Victor Regnart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Regnart.
Victor Regnart
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Victor Regnart est un peintre et graveur belge né le à Élouges et mort le à Wihéries.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille aimant l'art, il fut étroitement surveillé et conseillé tantôt par son père, tantôt par son oncle également peintre décorateur très apprécié dans la région ou encore par son grand-père, peintre à Élouges.

Il manifesta très vite les multiples talents dont il avait hérité. En effet, dès l'âge de neuf ans, il se distinguait déjà au cours de dessin. À l’âge de 12 ans, ce don se confirma. En cette année, alors qu’il tenait compagnie à une tante alitée, son oncle lui tendit une feuille et un crayon et le posa devant un masque en plâtre. L'adolescent passa toute l'après-midi à dessiner le masque. Le résultat fut à ce point révélateur pour son entourage que le choix de son avenir fut arrêté : il devait être peintre.

Victor Regnart entra à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Mons en 1900. De 1902 à 1907, il collectionna les résultats les plus édifiants. Ensuite, il poursuivit ses études à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles de 1908 à 1909 et s'inscrivit plus tard à l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers où il fit encore l'unanimité.

En 1911, il termina second au prix de Rome en gravure, derrière son condisciple Louis Buisseret.

Après avoir fait de brillantes études et remporté les épreuves les plus difficiles, Victor Regnart retourna dans sa famille.

Il décida de ne plus quitter son village et employa tout son temps à le regarder avec amour, à le dessiner et à le peindre. En effet, que ce soit sous la pluie ou sous la neige, par le froid matinal ou aux lueurs du couchant, nous retrouvons dans toutes ses œuvres les vieux corons d'Élouges.

Né à l'époque des grands bouleversements économiques, Victor Regnart a été profondément touché par ces événements inhérents à la première Révolution industrielle. Il se pencha sur le sort des humbles et traduisit dans son œuvre l'atmosphère sociale régnante. Contrairement à d'autres artistes, Victor Regnart n'a réalisé que très peu d'œuvres représentant le mineur dans la mine ou encore le travail des femmes et des enfants. Néanmoins, même si ces problèmes sont à peine évoqués, ses peintures et ses gravures révèlent une approche suffisante afin que nous puissions mieux comprendre dans quelles difficultés et au milieu de quels dangers ces hommes et ces femmes ont dû travailler.

À travers son œuvre, il a su donner à cette région, rude et sombre, une certaine poésie en même temps qu'une beauté grave et forte.

Les centaines de toiles et de gravures qu'il a réalisées montrent un exceptionnel don d'observation et d'émerveillement, alliés à une maîtrise parfaite de la palette et des techniques de gravures.

C'est un des peintres borains qui a le mieux compris et interprété le Borinage et sa « race ». Son talent solide, un dessin parfait, le sens de la composition et de la vérité donnent à ses œuvres un caractère personnel plein de charme. Un art fait de vérité, simple, à la mesure du caractère de l'artiste.

Victor Regnart peint maints types de mineurs et des paysages borains, expressions picturales qui, le plus simplement du monde, élèvent au plan de la beauté les caractères du Borinage et de son peuple.

Sa palette riche et variée au début de sa carrière prendra des tonalités plus sombres par la suite. Mais, là, ne s'arrête pas le renouveau : encouragé par ses amis, l'artiste accorde enfin à son village natal le privilège de le connaître : trois expositions (1956, 1958 et 1962) couronnent une carrière féconde. C’est hélas le chant du cygne : la vue de Victor Regnart faiblit, sa santé s'altère, et celle de son épouse Marie ne vaut guère mieux.

Ce couple amoureux de l’art, vivant pour l'art, s’éteindra à Wihéries : elle, le 15 octobre 1964, lui, trois semaines plus tard, le 9 novembre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres principales sont :

  • la Pieta : la mère au lendemain de la catastrophe
  • l'Escappé