Extrêmobiologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vie en condition extrêmes)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biologie
Cet article est une ébauche concernant la biologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'Extrêmobiologie est la science biologique qui étudie la vie en milieux extrêmes, en particulier les organismes dits « extrêmophiles ». Certaines de ces espèces ont été très étudiées, mais la plupart sont encore inconnues.

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Les conditions extrêmes peuvent être des conditions de températures, de pressions, d'acidités, de radioactivités, de sécheresses, etc. ou la conjonction de tout ou partie de ces facteurs.

La « biosphère profonde »[modifier | modifier le code]

DARCLIFE doit explorer la « Biosphère profonde ») pour mieux comprendre les relations qui lie la biodiversité des grandes profondeurs aux grands systèmes planétaires (dont le système climatique)

C'est sans doute le champ le plus vaste qu'aura à explorer cette discipline au XXIe siècle, car la partie profonde et sous-marine de la biosphère est probablement encore la moins connue.
Elle est essentiellement constituée de bactéries et d'archées et de virus marins adaptés à la vie en condition extrêmes.

La recherche[modifier | modifier le code]

  • En Europe : Un programme international de recherche [1], soutenu par l'Union européenne, dénommé DARCLIFE (pour Deep subsurface Archaea : carbon cycle, life strategies, and role in sedimentary ecosystems) vise - à partir d'Avril 2010 à mieux l'étudier, ce qui demande des moyens s'apparentant plus à l'exploration spatiale qu'à l'océanographie développée sur le plateau continental ou dans les couches supérieures de la mer.
Articles détaillés : DARCLIFE et biosphère profonde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dépêche idw, communiqué de presse du Centre MARUM des sciences de l'environnement marin de Brême (- 2010/01/27)