Vidéo composite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
RCA
Description de cette image, également commentée ci-après
Pour les appareils grand public, la prise RCA jaune est souvent associée au signal vidéocomposite
Type Connecteur composite vidéo
Historique de production

Spécifications
Connexion à chaud Oui
Externe Oui

Vidéo composite ou « Vidéocomposite », parfois appelé CVBS (Composite Video Baseband Signal), désigne le format analogique de signal noir et blanc ou couleur. Il véhicule et combine à la fois les signaux vidéo de luminance (image noir et blanc, de symbole « Y »), de chrominance éventuelle (signal couleur SECAM, PAL ou NTSC, de symbole « C ») et de synchronisation (de symbole « S »).

Lors de la télédiffusion, le signal vidéocomposite est modulé conformément à la norme adoptée par le pays où l'émission est diffusée en complément des signaux sonores et d'autres données éventuelles. Le signal vidéocomposite est généralement véhiculé par un câble coaxial au moyen d'une liaison asymétrique.

Il ne faut pas confondre le signal vidéocomposite avec les standards de couleurs qu'il peut véhiculer ou avec les normes de télédiffusion.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir des années 1930 pour la télévision analogique, toute une série de formats vidéocomposites sont adoptés dont les principaux sont :

Utilisation et connectique[modifier | modifier le code]

Le mode vidéocomposite est le plus souvent utilisé pour l'entrée/sortie vidéo analogique des :

On note souvent la présence de connecteurs audio associés aux connecteurs vidéo.

Principes et déclinaisons[modifier | modifier le code]

Du fait de la combinaison des informations luminance et chrominance, le signal vidéocomposite peut accuser certains défauts parmi lesquels, le moirage.

Pour traiter ce problème, on exploite la séparation des signaux, par exemple avec le mode Y/C (Luminance/Chrominance) mais cela nécessite deux liaisons séparées (double câble coaxial). Les signaux de synchronisation figurent toutefois dans chacune des liaisons.

Grâce au mode YCbCr ou « Vidéo à composantes séparées », le signal Y de luminance et les deux autres signaux de chrominance différenciée (B-Y et R-Y) sont véhiculés et traités séparément. Ce mode nécessite trois liaisons séparées (triple câble coaxial). Les signaux de synchronisation figurent toutefois dans chacune des liaisons.

Abandon progressif avec le numérique[modifier | modifier le code]

Du fait de ses limites techniques en termes de résolution d'image, le mode vidéocomposite analogique est progressivement remplacé à partir des années 1990. La technologie vidéo numérique étend certaines caractéristiques vidéo comme la résolution, la définition et le traitement numérique des couleurs. Les nouveaux écrans, comme provisoirement le plasma et surtout l'affichage LCD nécessitent comme dans l'univers informatique, des signaux plus fiables et plus complexes. L'apparition des liaisons numériques de type DVI et HDMI répondent à ces nouvelles exigences, y compris la protection à l'égard des parasites ou des perturbations électro-magnétiques ou encore protéger contre le piratage ou la copie illicite. Toutefois jusqu'aux années 2020, les appareils numériques grand public conservent le plus souvent des entrées et sorties vidéo au format composite, par souci de compatibilité avec le parc de périphériques existant ou ancien (caméras, consoles de jeux vidéo, etc.). Enfin des accessoires convertisseurs de format permettent de préserver cette compatibilité, ce qui permet aux fabricants de progressivement supprimer les liaisons analogique, le plus souvent à l'exception notable des sorties audio.

Liens externes[modifier | modifier le code]