Vie et aventures de Salavin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vie et aventures de Salavin
Auteur Georges Duhamel
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Mercure de France
Date de parution de 1920 à 1932
Nombre de pages environ 800 pages
Série Vie et aventures de Salavin

Vie et aventures de Salavin est un cycle romanesque publié par Georges Duhamel entre 1920 et 1932 et composé de cinq romans distincts et d'une nouvelle publiés au Mercure de France.

Écriture du cycle[modifier | modifier le code]

Le premier chapitre de Confession de minuit a été écrit par Duhamel au printemps 1914[1]. La guerre vint interrompre l'écriture du roman, que Duhamel complètera en 1919 et publiera l'année suivante. Une fable, Nouvelle rencontre avec Salavin est ajoutée dans les mois qui suivirent. Dès lors, douze années durant, il s'attèle à la description du personnage de Salavin, parfois presque même contre sa propre volonté. Ainsi, alors qu'il écrit Deux hommes, dans ce qui deviendra le deuxième tome de la saga, le personnage de Salavin s'impose dans son récit sans que cela ait été conçu par avance, changeant dès lors le cours du roman[2]. Les volumes se succèdent à une fréquence de deux ou trois ans, jusqu'à ce que Georges Duhamel décide de lâcher son « pauvre homme » et « son ami, son frère malheureux »[3] en 1932 pour entamer l'écriture d'un nouveau cycle romanesque Chronique des Pasquier, dont le premier tome est publié en 1933.

Ce cycle romanesque et le personnage de Salavin, l'un des premiers anti-héros de la littérature française, sont fréquemment considérés comme précurseurs et inspirateurs des romans et personnages « existentialistes » de Jean-Paul Sartre, en particulier de Roquetin de La Nausée, et Albert Camus avec La Chute ou L'Étranger[4],[5] mais aussi de Bardamu du Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline[5].

Résumé[modifier | modifier le code]

Louis Salavin est un modeste employé de bureau parisien qui, à la suite d'un acte spontané et insensé, est renvoyé de son travail. La solitude et une certaine mise en marge de la société deviennent alors son quotidien, et le poussent à s'interroger sur le sens de sa vie et à se construire un destin. Salavin vit seul avec sa mère, dans un logement modeste de la rue du Pot-de-Fer sur la Montagne Sainte-Geneviève, qui devient le royaume de sa lente dérive. Salavin se marie à une voisine, Marguerite, mais leur enfant meurt précocement. En prise avec son mal-être existentialiste, il va détruire les liens amicaux qui l'unissent à ses proches les plus chers. Son errance personnelle le conduit tout d'abord vers un étrange mysticisme ; il veut devenir un saint laïc, tâche utopique et inatteignable, qui le pousse finalement à demander l'aide désespérée de la foi qu'aucune religion ne peut lui apporter. Louis Salavin se tourne ensuite vers un communisme naissant, mais auquel il ne peut adhérer, restant un simple spectateur tourmenté dans son être. Il fuit finalement sa vie et son identité, abandonnant son foyer et sa femme en partant sous un nom d'emprunt pour Tunis où il devient gérant de magasin. Malgré l'aide et le don de lui qu'il fait auprès des indigènes du protectorat français, son passé le rattrape et son âme souffrante et insatisfaite finit par le détruire.

Les cinq romans[modifier | modifier le code]

Éditions de Vie et aventures de Salavin[modifier | modifier le code]

L'édition originale de Vie et aventure de Salavin comprenant l'ensemble des cinq volumes s'est étendue de 1920 à 1932 aux éditions du Mercure de France. Une édition illustrée par Berthold Mahn paraît en 1949 chez l'Union latine d'édition puis une autre illustrée par quarante gravures sur bois de Paulette Humbert en 1959 aux Éditions classiques et contemporaines[6]. Le cycle a été ensuite réédité deux fois intégralement en un volume unique par les éditions Omnibus en 1988 puis 2008 sous la forme d'un ouvrage unique de 832 pages[7].

Adaptations pour les écrans[modifier | modifier le code]

Le cycle Salavin a été adapté deux fois pour la pellicule. En 1963, Pierre Granier-Deferre réalise Les Aventures de Salavin ou La Confession de minuit avec Maurice Biraud, Julien Carette, Mona Dol, et Geneviève Fontanel qui sortira sur les écrans l'année suivante.

Le , est réalisée par André Michel une adaptation faite par Michel Suffran pour le petit écran sous le titre Salavin avec Julien Verdier, Martine de Breteuil, Paul Le Person et Anna Gaylor.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vie et mort d'un héros de roman par Georges Duhamel, 1948. Réédité dans Vie et aventures de Salavin, éditions Omnibus, 2008, p. 771. (ISBN 978-2-258-07585-6)
  2. Ibid, p. 777.
  3. Tel qu'en lui-même..., éditions Omnibus, 2008, p. 765 (ISBN 978-2-258-07585-6).
  4. Entrée « Georges Duhamel », Encyclopedia universalis, édition 1968, vol.5, p.834
  5. a et b [PDF] Georges Duhamel : Salavin, précurseur par François Ouellet, Nuit blanche, le magazine du livre, no 49 (1992), p. 64-66.
  6. Vie et aventures de Salavin, Georges Duhamel, ill. Paulette Humbert, éditions classiques et contemporaines, Saverne, 1959, (notice BnF no FRBNF32987776).
  7. Vie et aventures de Salavin, éditions Omnibus, 2008, (ISBN 978-2-258-07585-6).