Victor Soskice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Victor Soskice
VICTOR SOSKICE LURCAT.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Victor Soskice quelques jours avant son départ en mission en Europe. Photo prise chez sa tante aux États-Unis.

Victor Soskice ( - ) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent américain du service secret britannique Special Operations Executive.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Victor Andrew Soskice naît le 9 mai 1923. Il est le fils du sculpteur Rossane Thimoteef Lurçat, deuxième femme de Jean Lurçat.

Il est diplômé du lycée français de New York.

Mission

Définition de la mission : Hugh Dormer, qui a conduit l’équipe SCULLION chargée d'attaquer la raffinerie d'huile des Télots, près d'Autun, n'a pas abouti. Il entreprend une deuxième tentative, SCULLION 2. Victor Soskice est l'un des saboteurs de l'équipe, avec pour nom de guerre « Solvay »[1].

Il est parachuté dans la nuit du 16 au avec cinq camarades. L’équipe est réceptionnée par George Demand, le septième membre, parachuté quatre jours plus tôt pour préparer le terrain.

Cette fois, ils parviennent à agir, dans la nuit du 20 au 21 août[2], et à placer des charges explosives en plusieurs endroits de l'usine. Le sabotage perturbe la production de la raffinerie de pétrole pour un certain temps[3].

Sur le chemin du retour, Victor Soskice est arrêté.

Il est exécuté en captivité à Flossenbürg, le 29 mars 1945.

Parcours militaire[modifier | modifier le code]

  • U.S.Army ;
  • OSS ;
  • SOE, section F ; grade : second lieutenant : matricule : 0-2044517.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • En tant que l'un des 104 agents du SOE section F morts pour la France, Victor Soskice est honoré au mémorial de Valençay (Indre).
  • Lorraine American Cemetery, France ; Tablets of the Missing.
  • OSS Memorial, CIA HQ, McLean, Virginie, U.S.A.
  • Musée du camp de Flossenbürg : une plaque, inaugurée le , rend hommage à Victor Soskice parmi quinze agents du SOE exécutés.

Dédicaces[modifier | modifier le code]

  • Jean Lurçat a dédié à Victor Soskice, son fils adoptif, Géographie animale, recueil de dix-huit poèmes illustrés de dix-huit lithographies h-t, Lausanne, André Gonin, 1948.
  • Jac Remise a dédié à Victor Soskice, son ami d'enfance, son livre Libération 44 dans le Vexin normand.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michael R D Foot, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Des anglais dans la résistance. Le SOE en France, 1940-1944, Tallandier, (ISBN 979-1-02100-194-7, lire en ligne).
  2. Le 23 août, selon Calvi, p. 228.
  3. Mais seulement pour un certain temps ; et ce sera, finalement, l'un des hommes du groupe de Chagny du réseau Portos-MASON, Paul Bureau, qui, seul, après s'être fait embaucher comme ouvrier, saura déterminer et détruire la pièce centrale de l'installation et arrêter définitivement la production de l'usine au début de l'été 1944. [Source : Libre Résistance.]

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche Soskice, Victor Andrew, sur le site Special Forces Roll of Honour.
  • Libre Résistance, bulletin d’information et de liaison, anciens des Réseaux de la Section F du S.O.E. (Special Operations Executive), Amicale BUCK, no 17, 2e trimestre 2006, p. 2.
  • J.D. Sainsbury, Le Mémorial de la section F, Gerry Holdsworth Special Forces Charitable Trust, 1992.
  • Jac Remise, Libération 44 dans le Vexin normand, Éditions Bertout "La Mémoire Normande" 1994, (ISBN 2-86 743 200-6). L'auteur consacre une page (p. 21) à Victor Soskice, son ami d'enfance.
  • Fabrizio Calvi, OSS, la guerre secrète en France, 1942-1945, les services spéciaux américains, la Résistance et la Gestapo, Hachette, 1990.