Vieille Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'expression utilisée en relations internationales. Pour la notion en archéologie, voir Vieille Europe (archéologie).

La vieille Europe est un terme utilisé pour la première fois par le Secrétaire de la Défense des États-Unis Donald Rumsfeld[1] en janvier 2003 en se référant aux pays européens qui avaient décidé de ne pas soutenir l'invasion de l'Irak de mars 2003, en particulier l'Allemagne et la France. Les tractations diplomatiques américaines étaient alors intenses pour structurer une Coalition of the willing permettant de présenter à l'ONU une alliance de pays qui enverraient des contingents.

Depuis lors, de nombreux journalistes et personnalités politiques l'ont utilisé pour qualifier différentes combinaisons de pays du premier monde. Le comédien Jon Stewart l'a par exemple utilisé de manière humoristique pour désigner les vieilles puissances d'Europe de l'Ouest, notamment la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni[2].

Hormis les forces armées des États-Unis et de la Grande-Bretagne, les dernières nations parmi les 48 formant la coalition militaire en Irak ont retiré leurs troupes essentiellement à la fin de l'année 2008.

Lors de son discours du 14 février 2003 au Conseil de Sécurité une semaine avant le début de la guerre, le ministre des Affaires étrangères français Dominique de Villepin conclut son réquisitoire pour la paix en ces termes : "Et c'est un vieux pays, la France, d'un vieux continent comme le mien, l'Europe, qui vous le dit aujourd'hui"[3]. Il fait là référence à l'attaque de Rumsfeld, quelques semaines plus tôt, mais en donnant une tournure beaucoup plus positive au terme "vieux", synonyme de sagesse et de noblesse plutôt que d'immobilisme et de dépassement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lors d'un entretien avec le journaliste hollandais Charles Groenhuijsen, tenu le 22 mars 2003.
  2. Stewart, J. (2004). American: The Book. New York City: Warner Books.
  3. « Discours prononcé à l'ONU lors de la crise irakienne - 14 février 2003 - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 17 août 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]