Vidyaranya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vidyāraṇya (devanāgarī : विद्यारण्य), littéralement "forêt de sagesse", auparavant nommé Mādhavācārya[1] (1297 - 1386) était un religieux, renonçant et philosophe indien de l'Advaita Vedānta. Il fut le Supérieur de l'institution monastique (maṭha) de Sringeri de 1375 à 1386[2]. Il est connu pour être l'auteur du célèbre "Traité en 15 chapitres" Pañcadaśī. Vidyaranya aurait été conseiller des premiers rois de Vijayanagar et l'un des chefs spirituels de la principale branche du Vedanta fondée par Adi Shankara[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa biographie reste toujours l'objet d'études d'historiens car elle comporte beaucoup d'incertitudes et de lacunes. Toutefois, en lisant ses écrits, il appert qu'il portait également le nom de Madhava. C'est sous ce nom qu'il a rédigé de nombreux écrits philosophiques de l'Advaita Vedanta lorsqu'il avait la charge du monastère de Sringeri (qui existe toujours aujourd'hui). Dans l'introduction de son livre Parasara-Madhaviya[4], il confie qu'il est le fils de Mayana et de Srimati, et qu'il est le frère de Sayana et de Bhoganatha. Il précise également qu'il était le disciple de Vidyatirtha et de Bharatirtha.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Anubhūtiprakāśa
  • Jīvan-mukti-viveka
  • Jaiminīya nyāyamālā
  • Kāla-mādhavīya
  • Pañcadaśī
  • Parāśara-mādhavīya
  • Parāśara-smṛti vyākhyāna
  • Smṛti sangraha

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom qu'il avait avant son sannyāsa
  2. Source : La préface de Michel Hulin in Sri Vidyaranya Svami, Être, Conscience, Félicité, La Pancadasi, Accarias l'originel, 2006, p. 9. Cependant, plusieurs auteurs ne s'accordent pas sur ces dates. Pour exemple, E.B. Cowell affirme dans la préface de sa traduction du livre Sarva-Darsana-Samgraha, qu'il aurait pris ses fonctions en 1331 (The Sarva-Darsana-Samgraha, London, Trübner & Co, Ludgate Hill, 1882, p. VII).
  3. Source : A. Bareau, Revue de l'histoire des religions, 1967, Vol. 171, pp. 244-245.
  4. Parasara-Madhaviya, Éd. Chandrakanta Tarkalankara, 1973, Introduction, versets 6-7.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sāyaṇa and Mādhava-Vidyāraṇya: a study of their lives and letters. Munuganti Kripacharyulu. Éd. Rajyalakshmi Publications, 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]