique et historique du Gers, (ISBN 2950590071, OCLC 60372477).