Victoria Mwaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victoria Miriam Mwaka est une professeure de géographie, une femme politique et une militante des droits des femmes ougandaise dans le district de Luweero. Elle est la première femme à être professeure en Ouganda et la première docteure ougandaise en géographie[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Victoria Mwaka naît à Namunyumya dans le district d'Iganga. En raison de leur milieu modeste, son père lui inculque la devise « Si vous échouez, il n'y aura pas de deuxième chance »[2]. Grâce à des groupes de solidarité estudiantines, et le soutien de son mari, elle progresse dans ses études. Elle devient titulaire d'un doctorat en géographie obtenu à l'Université Makerere.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Victoria Mwaka commence à enseigner dans le secondaire en 1969, avant de devenir maîtresse de conférences, puis professeure associée de géographie[2]. À partir de 1975, elle dirige pendant douze ans le département de géographie à l'université de Makerere[1]. Elle devient professeure de géographie en 1991, ce qui fait d'elle la première femme professeure en Ouganda[3]. Ses travaux portent sur l'agriculture et les questions de genre, comme pour l'étude sur le Libéria[4]. Elle crée l’École d'études sur les femmes et le genre et la dirige jusqu'à ce qu'elle devienne vice-présidente de l'Assemblée constituante entre 1994 et 1995[2].

Depuis son retrait de la politique, elle dirige l'école qu'elle a créée en 1993, la Victoria Model Secondary School, dans le district de Luweero, qui offre une éducation abordable aux petites filles. Elle est également présidente du comité de gestion de l'hôpital de Luweero[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Entre 1994 et 1995, elle est vice-présidente de l'Assemblée constituante. En 1996 elle s'engage en politique lorsqu'elle remporte la victoire en tant que représentante des femmes au Parlement de l'Ouganda pour le district de Luweero. En 1997, elle est présidente de l'organisation internationale d'échanges interculturels de femmes[5]. Elle est élue députée du district de Luweero de 2006 jusqu'à 2011, date de son retrait de la vie politique[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée à Nathen Okwakol, jusqu'au décès de ce dernier en 2019[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Prof. Victoria Mwaka to Head Luweero Hospital Management Committee : », Uganda Radionetwork (consulté le )
  2. a b et c (en-GB) Moses Talemwa, « Female professors tell their long story », sur The Observer - Uganda (consulté le )
  3. (en) Women in African Studies Scholarly Publishing,
  4. Liebling-Kalifani, Mwaka, Ojiambo-Ochieng et Were-Oguttu, « Women War Survivors of the 1989–2003 Conflict in Liberia: The Impact of Sexual and Gender-Based Violence », Journal of International Women's Studies, vol. 12, no 1,‎ , p. 1–21 (ISSN 1539-8706, lire en ligne)
  5. (en) « Vol. 25, No. 1/2, Spring - Summer, 1997 of Women's Studies Quarterly on JSTOR », sur www.jstor.org (consulté le )
  6. (en-US) Galaxy, « Women's Day: Here is a list of seven most powerful Ugandan women leaders who broke the gender 'fence' and became the first in their fields », Galaxy FM 100.2, (consulté le )
  7. Mwaka, « Women's Studies in Uganda », Women's Studies Quarterly, vol. 24, nos 1/2,‎ , p. 449–464 (ISSN 0732-1562, lire en ligne)

 Liens externes[modifier | modifier le code]