Victoria Mxenge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Victoria Mxenge
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Victoria Nonyamezelo Mxenge (née le à King William's Town en Afrique du Sud et morte le à Umlazi en Afrique du Sud), est une avocate et une militante anti-apartheid.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victoria Mxenge est née dans le village de Tamara situé sur la commune de King William's Town dans l'est de la province du Cap.

Formée comme infirmière, elle épouse Griffiths Mxenge et déménage dans la province du Natal où elle est sage-femme à l'hôpital King Edward et infirmière communautaire dans le township d'Umlazi.

En 1965, en vertu de la loi sur la répression du communisme, son mari est condamné et emprisonné pendant deux ans sur Robben Island.

En 1981, Victoria Mxenge obtient un diplôme en droit de l'Université d'Afrique du Sud et est admise au barreau. Elle rejoint l'Organisation des femmes de Natal, une structure affiliée au front démocratique uni (UDF).

Le 19 novembre 1981, son mari est assassiné. Elle récuse les accusations du général Coetzee affirmant que le congrès national africain est responsable de l'assassinat. Elle continue à pratiquer le droit et à intervenir dans la défense des prévenus contre les maltraitances et violences policières. En 1984, elle est notamment, devant la Cour suprême de Pietermaritzburg, l'une des avocates de la défense dans le procès mené contre les dirigeants du Front démocratique uni (UDF) et du Natal Indian Congress (NIC) .

En juillet 1985, elle participe aux funérailles de Matthew Goniwe, de Fort Calata, de Sparrow Mkhonto et de Sicelo Mhlauli (les 4 de Cradock), 4 militants anti-apartheid tués par les forces de sécurité.

Quelques jours plus tard, le 1er août 1985, quatre hommes abattent Victoria Mxenge dans l'allée de sa maison à Umlazi.

En 1987, le magistrat refuse d'ouvrir une enquête officielle. Dans son rapport, la Commission de la vérité et de la réconciliation attribue son assassinat à Marvin Sefako (acte qu'il a reconnu) et au brigadier Peter Swanepoel. Sefako aurait agi pour le compte de la "Security Branch", une section de la Police sud-africaine.

Sources[modifier | modifier le code]