Victoria Dubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubourg.
Victoria Dubourg
Henri Fantin-Latour - Wife of the Artist.jpg
Henri Fantin-Latour, Victoria Dubourg, femme de l'artiste (1873), musée des beaux-arts de Gand.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
BuréVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Charlotte Dubourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Distinction
signature de Victoria Dubourg
signature

Victoria Dubourg, ou Victoria Fantin-Latour de son nom d'épouse, née à Paris le [1], et morte à Buré (Orne) le , est une peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victoria naît en 1840 et ses parents la reconnaissent lors de leur mariage en 1843. La famille maternelle de Victoria est originaire de l'Orne. Sa mère Françoise Bienvenu naît à Séez où résidait ses parents. Son père Philippe Bienvenu vit ensuite à Buré et lui lègue la maison sise au lieu-dit La Croix à sa mort le 28 mars 1878. Fantin-Latour représente la famille Dubourg endeuillée après la disparition du vieil homme.

Victoria Dubourg est la sœur de Charlotte Dubourg (1850-1921)[2].

La famille vit quelques années à Franckfort où Victor Dubourg se forme à la médecine après avoir enseigné les Lettres.

De retour à Paris, Victoria est formée par une femme peintre, Fanny Chéron (1830-?) originaire de Mortagne qui ouvre un atelier pour jeunes filles.

Mélomane et pianiste, Victoria étudie aussi la peinture et copie les maîtres (Willem Kalf, entre autres) au musée du Louvre. Elle y rencontre Henri Fantin-Latour, qui réalise un premier portrait en 1873 [3]. Ils se marient en 1876. Elle collabore aux peintures florales de son mari, mais produit aussi un œuvre personnel qu'elle signe « V Dubourg ». Elle fait partie du cercle de Manet, Berthe Morisot et Degas. Ils vivent rue de l'Université n°19 à Paris dans l'immeuble où avait résidé Marie et Félix Bracquemond.

Après la mort de Fantin-Latour en 1904, elle organise une importante rétrospective et consacre plusieurs années à l’élaboration d’un catalogue raisonné au détriment de son propre travail.[4]

Victoria Dubourg expose au Salon à Paris à partir de 1869, puis au Salon des artistes français et à la Royal Academy de Londres dont elle est membre comme son mari. À Paris, elle obtient une mention honorable en 1894 et une médaille en 1895. Elle est nommée chevalier de la Légion d’honneur en 1920.

En 1921, elle lègue au musée de Grenoble le corpus photographique de son mari natif de la ville[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]